1€

Testez-nous pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Jeu.17 avril 201417/04/2014 Dernière édition

Sarkozy-Kadhafi: dix mois d’enquêtes

|  Par La rédaction de Mediapart

Au détour de l’enquête sur l’affaire Karachi, Mediapart en a vu apparaître une autre au printemps 2011 : celle du financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye de Kadhafi. Tous nos articles.

Partage

  • Série : 25 articles

Kadhafi-Sarkozy : la justice tunisienne savait fin 2011

|  Par Mathieu Magnaudeix et Fabrice Arfi et Karl Laske

L’ex-premier ministre libyen Ali al-Mahmoudi avait prévenu la justice tunisienne dès octobre 2011 de son rôle dans le financement politique de Sarkozy en 2007.

Kadhafi-Sarkozy : un avocat surprise pour faire taire l'ex-numéro deux libyen

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Me Marcel Ceccaldi, l’avocat de Bachir Saleh, ex-directeur de cabinet de Kadhafi, sort opportunément un « pouvoir spécial » grâce auquel il prétend contester les propos de l'ancien premier ministre libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le collectif des avocats tunisiens, contacté par Mediapart, maintient de son côté les accusations portées contre le président-candidat. Décryptage.

50 millions pour Sarkozy : l'ancien premier ministre libyen confirme

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

« Je confirme qu’il existe bien un document signé par Moussa Koussa et qu’un financement a bien été reçu par M. Sarkozy. » L'ancien chef du gouvernement libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, confirme à Mediapart via son avocat, l’existence de la note publiée par Mediapart et le déblocage d'une somme de 50 millions d’euros en 2007 par le régime Kadhafi pour Nicolas Sarkozy. La note a été rédigée sous son autorité directe.

Les lourds secrets d'un ministre de Kadhafi trouvé mort dans le Danube

|  Par La rédaction de Mediapart

Choukri Ghanem.Choukri Ghanem. © (Reuters)

Choukri Ghanem, 69 ans, ancien ministre du pétrole de Kadhafi, a été retrouvé mort dans le Danube, dimanche 29 avril à Vienne (Autriche). Les circonstances de son décès sont des plus suspectes, tant cet homme était au cœur des nombreux accords financiers passés par la dictature libyenne. Il fut l'un des acteurs clés de la réconciliation avec la France. Une enquête de Francis Hovette, à Vienne.

A Tripoli, le président du CNT est démenti

|  Par La rédaction de Mediapart

Mustapha Abdeljalil, président du CNT, a mis en cause mercredi la note publiée par Mediapart : « Nous pensons que la lettre est fausse et fabriquée. » Mais Othman Bensasi, le directeur administratif du CNT, joint par Mediapart, évoque « un problème interne », et assure que le président n'a pas pu « vérifier ».

Mediapart porte plainte contre Sarkozy pour dénonciation calomnieuse

|  Par La rédaction de Mediapart

Mediapart a déposé plainte, mercredi 2 mai, auprès du procureur de la République de Paris contre Nicolas Sarkozy et X... du chef de dénonciation calomnieuse. Cette plainte vise celle déposée, lundi 30 avril, contre nous par l'actuel président de la République et candidat à sa réélection. Mediapart maintient l'intégralité de ses informations et estime que l'accusation de faux portée contre lui est une calomnie. Nous publions le texte intégral de la plainte.

Sarkozy-Kadhafi : l’Elysée piégé par ses témoins

|  Par Fabrice Arfi et Carine Fouteau et Karl Laske

MM. Koussa et SalehMM. Koussa et Saleh

L’offensive judiciaire de l’Elysée contre Mediapart peut-elle tenir ? Les deux acteurs sur lesquels s’est appuyé Nicolas Sarkozy pour déposer sa plainte après nos révélations sur les financements libyens en faveur de sa campagne de 2007 sont en difficulté. Bachir Saleh, recherché par Interpol, est réclamé par la Libye. Et Moussa Koussa, visé par des accusations de tortures, aurait fait l’objet au Qatar d’un chantage à l’expulsion vers la Libye s’il ne démentait pas nos informations.

Bachir Saleh est protégé par la France : le pouvoir s'emmêle

|  Par Louise Fessard et Carine Fouteau

Pourquoi les autorités françaises n'ont-elles pas arrêté Bachir Saleh, ex-directeur de cabinet de Kadhafi ? Ce dernier vit tranquillement en France alors qu'une notice rouge d'Interpol le signale comme recherché par la Libye. Nicolas Sarkozy dit qu'il y a un doute sur l'identité de la personne recherchée, tandis que François Fillon, lui, n'était carrément pas au courant.

Sarkozy-Kadhafi : nos infos, leur intox

|  Par Edwy Plenel

« Diversion », « officine », « infamie » : le sarkozysme n’aime pas l’indépendance des médias et le démontre par ses réactions à nos révélations sur ses secrets libyens. Comme dans l’affaire Bettencourt, le pouvoir préfère insulter les journalistes dont les informations le dérangent plutôt que de répondre aux questions qu’elles posent. Mediapart ne retire rien de ses révélations. Mise au point, alors que Nicolas Sarkozy annonce une plainte contre Mediapart.

Présidentielle: le contrôle très superficiel des comptes de campagne

|  Par Mathilde Mathieu et Michaël Hajdenberg

Selon Nicolas Sarkozy, ses comptes de campagne de 2007 ayant été validés, il n'y aurait rien à contester, rien à soupçonner. En réalité, les pouvoirs de la Commission en charge de contrôler les comptes des candidats sont extrêmement limités. Explications. 

Libye, l’urgence d’une enquête officielle

|  Par François Bonnet

Notre enquête sur les liens financiers Kadhafi/Sarkozy montre une possible entreprise de corruption massive, par une puissance étrangère, d'un ministre français devenu président de la République et, aujourd'hui, candidat à un second mandat. D'où la nécessité impérieuse d'ouvrir des investigations officielles.

Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Selon un document officiel libyen, le régime de Kadhafi a décidé de débloquer une somme de 50 millions d'euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le chef des services libyens d'alors y évoque des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l'intermédiaire Ziad Takieddine. « Ce document prouve qu'on est en présence d'une affaire d'Etat », confirme ce dernier.

Kadhafi-Sarkozy : nos nouvelles révélations

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005 © dr

Jean-Charles Brisard, l’auteur du mémo sur le financement par le régime libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, confirme lors d'un entretien avec Mediapart la mention du nom de l’ancien ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux, dans le montage financier. Il affirme détenir « un classeur » et disposer « des montants, des noms, des pays, des dates précises ».

Présidentielle 2007: Kadhafi aurait financé Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Selon un document consulté par Mediapart, le marchand d’armes Ziad Takieddine, organisateur en 2005 et 2007 des visites de Nicolas Sarkozy et de ses proches en Libye, aurait mis en place les « modalités de financement » de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime de Kadhafi, en lien avec Brice Hortefeux, alors ministre des collectivités locales, et Saïf al-Islam. Un montant de 50 millions d'euros, une banque suisse et un compte à Panama sont évoqués dans ce document.

Sarkozy-Guéant: le grand soupçon libyen

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

MM. Sarkozy et GuéantMM. Sarkozy et Guéant

Mediapart publie une dizaine de documents confidentiels qui dévoilent la face cachée du cabinet de Nicolas Sarkozy, du ministère de l'intérieur à l'Elysée.

— Le marchand d'armes Ziad Takieddine, principal suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi, a bénéficié de la caution de la place Beauvau et de la présidence de la République pour décrocher des contrats avec le régime libyen.

— L’intermédiaire a obtenu en 2007 des commissions occultes sur des matériels de guerre électronique livrés à la Libye, destinés à contrer la surveillance des services secrets occidentaux.

— Devant la commission d'enquête parlementaire sur la libération des infirmières bulgares, Claude Guéant avait affirmé: «La France n’a pas échangé leur élargissement contre des perspectives de coopération supplémentaires.» Il a menti. 

De Karachi à Kadhafi, Takieddine, l’ami encombrant du président

|  Par Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme

Z. TakieddineZ. Takieddine © DR

Interpellé samedi avec 1,5 million d'euros en espèces alors qu'il revenait de Tripoli où il avait convoyé deux journalistes du JDD auprès de Kadhafi, l'homme d'affaires Ziad Takieddine se révèle de plus en plus encombrant pour le pouvoir. L'intermédiaire, lié aux sarkozystes, permit en 2007 la libération des infirmières bulgares, fort de ses liens avec l'entourage proche de Kadhafi. Notamment, selon nos informations, avec Abdallah Senoussi, condamné par contumace en 1999 pour sa participation à l'attentat contre le DC-10 d'UTA.

Les documents Takieddine. Les négociations secrètes de l'Elysée pour blanchir le bras droit de Kadhafi

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

A.SenoussiA.Senoussi © (dr.)

Le marchand d'armes Ziad Takieddine, principal suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi, a été l'émissaire secret de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant en Libye, de 2005 jusqu'en 2009. Selon des documents recueillis par Mediapart, l'équipe de Nicolas Sarkozy a tout fait, par l'intermédiaire de Takieddine, pour répondre favorablement à une des exigences du régime: sauver la mise judiciaire d'Abdallah Senoussi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné à une peine de perpétuité en France dans l'affaire de l'attentat contre le DC10 d'UTA et visé depuis lors par un mandat d'arrêt international.

La justice enquête sur l’espionnage du Net libyen

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

© Reuters

La société française Amesys, qui a fourni du matériel d'espionnage électronique au régime de Kadhafi avec l'appui de Nicolas Sarkozy, au ministère de l'intérieur puis à l'Elysée, se retrouve désormais au centre d'investigations judiciaires. Le procureur de la République d'Aix-en-Provence vient d'ouvrir une enquête préliminaire visant Amesys, après le dépôt d'une plainte de l'ONG Sherpa.

Les documents Takieddine. Les preuves de l’espionnage français du net libyen

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

La société française Amesys, filiale du groupe Bull, a bien vendu aux Libyens un vaste système d'espionnage du net. L'intégralité du contrat, aujourd'hui dévoilée par Mediapart, présente même des traces d'interceptions de mails au sein d'un laboratoire de l'université Paris-VI. Pour tenter d'étouffer le scandale, Amesys menace de poursuites judiciaires ses anciens salariés qui parleraient à la presse.

Les documents Takieddine. Livré par le clan Sarkozy, le 4×4 français qui protège Kadhafi

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Avec la bénédiction de Nicolas Sarkozy, Ziad Takieddine a fourni en 2008 au dictateur libyen un 4×4 ultra-sécurisé fabriqué par la société française Bull-Amesys. Vendu 4 millions d'euros, ce véhicule furtif devait permettre à Mouammar Kadhafi de passer entre les bombes. Mediapart publie de nouveaux documents exclusifs sur les relations franco-libyennes d'avant guerre.

Les documents Takieddine. Le financier secret qui met en danger le clan Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Brice Hortefeux et Ziad Takieddine.Brice Hortefeux et Ziad Takieddine. © Photo Mediapart

Il est le suspect n°1 dans le volet financier de l'affaire Karachi. Il est aussi celui dont les secrets mettent en danger la présidence de la République. Mediapart dévoile une série de documents et de photos inédites entre l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine et le premier cercle du chef de l’État. Sont concernés: Brice Hortefeux, Thierry Gaubert, Jean-François Copé, Claude Guéant, Pierre Charon, Dominique Desseigne...

Les documents Takieddine. L'émissaire du clan Sarkozy en Libye rétribué secrètement par Total

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

25 juillet 2007, Tripoli25 juillet 2007, Tripoli © Reuters

En 2009, le groupe Total a versé 6,9 millions d'euros à l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine pour un contrat gazier en Libye. Le directeur général du groupe, Christophe de Margerie, a personnellement supervisé l'opération, avec le feu vert de Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée. Mediapart publie les documents.

Les documents Takieddine. Le marchand d'armes, le neveu Kadhafi et les prostituées tabassées à Londres

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Entre 2006 et 2008, le marchand d'armes Ziad Takieddine a placé sous sa triple protection ­– financière, juridique et immobilière – le neveu du dictateur libyen Mouammar Kadhafi (photo) à l'époque où il était accusé par la justice anglaise d'avoir tabassé deux prostituées à Londres, selon plusieurs documents recueillis par Mediapart. Dans le même temps, Ziad Takieddine négociait, avec le soutien du ministère de l'intérieur français puis de l'Elysée, de juteux marchés commerciaux en Libye.

Affaire Takieddine: les pièces qui accablent les hommes du Président

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Takieddine, Desseigne et Gaubert.Takieddine, Desseigne et Gaubert.

Les juges se rapprochent dangereusement du plus haut niveau de l'Etat. Une semaine après la mise en examen du marchand d'armes Ziad Takieddine par le juge Renaud Van Ruymbeke, deux proches du président de la République, Thierry Gaubert et Nicolas Bazire, ont été placés en garde à vue puis mis en examen. Mediapart fait le point sur cette affaire d'Etat.

Les documents Takieddine. Le marchand d'armes de la Sarkozie ne paie pas d'impôts

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Z.TakieddineZ.Takieddine © Mediapart

Ziad Takieddine est un contribuable comblé. Le marchand d'armes ami de la Sarkozie, principal suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi, ne paie pas d'impôt sur le revenu, ni d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Résident fiscal en France, il y possède un patrimoine estimé à plus de 40 millions d'euros, selon des documents obtenus par Mediapart.