Abonnez-vous à Mediapart pour un euro

Offre spéciale d'abonnement à Mediapart

Depuis 2008 : plus d'enquêtes, plus de vidéos, plus de participatif... Et c'est toujours 9€/mois. Abonnez-vous à Mediapart pour 1€ le premier mois + 15 jours de musique offerts.

Abonnez-vous

Mediapart
Dim.23 novembre 201423/11/2014 Édition du matin

Léo Ferré repincé par son passé

|  Par Antoine Perraud

La belle-fille de Léo Ferré, qui vécut aux côtés de l'artiste durant près de vingt ans, publie un témoignage passionnant sur ces temps de création dans l'insouciance puis la souffrance : Comment voulez-vous que j'oublie... Madeleine et Léo Ferré 1950-1973 (Phébus). Entretien avec Annie Butor, sans rancœur mais sans amnésie...

Partage

En 1958, une femme sauva donc de la corbeille à papiers Le Temps du tango, puis fit esquisser à l'auteur, Jean-Roger Caussimon, et à l'interprète, Léo Ferré, quelques pas de danse ! C'était Madeleine Rabereau (1916-1993). Beauté divine ! Intelligence providentielle ! Sensibilité céleste ! Elle rencontre Léo Ferré (1916-1993) au “Bar Bac”, estaminet mythique du VIIe arrondissement de Paris, en 1950. Elle devient Madeleine Ferré en 1952. Leur séparation a lieu en 1968 (leur divorce est prononcé en 1973). Les années Madeleine sont un moment essentiel, souvent sous-estimé par l'ultime femme, Marie-Christine Diaz, mère de Mathieu Ferré, né en 1970 et gestionnaire de l'héritage parternel via la ...

Abonnez-vous à Mediapart pour un euro

Offre spéciale d'abonnement à Mediapart


Depuis 2008 : plus d'enquêtes, plus de vidéos, plus de participatif... Et c'est toujours 9€/mois. Abonnez-vous à Mediapart pour 1€ le premier mois + 15 jours de musique offerts.
Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte