1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Sam.29 novembre 201429/11/2014 Dernière édition

Georges Pelorson alias Belmont ou la vie cachée d'un collabo

|  Par Antoine Perraud

Georges Belmont (1909-2008), traducteur, journaliste, éditeur respecté, fut pendant la guerre, sous son véritable patronyme (Georges Pelorson), un rouage pro-nazi au verbe haut du gouvernement de Vichy. Voilà une découverte que l'universitaire américaine Alice Kaplan amène à faire dans l'émission «Jeux d'archives», diffusée jeudi 14 mai sur France Culture à 21 heures. Comment Georges Belmont a-t-il réussi là où échouèrent un Maurice Papon, ou un René Bousquet: mourir sans avoir à rendre de comptes? Explications avec Pierre Assouline, Vincent Giroud et Pascal Ory.

Partage

On a toujours besoin d’universitaires américains chez soi. En l’occurrence d’une historienne des lettres françaises: Alice Kaplan, professeur à l’université de Yale. Invitée de l’émission «Jeux d’archives» de France Culture, elle réfléchit d'abord aux documents sonores qu’elle aimerait écouter et commenter, selon le principe du programme radiophonique. Elle en vient à évoquer, à propos de la gouvernante de Proust, Céleste Albaret (1891-1984), Georges Belmont (1909-2008). Celui-ci recueillit en 1973 les souvenirs de la vieille dame. Et Alice Kaplan passe naturellement de Georges Belmont à Georges Pelorson.

 

Georges Pelorson? Un personnage de la politique de collaboration avec l’Allemagne nazie, qui changea de patronyme ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte