live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à dimanche minuit !

6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau, l'Ebook Le FN à l'oeuvre.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Dim.29 mars 201529/03/2015 Édition du matin

Quand le patron du groupe Hersant manie la menace

|  Par Laurent Mauduit

Officiellement, c'est au terme d'une compétition à la loyale que Philippe Hersant et Bernard Tapie ont été retenus comme candidats au rachat du Groupe Hersant Media (GHM). Sauf que des indices font de plus en plus nombreux font douter de cette version. À preuve, un mail d'intimidation adressé par le directeur général de GHM à un candidat à la reprise du pôle France-Antilles.

Partage

Tout le monde connaît la version officielle de la vente du Groupe Hersant Media (GHM) : comprenant La Provence, Var-Matin, Nice-Matin, Corse-Matin et les journaux du pôle France-Antilles, il a fait l’objet d’une compétition entre différents acquéreurs potentiels et c’est finalement à la loyale que Philippe Hersant et Bernard Tapie ont décroché le gros lot, en mettant sur la table 50 millions d’euros, pour acquérir un groupe qui sera apuré de ses dettes, puisque les 17 banques créancières ont accepté de passer par pertes et profits près de 180 millions d’euros. Encore faut-il que le tribunal de commerce de Paris donne courant janvier son accord définitif à l'opération.

Oui, à la loyale ! Sauf que, de jour en jour de nouveaux éléments apparaissent qui font de plus en plus douter de cette version et accréditent l’idée que l’issue de la confrontation a été organisée pour que l’offre Hersant-Tapie soit la seule en lice. Mediapart dispose d’un nouvel indice qui va en ce sens : un courriel de menaces et d’intimidation adressé par le patron du groupe Hersant à un candidat au rachat du pôle France-Antilles, qui regroupe notamment les quotidiens France-Antilles Guadeloupe, France-Antilles Martinique et France-Guyane.

Ce candidat à une reprise partielle est l'ancien président du directoire de Sud-Ouest, Bruno Franceschi, qui a déposé, courant novembre une offre « dans une fourchette de 7 à 11 millions d'euros » pour reprendre l'ensemble des activités du groupe Hersant Média (GHM) dans les Antilles et en Guyane.
 « On a envoyé la semaine dernière une lettre d'intention à Philippe Hersant », patron du groupe Hersant Média, avait-il à l'époque annoncé à l'AFP. Pour lancer cette offre, Bruno Franceschi, qui a été le directeur général des activités Antilles-Guyane du groupe Hersant entre 2001 et 2005, s'est associé à Jean-Michel Peyrfiche, directeur de publication du St Martin's Week, une publication de Saint-Martin (Antilles françaises). « Nous avons un tour de table local et un tour de table métropolitain, auxquels s'ajoutent un apport du management, de moi-même et de Jean-Michel Peyrfiche, au-delà d'un endettement bancaire classique », avait détaillé Bruno Franceschi.

Partage