live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à minuit !

Mediapart à prix réduit : 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau pour les 50 premiers abonnés : le tee shirt Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.18 décembre 201418/12/2014 Dernière édition

Chômage : la dangereuse politique du laisser-faire

|  Par Laurent Mauduit

C'est un vague de chômage sans précédent qui submerge la France, avec une nouvelle hausse de 29 300 personnes en novembre. Une vague d'autant plus inquiétante que le gouvernement conduit une politique sociale timorée. Il promet une inversion de la courbe du chômage mais ne s'en donne pas les moyens. Parti pris.

Partage

C’est décidément un séisme social que connaît la France. Avec chaque mois, une nouvelle vague de demandeurs d’emploi, nourrie par des plans sociaux à n'en plus finir, des charrettes de licenciements ou de ruptures conventionnelles. Un séisme social, qui va porter le chômage dans le courant de l’année 2013 à un niveau historique et que François Hollande s’applique à minimiser, en promettant que la tendance va s’inverser dans le courant de l’année prochaine.

Plus les mois passent et plus l’engagement apparaît fragile. Surtout, moins le chef de l’État peut alléguer de l’héritage pour expliquer cette hausse dramatique. Car la politique d’austérité qu’il conduit commence à peser sur l’activité. Et la politique sociale est notoirement sous-calibrée pour répondre à l’état d’urgence. En bref, cette vague sans précédent de chômage, François Hollande commence à en être lui-même partiellement responsable.

Les chiffres sont catastrophiques. Pour le dix-neuvième mois consécutif, le nombre des demandeurs d’emplois a de nouveau progressé en novembre. La hausse a touché précisément 29 300 personnes (+0,9 %), ce qui porte le nombre des demandeurs d’emplois de la catégorie A, c’est-à-dire la catégorie la plus restreinte, à 3 132 600 en France métropolitaine. Sur un an, le nombre des demandeurs d’emplois a progressé de 304 600, soit une hausse de 10,8 %.

Mais si on prend en compte le décompte le plus large, c’est-à-dire les catégories A, B, C, D et E, on parvient à des chiffres encore plus vertigineux. Le nombre des demandeurs d’emplois est dans ce cas passé de 4 819 300 en novembre 2011 à 5 241 900 en novembre 2012, ce qui correspond à une hausse annuelle de 422 600 personnes. Ce qui laisse sous-entendre que la pauvreté doit, elle-même, gagner actuellement beaucoup de terrain et pourrait franchir la barre des 10 millions de personnes dans le courant de l’année 2013.

La version intégrale du bilan de Pôle emploi à fin novembre peut être téléchargée ici. Voici ci-dessous le tableau qui présente les chiffres principaux :

Partage