live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à dimanche minuit !

6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau, l'Ebook Le FN à l'oeuvre.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Dim.29 mars 201529/03/2015 Dernière édition

Le Grenelle de l'environnement revient, mais dans quel état?

|  Par Jade Lindgaard

Le succès électoral d'Europe Ecologie va-t-il profiter au Grenelle de l'environnement? C'est ce qu'espèrent les écologistes alors que les députés débutent aujourd'hui l'examen en deuxième lecture du projet de loi «Grenelle-1». Le gouvernement s'affiche plus que jamais en champion de la défense du climat. Dans les faits, son bilan est moins vert qu'il ne le prétend.

Partage

Le conservatisme cool («cool conservatism»), c'était le nom donné à la fin des années Blair aux nouveaux conservateurs qui, sous l'égide de leur jeune leader David Cameron, se distinguaient des travaillistes en prétendant faire une priorité de la lutte contre le changement climatique. La majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy se rêve-t-elle aujourd'hui en UMP «cool», championne de la défense de l'environnement ? C'est ce que semblaient indiquer, dimanche soir, les multiples réactions de satisfaction de membres du gouvernement face au succès de la liste Europe Ecologie.

 

La majorité présidentielle aura l'occasion dès aujourd'hui de démontrer dans les faits cet attachement à la défense de l'environnement avec le début de l'examen du projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement (dit «Grenelle 1»), en deuxième lecture à l'Assemblée nationale.

 

Après des mois d'attente (les députés l'ont voté en première lecture en octobre 2008 et les sénateurs en février), le texte revient dans l'hémicycle dans un contexte favorable inattendu. Les associations partenaires du Grenelle espèrent que le bon score des écologistes aux européennes protégera ce texte des tentatives de réécriture. Les parlementaires l'ont jusqu'ici voté à la quasi-unanimité.

 

Mais le Réseau action climat (RAC) et les Amis de la terre s'inquiètent d'un démontage du texte, débuté au Sénat et poursuivi par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale : sur les autoroutes (les grands projets routiers largement entamés «seront menés à terme»), l'éolien, les plans climat territoriaux, la limitation de consommation énergétique des logements neufs, les poids lourds de 44 tonnes, l'affectation de l'écotaxe sur les poids lourds...

 

Partage