1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Jeu.23 octobre 201423/10/2014 Édition du matin

Pilule : la voie moyenne du gouvernement

|  Par Michel de Pracontal

Faut-il interdire les pilules contraceptives dites de 3e et 4e génération, réputées mieux tolérées, mais qui entraînent un risque accru de thrombose ? Non, estime Marisol Touraine, qui veut cependant encadrer leur prescription.

Partage

La ministre de la santé, Marisol Touraine, vient de se saisir du problème des pilules de 3e et 4e génération, qui entraînent un risque de thrombose accru par rapport aux contraceptifs plus anciens. Commercialisées à partir des années 1990, les pilules plus récentes sont, comme les précédentes, une association d’estrogène et de progestatif (ou, exceptionnellement, un progestatif seul). La 3e, puis la 4e génération se distinguent par le choix du progestatif, censé être plus efficace ou mieux toléré par l’utilisatrice (un tableau de la classification des différents contraceptifs se trouve ici).

Bien que cet avantage en termes de tolérance n’ait pas été démontré scientifiquement, la prescription des pilules ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte