live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à minuit !

Mediapart à prix réduit : 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau pour les 50 premiers abonnés : le tee shirt Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.18 décembre 201418/12/2014 Dernière édition

La Parisienne Libérée: « Noir outremer »

|  Par La Parisienne Liberee

« Il n’y a pas d’antagonisme entre moi et les poissons » a déclaré le président de Shell France lors de son audition au Sénat, à propos des forages au large de la Guyane...

Partage


« Il n’y a pas d’antagonisme entre moi et les poissons » a déclaré le président de Shell France lors de son audition au Sénat, à propos des forages au large de la Guyane. Il faudrait peut-être demander aux poissons ce qu’ils en pensent ?

Prochaine et dernière chronique de la saison : jeudi 19 juillet (avec Michel Feher)

NOIR OUTREMER
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

[citation Public Sénat]
    
Ils ont trouvé du pétrole
Et les appétits s’affolent
Ils ont trouvé de l’or noir
Sur un de nos territoires
Mais leurs barils sont profonds
Et pour forer, faut des fonds
Ainsi font les marionnettes,
Géants de la creusette
    
[citations P. Roméo – audition au Sénat]
« Je ne sais pas si vous connaissez la société Shell, mais lorsque vous vous intéresserez de près au sujet vous vous apercevrez que nous sommes une société exemplaire. Donc je n’ai aucun, absolument aucun doute sur le fait que nos engagements sociétaux historiques justifieront très largement la confiance que nous accorde le gouvernement. »
    
Les cétacés, les tortues
Adorent qu’on leur fore dessus
Il n’y a pas plus écologique
Qu’une petite campagne sismique
Au fond qu’à cela ne tienne
Si au large de Cayenne
Il y a des espèces menacées
On a tout planifié
    
« Le planning d’acquisition sismique est très largement calqué sur les tortues. Evidemment, pourquoi voulez-vous que je fasse des activités au moment où ça a le plus d’impact sur les tortues ? Je n’ai aucune raison de le faire. […] Ah mais nous serons ravis de protéger beaucoup de poissons. Comprenez bien qu’il n’y a pas d’antagonisme entre moi et les poissons, pas du tout. Notre rôle, c’est d’avoir un impact minimum et nous sommes d’ailleurs les meilleurs observateurs des espèces puisque nous sommes présents et travaillons là. Alors là je peux vous dire que les – je ne sais pas quel est le terme – les gens qui observent les poissons les plus passionnés sont chez nous, vous savez. »
    
Et pourquoi demanderait-on
L’avis des populations
On a déjà l’appréciation
D’un bureau de prestations
Des réunions informantes
Une étude indépendante
Le tout pris sur nos deniers
Doutez-vous de nos données ?
    
« D’abord, Monsieur le Sénateur, nous essayons de travailler avec des données. Pas des sentiments, des données. […] Ça c’est de la donnée, de la donnée scientifique elle est là, et je suis très heureux qu’elle soit plutôt dans ce sens que dans l’autre […] Et ce sont des faits, ce ne sont pas des choses que j’invente donc [soupir] on veut être rassuré mais faut aussi… Alors je sais qu’on n’a pas confiance dans l’expert ni dans les données, mais à ce moment là ça devient très difficile. En tout cas nous avons les données, nous avons les expertises indépendantes qui nous conduisent à proposer dans nos déclarations [mot manquant] les activités qui nous paraissent avoir l’impact minimum. » 


On rejettera, bien sûr
Des déblais un peu crados
Imbibés d’hydrocarbures
Mais c’est pas pire que de l’eau
    
« Et je suis très fier de vous dire qu’on va utiliser des fluides synthétiques de forage qui nous avaient été interdits il y a un an […] Il est biodégradable, il est pas bioaccumulable, etc., etc. On a vingt ans de recherches derrière qui démontrent que l’effet de ces fluides est de l’ordre de grandeur de l’effet de l’eau. »
    
Pour pouvoir nous arrêter
Faudrait nous indemniser
Mais c’est pas dans vos moyens
Vous comprenez ? C’est bien !
    
« Les services de l’Etat ont considéré qu’effectivement notre approche était la meilleure donc ils l’ont supportée. » 


Il n’y aura jamais de plage polluée
Pas de mangrove engluée
Les courants sont nos amis
Ils font tout ce qu’on leur dit
A l’horizon des eaux profondes
Juste une tache sur la mappemonde
Non, l’enfer n’est pas vert
Il est noir outremer (bis)
    
[citation : conférence de presse N. Vallaud-Belkacem ]
« Sur les forages pétroliers en Guyane, quel est l’arbitrage final ? Est-ce qu’ils vont reprendre lundi ou pas ?
– Euh écoutez à ma connaissance les forages reprennent, oui…
[…]
– Vous confirmez qu’ils reprendront bien lundi ?
– Je confirme qu'ils ont été autorisés, en effet. D'autres questions ? »

Sources et documentation : cliquez sur l'onglet Prolonger ou suivez ce lien

-------------
Les précédentes chroniques :

La route des éthylotests
Les experts du smic horaire
"Je respecte le peuple grec"
La bouée qui fait couler

Les gradins de la démocratie

Les casseroles de Montréal

Fralib, Air France, Petroplus...

Comme un sentiment d'alternance
La boule puante

Le sens du vent

Sa concorde est en carton

Demain est un autre jour

L'Hirondelle du scrutin

Huit morts de trop

Le rouge est de retour

Financement campagne
Je ne descends pas de mon drakkar
Quand on fait 2 %
Toc toc toc
Travailleur élastique

A©TA, un monde sous copyright
Y'a pas que les fadettes...
Les investisseurs

La TVA, j'aime ça !

Votez pour moi !

Les bonnes résolutions

PPP
Le subconscient de la gauche (duo avec Emmanuel Todd)
Un président sur deux
Mamie Taxie
L'usine à bébés
Kayak à Fukushima
La gabelle du diabolo
Les banques vont bien
Le plan de lutte
«Si je coule, tu coules...»

Partage

Cette chanson s'inspire librement de l'enquête réalisée par J. Lindgaard http://www.mediapart.fr/journal/france/020712/petrole-en-guyane-comment-shell-s-est-taille-des-forages-sur-mesure