live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à minuit !

6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau, le dernier ebook de la rédaction Le FN à l'oeuvre.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Dim.29 mars 201529/03/2015 Dernière édition

Les vœux du procureur Courroye aux « grandes consciences »

|  Par La rédaction de Mediapart

Le procureur s'attaque aux « calomniateurs du ministère public venus de tous horizons, aux grandes consciences de tous bords qui brandissent haut l’étendard des grands principes tout en foulant aux pieds la présomption d’innocence et l’impartialité, aux donneurs de leçons fielleux dépourvus de mémoire et de bilan, aux accusateurs doctrinaires qui, eux, bafouent la justice en salissant des hommes et des actions sans connaître la moindre ligne du dossier ou du sujet sur lequel ils pérorent ».

Partage

Lors de la rentrée solennelle du tribunal de Nanterre, le procureur Courroye s'est fendu d'un discours de 40 minutes à sa propre gloire : « Comptable des missions qui m’ont été confiées » ; « en application de mes instructions » ; les réunions que « j’ai personnellement animées » ; ce parquet qui « privilégie depuis mon arrivée l’approche financière des trafics de stupéfiants » ; « je voudrais aussi rappeler qu’à mon initiative (…) notre juridiction a été une nouvelle fois précurseur » ; « faut-il rappeler que, pressentant la commission d’une possible erreur judiciaire, j’ai personnellement exigé la reprise des enquêtes »... relève le blog de Franck Johannès. 

Tout en s'en prenant vivement « aux calomniateurs du ministère public venus de tous horizons, aux grandes consciences de tous bords qui brandissent haut l’étendard des grands principes tout en foulant aux pieds la présomption d’innocence et l’impartialité, aux donneurs de leçons fielleux dépourvus de mémoire et de bilan, aux accusateurs doctrinaires qui, eux, bafouent la justice en salissant des hommes et des actions sans connaître la moindre ligne du dossier ou du sujet sur lequel ils pérorent, il n’y a rien à répondre ».

A lire sur le blog Libertés surveillées

Partage