1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Sam.01 novembre 201401/11/2014 Dernière édition

Les chiffres (détraqués) de la délinquance en 2012

|  Par Louise Fessard

Le bilan 2012 de la délinquance révèle l'ampleur des manipulations statistiques de ces dernières années. La gendarmerie ouvre le bal : l'adoption d'un nouvel outil d'enregistrement des infractions a suffi à provoquer une explosion de certains faits.

Partage

S'il était encore besoin d'illustrer le manque de fiabilité des chiffres de la délinquance enregistrés par les forces de l'ordre, le pataquès que la gendarmerie nationale a connu en 2012 y suffirait. À la suite de l'adoption, l'an dernier par les gendarmes, d'un nouveau logiciel automatisé d'enregistrement des infractions, dit Pulsar, certains faits de délinquance, stables en zone police, ont tout bonnement explosé en zone gendarmerie. Les faits de « violences, mauvais traitements et abandons d'enfant » (oui, tout cela est bien compilé de façon indifférenciée sous le même index) enregistrés par les gendarmes ont ainsi plus que doublé en douze mois. Toujours en zone gendarmerie et sur la même période, les « harcèlements ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte