live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à dimanche minuit !

6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau, l'Ebook Le FN à l'oeuvre.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Sam.28 mars 201528/03/2015 Dernière édition

Expulsions d'étrangers: 12% de hausse en 2012

|  Par La rédaction de Mediapart

L'an dernier, la France a procédé à 36 800 expulsions d'étrangers en situation irrégulière, indique Libération. Une hausse de 11,9% par rapport à 2011.

Partage

36 800 étrangers en situation irrégulière ont été reconduits à la frontière en 2012, annonce Libération. Soit une hausse de 11,9 % par rapport à l’année précédente, où 32 900 expulsions avaient eu lieu (et « seulement » 28 000 en 2010).

Cette forte hausse s’explique en grande partie par l’explosion du nombre d’expulsions au cours du premier semestre de l’année, pour cause notamment de campagne électorale de Nicolas Sarkozy. « La loi sur l'immigration de mai 2011 avait permis aux préfets de mettre en musique cette volonté politique et de passer outre les freins souvent posés par les magistrats », écrit Libé.

Pendant le second semestre, le nombre d'expulsions a baissé chaque mois. Mais c’est surtout du fait de l'application en droit français du jugement de la Cour de justice européenne, qui a mis un terme à la garde à vue des sans-papiers. « La décision date de juillet dernier, mais avant son entrée en vigueur un certain nombre de procureurs et de juges des libertés et de la détention l'avaient anticipée dans la pratique, limitant le nombre de placements en garde à vue et, mécaniquement, celui des reconduites à la frontière », indique le quotidien. Depuis, un nouveau dispositif presque équivalent à la garde à vue a été revoté en décembre. Depuis le 1er janvier, les sans-papiers peuvent être retenus seize heures maximum par la police.

Au nombre des expulsions de 2012, on note une augmentation de 10 % des retours aidés, notamment à destination des Roms roumains et bulgares. Un dispositif inefficace et au coût très élevé, drastiquement limité par un arrêté de la semaine dernière.

Partage