Abonnez-vous à Mediapart pour un euro

Offre spéciale d'abonnement à Mediapart

Depuis 2008 : plus d'enquêtes, plus de vidéos, plus de participatif... Et c'est toujours 9€/mois. Abonnez-vous à Mediapart pour 1€ le premier mois + 15 jours de musique offerts.

Abonnez-vous

Mediapart
Sam.22 novembre 201422/11/2014 Édition de la mi-journée

L'affaire Cahuzac pour ceux qui ne veulent pas voir

|  Par François Bonnet

Les révélations successives de Mediapart mettent l'Élysée au pied du mur. Aux responsables politiques qui parlent d'« allégations », Mediapart présente les cinq points clés de l'affaire du compte suisse. Des preuves ? Elles sont là, pour tous ceux qui, de bonne foi, veulent lire, écouter et comprendre.

Partage

Les cercles du pouvoir en parlent depuis deux semaines : pour quand un remaniement gouvernemental, et de quelle ampleur ? En « off », des conseillers de l’Élysée démentent que le sujet soit à l’étude. Peu importerait l’impopularité historique de l’exécutif dans les sondages, les dysfonctionnements multiples des sept ministres et ministres délégués de Bercy en charge de la politique économique, les critiques contre le premier ministre Jean-Marc Ayrault, l’affaiblissement de la majorité parlementaire (avec le rejet de plusieurs textes par les sénateurs), l’absence de sursaut face à l’envolée du chômage et à la dégradation violente de la conjoncture économique.

Jérôme CahuzacJérôme Cahuzac © Reuters

À ce contexte s’ajoute désormais l’affaire Cahuzac. Ou plutôt celle de ce compte suisse non-déclaré détenu pendant une vingtaine d’années, jusqu’en février 2010, par l’actuel ministre du Budget. Officiellement, le soutien de l’Élysée et de Matignon à leur ministre est sans faille. En réalité, les nombreuses informations révélées par Mediapart, tout comme les questions laissées sans réponse par M. Cahuzac, ont enclenché ce qui ressemble fort à un compte à rebours.

-------------------------------------
Notre dossier complet sur l'affaire Cahuzac est à retrouver ici
-------------------------------------

La situation est brutalement résumée par un conseiller de Bercy, cité – toujours en « off » – par Le Figaro de ce mercredi : « Je ne vois pas comment le président peut garder Cahuzac. On ne va pas se traîner une “affaire Woerth” pendant six mois. À un moment, Hollande fera un arbitrage politique. » La tonalité ne diffère guère de ce que nous avions déjà écrit : lire L’embarras croissant de l’Élysée.

Beaucoup plus prudent, parce que s’exprimant ce 26 décembre publiquement sur France 2, le député socialiste Olivier Faure a dénoncé un « feuilleton à la Clochemerle », ne voyant « à ce stade » que des « allégations ». Mais celui qui a été le conseiller politique de Jean-Marc Ayrault a clairement fixé l’enjeu : « Est-ce que quelqu’un peut apporter la preuve inverse ? Pour l’instant non. Si c’était le cas, il serait bien entendu en difficulté et le gouvernement aussi et il serait certainement amené à quitter ses fonctions. » (la vidéo est à voir ici.)

L’enjeu est bien celui-ci, et nous l’avions souligné dès notre premier article (à retrouver ici): c’est une question d’éthique, de respect de la loi et de moralité publique qui est posée par la situation de Jérôme Cahuzac. D’autant que, outre son compte en Suisse dissimulé au fisc durant de longues années, les prolongements de notre enquête ont fait émerger d’autres anomalies liées à sa fortune : ses relations d’affaires avec les laboratoires pharmaceutiques (notre enquête : «L'ami» du roi des labos pharmaceutiques), et de possibles irrégularités dans ses déclarations de patrimoine, qui lui valent actuellement une vérification de sa situation fiscale par les services sur lesquels il a par ailleurs la tutelle en tant que ministre.

Régulièrement accusé, Mediapart maintient la totalité de ses informations. Face aux multiples diversions concernant tel ou tel acteur périphérique de ce dossier comme aux tentatives de rendre complexe une affaire simple, il nous faut revenir au cœur même de l’affaire. Cinq points, détaillés ci-après, permettent de donner les multiples éléments de preuves que ne veulent toujours pas voir nos détracteurs.

Partage

Cet article est exceptionnellement en accès libre. Vous pouvez ainsi aisément le partager avec vos amis. Pourquoi ? Parce que Mediapart est l'objet d'une campagne inhabituelle de dénigrement. De la part de responsables politiques, ce qui ne nous surprend guère. Mais aussi de collègues journalistes, ce qui nous interroge plus fortement. Un nouveau jeu est né, qui consiste à traquer les sources de Mediapart quand le secret des sources est justement au cœur du droit et de la possibilité d'informer.

Pour certains confrères non-abonnés, mais toujours prêts à commenter, mais aussi pour des lecteurs épisodiques de notre journal, nous mettons donc éléments et explications à portée de mains et de regard. Car « les preuves, les preuves, les preuves ! » comme s'est écriée récemment une journaliste de France Inter, sont là, aisément disponibles pour qui veut, en bonne foi, lire, écouter et comprendre.