live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle d'abonnement à Mediapart jusqu'à minuit

Profitez de l'offre 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. En cadeau, le film Looking for Eric à télécharger.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.31 juillet 201431/07/2014 Édition de la mi-journée

La Parisienne Libérée : « Huit morts de trop »

|  Par La Parisienne Liberee

Chaque semaine, La Parisienne Libérée chante l'actualité. Aujourd'hui : la communication gouvernementale à propos de l'affaire Mohamed Merah.

Partage

Les articles et vidéos qui ont documenté l'écriture de cette chanson sont consultables ICI

HUIT MORTS DE TROP

Paroles et musique : la Parisienne Libérée

« Un terroriste implacable a semé la mort sur son passage pendant huit jours. Huit jours de trop, et surtout, sept morts de trop. »
N. Sarkozy - BFMTV - 27.03.12 [à 0’09]

Ils n’ont pas trouvé la potion
Mais posent un diagnostic :
Autoradicalisation
Salafiste Atypique
Quand je vois ce qu’ils télévisent
Au peuple de 20h
Je sens que je m’autoradicalise
Est-ce que c’est grave, docteur ?

Ils voulaient l’attraper vivant
Mais ça n’a pas marché
À part ça, sur les autres plans,
Tout s’est très bien passé
Les sept victimes assassinées
Et le tueur au frigo
À moins que je ne sache pas compter
Ça fait huit morts de trop

Le ministre de l’intérieur
S’est payé le déplacement
Pour suppléer le procureur
Et les communicants
On a subi ses commentaires
Son genre d’informations
L’objectivité légendaire
De ses explications

« Et puis à la fin, Mohamed Merah a sauté par la fenêtre avec une arme à la main, en continuant à tirer. Il a été retrouvé mort au sol. »
C. Guéant - Toulouse Infos - 22.03.12  [à 2’00]

Ils voulaient l’attraper vivant
Mais ça n’a pas marché
À part ça, sur les autres plans,
Tout s’est très bien passé
Les sept victimes assassinées
Et le tueur au frigo
À moins que je ne sache pas compter
Ça fait huit morts de trop

C’est pas en filtrant l’internet
Qu’on obtiendra justice
Mieux vaut une commission d’enquête
Qu’un éternel supplice
C’est pas en traitant l’assassin
De monstruosité
Qu’on oubliera qu’il est humain
Ni qu’on l’aura jugé

« Ces crimes ne sont pas les crimes d’un fou, parce qu’un fou est irresponsable. Ces crimes sont ceux d’un monstre […] »
N. Sarkozy - AFP - 22.03.12 [ à 0’09]

Ils voulaient l’attraper vivant
Mais ça n’a pas marché
À part ça, sur les autres plans,
Tout s’est très bien passé
Les sept victimes assassinées
Et le tueur au frigo
À moins que je ne sache pas compter
Ça fait huit morts de trop

-------------
Les précédentes chroniques :

Le rouge est de retour
GEN / NS V. MEMO DG
Je ne descends pas de mon drakkar
Quand on fait 2 %
Toc toc toc
Travailleur élastique

A©TA, un monde sous copyright
Y'a pas que les fadettes...
Les investisseurs

La TVA, j'aime ça !

Votez pour moi !

Les bonnes résolutions

PPP
Le subconscient de la gauche (duo avec Emmanuel Todd)
Un président sur deux
Mamie Taxie
L'usine à bébés
Kayak à Fukushima
La gabelle du diabolo
Les banques vont bien
Le plan de lutte
«Si je coule, tu coules...»

Partage

Dans l'affaire Mohamed Merah, certaines déclarations du gouvernement frappent par leur violence, leur imprécision, et les confusions conceptuelles qu'elles véhiculent. Dire par exemple, comme l'a fait Nicolas Sarkozy le 22 mars à Strasbourg, que « ces crimes ne sont pas les crimes d’un fou, parce qu’un fou est irresponsable » est une grossière inversion : la santé mentale d'un criminel doit pouvoir être expertisée (de manière récente et approfondie) avant de conclure à la responsabilité ou à l'irresponsabilité pénale. N'est-ce pas justement ce que la mort de Mohamed Merah rend impossible ?