live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à minuit !

Mediapart à prix réduit : 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau pour les 50 premiers abonnés : le tee shirt Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.18 décembre 201418/12/2014 Édition de la mi-journée

Metz, 1961: enquête sur une ratonnade

|  Par Sophie Dufau

Ce mardi 31 janvier, à 20 heures, Mediapart vous invite à débattre des mémoires franco-algériennes au Théâtre national de Chaillot (plus d'informations ici). Nous diffusons le webdocumentaire de Jean-Baptiste Allemand et Laura Tared : une enquête sur la nuit du 23 au 24 juillet 1961 à Metz, qui vit des paras sortir des casernes afin de se venger des Algériens.

Partage

Que s'est-il passé à Metz, dans la nuit du 23 au 24 juillet 1961, en pleine guerre d'Algérie ? Une fusillade dans le dancing Trianon fréquenté par les paras, une expédition punitive immédiate, et officiellement deux morts. Mais encore beaucoup de zones d'ombre et d'épais silences. En six étapes, ce webdocumentaire de Jean-Baptiste Allemand et Laura Tared, docteur en histoire, raconte les affrontements et leurs conséquences à l'aide de rares témoignages sonores et vidéo.

  • Un webdocumentaire plus ample (“La nuit des paras”), réalisé toujours par Jean-Baptiste Allemand et Laura Tared, est disponible ici.

Metz, à l'époque ville caserne, sixième région militaire de France, abrite des militaires qui reviennent ou partent en Algérie. Dans le même temps, le bassin houiller de Lorraine accueille aussi de nombreux Algériens venus travailler dans les mines. Cinquante ans plus tard, raconter les haines et les rancœurs, revenir sur l'histoire, a réveillé « les souvenirs douloureux voire des blessures chez des gens qui avaient tout fait pour oublier », raconte Jean-Baptiste Allemand. L'enquête ne fut pas facile, la méfiance envers ce jeune journaliste se doubla de rendez-vous annulés ou simplement manqués. De plus, « aux archives départementales de Moselle, de nombreux documents liés à l'affaire du Trianon sont soumis à une demande de dérogation, qui doit être transmise au ministère de l'intérieur pour autorisation », poursuit-il. Un archiviste l'avait prévenu : « C'est toujours comme ça quand ça touche à la guerre d'Algérie. »

2012 marque le cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie. Le 1er juillet 1962, le référendum d'autodétermination prévu par les accords d'Evian du 18 mars 1962 ouvre la voie à la naissance de la république algérienne, laquelle sera proclamée le 25 septembre. Après 132 ans de colonisation française et huit années de guerre.

Cinquante ans après, savoir ce que fut, sur le sol français, cette guerre que l'on nommait alors “les événements” n'est pas aisé. Si le massacre du métro Charonne, le 8 février 1962, où neuf personnes trouvèrent la mort à l'issue d'une manifestation organisée par la CGT, le PCF et d'autres organisations de gauche, est amplement documenté, d'autres événements tragiques restent toujours largement méconnus.

Cette nuit de juillet 1961 à Metz n'est pas sans rappeler celle du 17 octobre 1961 à Paris. Ce jour-là, 30.000 hommes, femmes et enfants, défilèrent pacifiquement sur les grandes artères de la capitale pour protester contre le couvre-feu imposé aux Français musulmans d'Algérie, pour revendiquer le droit à l'égalité et défendre l'indépendance de l'Algérie. Bilan de la répression : 11.000 arrestations et, selon les historiens, des dizaines de disparus, frappés à mort, jetés à la Seine, tués par balles. Une répression toujours totalement niée par les autorités de l'Etat puisque, officiellement, il n'y a toujours eu que deux morts au pont de Neuilly.

Partage

Ces documents et témoignages réunis dans notre webdocumentaire sont extraits d'un webdocumentaire plus ample, toujours réalisé par Jean-Baptiste Allemand, journaliste et Laura Tared, historienne, La nuit des paras, que vous pouvez regarder ici.