Gagnez le nouveau tee shirt Mediapart

Spécial offre d'été : abonnez-vous à Mediapart pour 9€, au lieu de 27€. Les 50 premiers abonnés recevront directement chez eux le tee shirt Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.31 juillet 201431/07/2014 Édition du matin

Le scandale de la Sonatrach ou la corruption au sommet de l’Etat algérien

|  Par Pierre Puchot

Soupçonnés d'avoir perçu plusieurs centaines de milliers de dollars de commissions, dix dirigeants de la Sonatrach, la compagnie d'Etat de pétrole, dont son PDG, ont été placés sous mandat de dépôt. Pour Hocine Malti, ancien vice-président de la Sonatrach, il s'agirait d'une offensive des services de renseignement contre le président Bouteflika pour remettre la main sur le secteur des hydrocarbures.

Partage

L'affaire occupe la Une des journaux algériens depuis deux semaines. Jeudi 14 janvier, le quotidien El Watan a rendu publics plusieurs éléments sur ce qui s'apparente à la plus grande affaire de corruption de l'histoire de l'Algérie moderne, et touche le secteur clé de son économie : le pétrole, au travers de la Sonatrach, la compagnie d'Etat. Un secteur qui permet à l'Algérie de compter plus de 150 milliards de dollars de réserve de devises.

Mi-janvier, l'ensemble de la direction de l'entreprise a été démise de ses fonctions. En tout, dix dirigeants ont été placés sous mandat de dépôt. Mohamed Meziane, PDG de la société nationale algérienne d'hydrocarbures (la fameuse Sonatrach), a été suspendu de ses fonctions et ...

2moisofferts

Gagnez le nouveau tee shirt Mediapart

Spécial offre d'été : abonnez-vous à Mediapart pour 9€, au lieu de 27€. Les 50 premiers abonnés recevront directement chez eux le tee shirt Mediapart.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte