Plus que quelques jours pour profiter de l'offre d'été

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement au lieu de 27€. À gagner, cette semaine : le livre Combat pour une presse libre, dédicacé par Edwy Plenel, pour 10 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Ven.29 août 201429/08/2014 Édition du matin

Syrie : les mauvais jeux diplomatiques déstabilisent la révolution

|  Par Caroline Donati

La démission du cheikh Mouaz al-Khatib de la Coalition n'est pas l'illustration d'une opposition syrienne désunie, mais bien la dénonciation des pressions contradictoires auxquelles se livrent les puissances étrangères : soutien des rebelles mais crainte des islamistes, volonté de voir l'opposition se structurer tout en évitant la formation d'un gouvernement transitoire...

Partage

Courage ou irresponsabilité ? Coup politique ou acte sincère ? Quoi qu’il en soit, la décision du cheikh Mouaz al-Khatib de jeter l’éponge à la tête de la coalition nationale des forces de la Révolution et de l’opposition syrienne a fait l’effet d’un coup de tonnerre. Sa démission, annoncée dimanche 24 mars, intervenait dans la foulée de l’élection par la coalition d’un chef de gouvernement intérimaire, Ghassan Hitto, et alors que l’opposition s’apprêtait à recevoir le siège de la Syrie à la Ligue arabe. 

Les deux hommes ont fini par se rendre ensemble à la réunion de la Ligue arabe, à Doha, mardi 26 mars. Ils forment un brillant tandem. Charismatique et extrêmement populaire en ...

2mois

Plus que quelques jours pour profiter de l'offre d'été

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement au lieu de 27€. À gagner, cette semaine : le livre Combat pour une presse libre, dédicacé par Edwy Plenel, pour 10 premiers abonnés.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte