live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à dimanche minuit !

6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau, l'Ebook Le FN à l'oeuvre.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Sam.28 mars 201528/03/2015 Édition du matin

L'infante d'Espagne éclaboussée par le scandale Noos

|  Par La rédaction de Mediapart

L'infante Cristina est convoquée le 27 avril chez le juge pour répondre de soupçons de « délit de trafic d’influence » dans le cadre de l’enquête sur le détournement de plusieurs millions d’euros d’argent public.

Partage

La fille cadette du roi d’Espagne, l’infante Cristina, se trouve à son tour éclaboussée par le scandale de corruption frappant son mari, Iñaki Urdangarin, après l’annonce, mercredi 3 avril, de sa convocation chez le juge.

Âgée de 47 ans, l’infante Cristina sera auditionnée le 27 avril pour répondre de soupçons de « délit de trafic d’influence » dans le cadre de l’enquête sur le détournement de plusieurs millions d’euros d’argent public.

Cette enquête, ouverte fin 2011, vise principalement l’époux de l’infante, l’ex-champion de handball reconverti dans les affaires, Iñaki Urdangarin. Ce dernier est suspecté d’avoir utilisé l’institut Noos, une société de mécénat qu’il a présidée entre 2004 et 2006, pour détourner de l’argent public.

L’instruction, menée par le juge José Castro, avait, jusqu’à ces dernières semaines, épargné la famille royale. Mais plusieurs révélations faites dans la presse par un ex-associé d’Iñaki Urdangarin, Diego Torres, ont peu à peu rapproché les enquêteurs de l’infante. Le 23 février, le juge avait ainsi déjà convoqué l’homme de confiance de Cristina, Carlos Garcia Revenga, ainsi que sa sœur aînée, Elena.

Partage