live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle d'abonnement à Mediapart jusqu'à minuit

Profitez de l'offre 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. En cadeau, le film Looking for Eric à télécharger.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.31 juillet 201431/07/2014 Édition de la mi-journée

Une coalition contre l'exportation des technologies de surveillance

|  Par La rédaction de Mediapart

Une coalisation d'ONG, dont Amnesty International, la FIDH, Human Rights Watch, Reporters sans frontières ou Privacy International, veut « tenir les gouvernements et les entreprises responsables des abus liés au marché en pleine expansion des technologies de surveillance des communications (estimé à 5 milliards de dollars à l’heure actuelle) ».

Partage

Un groupe d’ONG, parmi lesquelles Amnesty International, la FIDH, Human Rights Watch, Reporters sans frontières, Privacy International, Digitale Gesellschaft ou encore l’Open Technologie Institute, a lancé vendredi 4 avril une Coalition contre l’exportation des technologies de surveillance (CAUSE).

CAUSE « veut tenir les gouvernements et les entreprises responsables des abus liés au marché en pleine expansion des technologies de surveillance des communications (estimé à 5 milliards de dollars à l’heure actuelle) », explique sur son site la FIDH. « De plus en plus souvent, les gouvernements utilisent des logiciels, équipements et autres outils de surveillance qui portent atteinte, non seulement à la vie privée, mais également à de nombreuses autres libertés fondamentales. »

Le site internet de CAUSE, mis en ligne vendredi propose une liste des différentes technologies de surveillance proposées sur le marché par des entreprises privées ainsi que les utilisations répertoriées dans le monde : en Libye, Égypte, Éthiopie, Bahreïn, Émirats arabes unis, Maroc, Nigeria… Il propose également une lettre ouverte aux gouvernements du monde entier soulignant que « ces technologies permettent aux régimes d’écraser les dissidents ou les critiques, de geler la liberté d’expression et de détruire les droits fondamentaux qui sont à la base des sociétés démocratiques ».

 Le site de CAUSE.

Partage