1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Ven.31 octobre 201431/10/2014 Dernière édition

Comment la Syrie s'est servie des réseaux sociaux comme instrument de répression

|  Par La rédaction de Mediapart

Juste avant la répression, le régime de Bachar El-Assad a choisi de libérer les réseaux sociaux. Histoire de mieux connaître ses ennemis.

Partage

Au début, ça ressemblait à une ouverture du régime, écrit Jillian York: dans la foulée des révolutions tunisiennes et égyptiennes, Damas avait permis l'utilisation de Facebook, de YouTube et de Blogspot. Et puisque tout le monde disait qu'Internet avait permis les révolutions arabes, les activistes n'avaient pas de raison de s'en méfier.

Puis vinrent des nouvelles plus sombres: les autorités syriennes avaient obtenu d'activistes emprisonnés leur mot de passe de Facebook et leur wall envahi de message de propagande. Sur Twitter, des spambots ont commencé à diffuser des messages favorables au régime de Bachar El-Assad.

Les réseaux sociaux n'étaient pas les outils de la liberté, ils étaient des outils simplement, qui se plient aux besoins de ceux qui les ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte