1€

1€ seulement les 15 premiers jours d'abonnement à Mediapart

Mediapart c'est aussi... L'actualité culturelle. Retrouvez la richesse de Mediapart en vidéo. Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement les 15 jours premiers jours.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Mar.23 septembre 201423/09/2014 Édition de la mi-journée

Voir Naples survivre

|  Par Joseph Confavreux et La rédaction de Mediapart

Retour de l’usure, services publics au ralenti, travailleurs sociaux plus rémunérés, musées qui tombent en ruine ou partent en fumée… À Naples, la récession et les politiques d’austérité se greffent sur une crise structurelle : seul l’art de la débrouille permet, pour l'instant, d’éviter l'effondrement de toute une cité. Reportage texte et son.

Partage

Un article de Joseph Confavreux et Marine Vlahovic

C’est son banquier qui lui a donné le numéro de l'usurier. Après avoir refusé de lui accorder un prêt, faute de garanties suffisantes. Deux jours plus tard, Francesca Fiori recevait la visite du strozzino, « l'étrangleur », ainsi qu'on surnomme à Naples ceux qui pratiquent l’une des rares activités en plein essor depuis le déclenchement de la crise de 2008. À Rome, on parle du cravattaro : c'est plus chic mais tout aussi douloureux.

Francesca Fiori, maraîchère de 42 ans, avait hérité d'une entreprise familiale employant 10 personnes et produisant des choux-fleurs dans 90 serres de la périphérie napolitaine. Une entreprise solide, mais qui exigeait d'importants investissements, ...

UNEURO

1€ seulement les 15 premiers jours d'abonnement à Mediapart

Mediapart c'est aussi... L'actualité culturelle. Retrouvez la richesse de Mediapart en vidéo.
Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement les 15 jours premiers jours.
Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte