live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à minuit !

Mediapart à prix réduit : 6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau pour les 50 premiers abonnés : le tee shirt Mediapart.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.18 décembre 201418/12/2014 Dernière édition

Egypte : la nouvelle constitution adoptée, un ministre démissionne

|  Par La rédaction de Mediapart

Le projet de Constitution égyptienne a été approuvé par 63,8 % des voix exprimées lors du référendum qui s'est déroulé en pleine crise politique, les 15 et 22 décembre. 

Partage

Le projet de Constitution égyptienne a été approuvé par 63,8 % des voix exprimées lors du référendum qui s'est déroulé en pleine crise politique, les 15 et 22 décembre, a annoncé mardi 25 décembre au soir la commission électorale. La participation officielle ressort à 32,9 % des près de 52 millions d'électeurs inscrits, a précisé Samir Aboul Maati, le président de la commission. Ce résultat officiel est conforme aux estimations des Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, et des médias d'État qui avaient déjà rapporté que 64 % des votants avaient approuvé cette Constitution qu'ils défendent.

Controversé, le projet de Constitution avait donné lieu à des semaines de contestation, parfois émaillées de violences. Après l'annonce des résultats officiels, les États-Unis ont appelé mardi le président Morsi à mettre « fin aux divisions» et à «élargir le soutien au processus politique ». « Le président Morsi, en tant que président démocratiquement élu d'Égypte, a la responsabilité d'agir d'une façon qui reconnaisse le besoin urgent de mettre fin aux divisions, de bâtir la confiance et d'élargir le soutien au processus politique », a déclaré le porte-parole du département d'État, Patrick Ventrell, dans un communiqué.

Mardi soir, l'agence officielle MENA a par ailleurs annoncé la démission du ministre des communications Hany Mahmoud, qui n'a pas donné de précisions sur les raisons de sa décision prise il y a un mois. La date de cette démission semble coïncider avec l'annonce, le 22 novembre, du décret controversé par lequel le président Morsi s'était accordé des pouvoirs exceptionnels.

Partage