1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Dim.26 octobre 201426/10/2014 Dernière édition

A New Dehli, un viol toutes les 18 heures

|  Par La rédaction de Mediapart

Des slogans les plus criés (« Nous voulons être libérées de la peur ») aux plus radicaux (« Pendons les violeurs »), la capitale indienne New Delhi s’est enflammée après le viol collectif particulièrement brutal d’une étudiante en médecine.

Partage

Des slogans les plus criés (« Nous voulons être libérées de la peur ») aux plus radicaux (« Pendons les violeurs »), la capitale indienne New Delhi s’est enflammée après le viol collectif particulièrement brutal d’une étudiante en médecine. Manifestations et répression d’une particulière violence agite le pays depuis près d’une semaine.

Les autorités indiennes ont annoncé mardi 25 décembre la mort d’un policier lors de ces manifestations.

Difficile de dresser un tableau précis des violences faites aux femmes, dans une société où l’on se tait (ou l’on est contraint de se taire) pour sauvegarder une réputation. Un viol est rapporté toutes les dix-huit ...

1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement


Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte