2 mois offerts

En cadeau, le premier numéro de la Revue du Crieur

Lisez Mediapart tout l'été. Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ les 3 premiers mois, soit 2 mois offerts. En cadeau pour les 10 premiers, le premier numéro de la Revue du Crieur.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Ven.31 juillet 201531/07/2015 Édition de la mi-journée

Mot-clé : austérité

«En classe Eco». L’Europe est-elle condamnée à la récession?

|  Par Camille Landais et Gabriel Zucman

L’Europe est menacée d’une récession sans fin, une sorte de scénario à la japonaise. Comment se sortir de l’austérité à perpétuité ? Camille Landais et Gabriel Zucman, enseignants à la London School of Economics, posent la question à l’économiste Alexandre Delaigue.

Rythm&News n°7. Surveillance et austérité

|  Par La Parisienne Liberee

La Parisienne Libérée chante les mots suspects de l'algorithme qui vient. Elle tend son micro dans un cortège intersyndical : l'austérité a-t-elle un sens ? Avec en prime, une éclipse de fumigènes.

La politique d'austérité britannique a mis les plus fragiles à genoux

|  Par Thomas Cantaloube

La « bedroom tax » et le durcissement du « Work capability assessment » sont les deux mesures les plus critiquées du mandat de David Cameron, car elles ont frappé de plein fouet les personnes vulnérables, et particulièrement les handicapés. Reportage à Londres, à une semaine des élections.

Richard Seymour: «David Cameron incarne un libéralisme post-thatchérien»

|  Par Thomas Cantaloube

L'économie est l'un des principaux enjeux des élections législatives du 7 mai en Grande-Bretagne, notamment la question des coupes budgétaires. Pour Richard Seymour, économiste de gauche, l'objectif des conservateurs est de transformer l'État providence autour de la question : est-ce que vous méritez ce que vous obtenez? 

Elections britanniques: les Verts creusent leur sillon anti-austérité

|  Par Ludovic Lamant

Le parti vert britannique, qui revendique plus de 55 000 adhérents, espère confirmer, lors des élections législatives du 7 mai, son succès surprise des européennes en 2014. Austérité, services publics, immigration, jeunes : sur tous ces thèmes, il veut faire le plein chez les électeurs de gauche déçus par les positions trop centristes du Labour d'Ed Miliband.

A l'appel des syndicats, plus de 80 mobilisations en France contre l'austérité

|  Par Mathilde Goanec

Manifestation parisienne, le 9 avril, contre l'austéritéManifestation parisienne, le 9 avril, contre l'austérité © @Mathilde Goanec

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé ce jeudi dans toute la France, à l'appel de la CGT, FO, Solidaires et de la FSU. Contre l'austérité, la loi Macron, mais aussi pour l'emploi et les services publics : de nombreux enseignants, personnels de santé ou encore grévistes de Radio France étaient présents.

À quoi ressemble l'austérité en Grèce

|  Par La rédaction de Mediapart

En Grèce, l'austérité fait des ravages. Toutefois, des réseaux de solidarité se sont mis en place pour faire face aux difficultés quotidiennes. Des initiatives collectives de survie des plus précaires voient le jour.

A Francfort, à l'assaut de la BCE

|  Par Ludovic Lamant

Lors des prises de parole l'après-midi en plein centre de Francfort.Lors des prises de parole l'après-midi en plein centre de Francfort.

La coalition Blockupy a organisé mercredi une journée d'action musclée contre la Banque centrale européenne, le jour de l'inauguration de son nouveau siège à Francfort. « La crise entre pour la première fois en Allemagne », se réjouit l'un des organisateurs. Le sort de Syriza, et les manières de lui venir en aide, ont occupé une bonne partie des conversations.

Au Brésil, l'ampleur prise par le scandale Petrobras menace Dilma Rousseff

|  Par Lamia Oualalou

Manifestation demandant la destitution de Dilma Rousseff en février 2015, São Paulo.Manifestation demandant la destitution de Dilma Rousseff en février 2015, São Paulo. © Oswaldo Corneti/ Fotos Pública

Deux mois après le début de son second mandat, la popularité de la présidente brésilienne est au plus bas. En cause : le scandale de corruption au sein de l'entreprise nationale pétrolière. 49 politiques sont montrés du doigt, dont le président du Parlement Eduardo Cunha et celui du Sénat Renan Calheiros. La politique d'austérité imposée à la population est aussi de plus en plus critiquée.

G. Zimmer (Die Linke): « François Hollande devrait faire davantage » pour Athènes

|  Par Ludovic Lamant

Dans un entretien à Mediapart, la présidente du groupe de la GUE au parlement européen, à la gauche des sociaux-démocrates, revient sur les premières semaines de Syriza au pouvoir. « François Hollande devrait faire davantage. C'est dans son propre intérêt ! » juge-t-elle.

En Grèce, après les négociations à Bruxelles, tout reste à faire

|  Par Amélie Poinssot

L'accord trouvé avec l’Eurogroupe est un recul important sur les promesses de campagne de Syriza. Mais ce n’est pas une abdication : le gouvernement Tsipras a dû négocier ferme avec ses partenaires européens. Le résultat est un cocktail de réformes destinées aux demandes des Européens et de mesures pour faire face à la crise humanitaire du pays. Explications.

Des arguments en défense de l'accord conclu par Syriza

|  Par Ludovic Lamant

Des intellectuels montent au créneau pour défendre l'accord décroché par Syriza à Bruxelles, qui a le mérite d'« acheter du temps ». Mais ce fragile compromis renforce aussi la voix d'adversaires de l'euro, qui plaident pour une rupture plus musclée avec les institutions.

L'Allemagne fait plier la Grèce

|  Par Ludovic Lamant

Les ministres des finances grec et allemand.Les ministres des finances grec et allemand. © Reuters

Fin de l'acte 1 pour Syriza à Bruxelles : la Grèce a obtenu, vendredi soir, une prolongation de quatre mois du plan d'aide auprès de l'ex-Troïka, comme le voulait Berlin. Le gouvernement de Tsipras pourra négocier de la « flexibilité » sur certaines des conditions du prêt. Sur le fond, rien n'est réglé.

Montebourg s’alarme d’une «catastrophe» économique et démocratique

|  Par Laurent Mauduit

Arnaud Montebourg et François Hollande, en mai 2014.Arnaud Montebourg et François Hollande, en mai 2014. © Reuters

Les quatre notes confidentielles (ici en accès libre) dénonçant la politique d'austérité remises à François Hollande par Arnaud Montebourg, du temps où il était ministre, permettent de réécrire l'histoire du début du quinquennat. Dressant le bilan de ce débat esquivé, l'ancien ministre se montre très sévère : « Nous sommes en train de porter la marche du Front national vers le pouvoir. Je ne veux pas être co-responsable de cette politique suicidaire. »

Les conditions secrètes de Montebourg pour faire équipe avec Valls

|  Par Laurent Mauduit et Edwy Plenel

Le quatrième document secret qu'Arnaud Montebourg a remis à Mediapart est la longue lettre qu'il a adressée à François Hollande, le 30 mars 2014, le matin du second tour des municipales. Le ministre presse le chef de l'État de changer de cap, pour conjurer « le naufrage économique programmé pour la France et la tragédie politique de l’élimination de la gauche ». Pensant avoir été entendu, l'auteur de la missive acceptera peu après le portefeuille de l'économie.

Édition : Les invités de Mediapart

Il faut réhabiliter les services publics

|  Par Les invités de Mediapart

Pascal Beaudet, maire PCF d’Aubervilliers, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis s'insurge contre la disparition de nombreux services publics dans sa ville. « (...) le gouvernement poursuit la politique de baisse de la dépense publique menée par ses prédécesseurs. Il considère les services publics nationaux et locaux, ainsi que les droits sociaux, comme une charge insupportable qu'il faut réduire ».

2 mois offerts

2 mois offerts


9€ seulement les 3 premiers mois d'abonnement à Mediapart, au lieu de 27€. La Revue du Crieur pour les 10 premiers abonnés.
Abonnez-vous

Des fantômes

|  Par Dimitris Alexakis

Nous avons vécu longtemps dans la compagnie des fantômes et peut-être, par malheur pour nous, sommes-nous les seuls à pouvoir les décrire. Négocier avec les fantômes aura sans doute été l’erreur la plus funeste de notre histoire récente ; il nous aura fallu six mois pour comprendre que les fantômes ne négocient jamais mais attendent, plus immobiles et plus silencieux qu’un sphinx, que les enfants soient épuisés.

In the sick little world where I'm king - "Mauvaise chute"

|  Par Antoine LE ROUX

Angela Merkel assistait hier à l'ouverture du Festival d'opéra de Bayreuth, en Bavière.

D'un exit l'autre: Wolfgang Schäuble et la libération de l'Allemagne

|  Par michel feher

Au-delà du Grexit pour lequel il milite, c'est à un Gerxit qu'aspire, consciemment ou non, le ministre des finances allemand. Impitoyable pour les réfractaires à l'austérité, l'Europe selon ses voeux n'en est pas moins tapissée de peau de chagrin. ***

Une erreur politique majeure dont il faut espérer qu'on puisse encore sortir

|  Par Yvan Najiels

Je renvoie pour commencer au dernier texte du blog de Frédéric Lordon sur le site web du Monde diplomatique, texte qui pointe, à mon avis, les erreurs lourdes de la gauche anticapitaliste (terme que je préfère à celui de "gauche radicale") et ce depuis des années sur la question de l'Union Européenne, de l'euro et, partant, de la démocratie et de la souveraineté (pour l'instant, sans adjectif).

Chasse aux grévistes au Royaume-Uni

|  Par Florian Cornu

 Mercredi 15 juillet dernier, à peine deux semaine après l'annonce de coupes budgétaires drastiques dans le budget des aides sociales, le gouvernement conservateur de David Cameron a présenté un nouveau projet de loi clairement anti-syndicat. En encadrant et en criminalisant le droit de grève, ce projet qui remet en cause le droit du travail vise également à affaiblir le Labour (parti travailliste).

Le caractère inédit de la tragédie grecque

|  Par Charles Heimberg

16 juillet 2015. Triste journée que celle où un pays européen ayant exprimé par deux fois un vrai vote progressiste, un vrai vote d’espoir, se retrouve face au spectacle de l’inévitable déchirement de ses dirigeants et surtout du vote, pistolet sur la tempe, d’un absurde et inqualifiable renforcement de l’austérité dans un pays en pleine crise humanitaire pour éviter un possible chaos qui serait peut-être encore plus dommageable pour les plus démunis.

SYRIZA PARIS dit OXI au coup d'état financier

|  Par Virgil Brill

Comme tout abonné au bulletin de Syriza Paris j'ai reçu ce manifeste, signe que la dictature Européenne risque d'avoir quelques difficultés avec le peuple grec.

Qui va voter l'armistice ?

|  Par Jean-Michel NAULOT

L’accord européen a été salué par les déclarations triomphalistes des chefs d’Etat et de gouvernement qui y ont vu, chacun à  leur façon, leur succès personnel. Il est vrai que les dirigeants européens nous ont habitué depuis quelque temps à qualifier « d’historique » tout accord à partir du moment où ils y apposent leur signature. En revanche, les médias ont exprimé de manière assez générale un grand scepticisme, en soulignant la fragilité de l’accord et ses conditions extrêmement dures.

Une alternative est possible au plan négocié entre Alexis Tsipras et les créanciers à Bruxelles

|  Par cadtm

Le 5 juillet 2015, à l’issue du référendum initié par le gouvernement d’Alexis Tsipras et le parlement hellène, le peuple grec a rejeté massivement la poursuite de l’austérité que voulaient lui imposer les institutions qui auparavant agissaient sous le nom de Troïka. C’est une splendide victoire de la démocratie.

Après le Diktat imposé à la Grèce !

|  Par Grégory Garcia

Après la défaite démocratique, celle d'un "pré-accord" qui voit les avancées du parlement grec depuis février 2015 balayées par la Troïka et la victoire massive du non à 61% du référendum du

Europexit

|  Par Hansel

   

Alexis Tsipras, discours de Strasbourg (séance plénière du Parlement européen, 08/07/2015)

|  Par Dimitris Alexakis

discours prononcé par le Premier ministre grec lors de la séance plénière du Parlement européen, le 8 juillet 2015

L'Europe ? Un mythe. Sauf pour les banques et le marché au talon de fer.

|  Par max angel

   Qu'on me pince ! Je rêve... Il paraît que vivrions dans l'UNION Européenne. UNION ! De qui ? Pour qui ? Pour quoi ?

Crise grecque : l'Irlande n'est pas un modèle

|  Par Antoine Poulain ESJ

En défaut de paiement, la Grèce est souvent invitée à imiter le modèle d’austérité irlandais. Alors qu’elle était  au bord de la banqueroute il y a cinq ans, l’Irlande a retrouvé le chemin de la reprise économique, faisant la fierté du FMI et de l’Union Européenne. Mais cette vision idyllique dissimule une réalité moins envieuse.