2 mois offerts

2 mois d'abonnement offerts

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement les 3 premiers mois, en profitant de l'offre d'été. En cadeau cette semaine pour les 10 premiers abonnés, la clef usb et le sac Mediapart !

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.02 juillet 201502/07/2015 Dernière édition

Mot-clé : austérité

G. Zimmer (Die Linke): « François Hollande devrait faire davantage » pour Athènes

|  Par Ludovic Lamant

Dans un entretien à Mediapart, la présidente du groupe de la GUE au parlement européen, à la gauche des sociaux-démocrates, revient sur les premières semaines de Syriza au pouvoir. « François Hollande devrait faire davantage. C'est dans son propre intérêt ! » juge-t-elle.

En Grèce, après les négociations à Bruxelles, tout reste à faire

|  Par Amélie Poinssot

L'accord trouvé avec l’Eurogroupe est un recul important sur les promesses de campagne de Syriza. Mais ce n’est pas une abdication : le gouvernement Tsipras a dû négocier ferme avec ses partenaires européens. Le résultat est un cocktail de réformes destinées aux demandes des Européens et de mesures pour faire face à la crise humanitaire du pays. Explications.

Des arguments en défense de l'accord conclu par Syriza

|  Par Ludovic Lamant

Des intellectuels montent au créneau pour défendre l'accord décroché par Syriza à Bruxelles, qui a le mérite d'« acheter du temps ». Mais ce fragile compromis renforce aussi la voix d'adversaires de l'euro, qui plaident pour une rupture plus musclée avec les institutions.

L'Allemagne fait plier la Grèce

|  Par Ludovic Lamant

Les ministres des finances grec et allemand.Les ministres des finances grec et allemand. © Reuters

Fin de l'acte 1 pour Syriza à Bruxelles : la Grèce a obtenu, vendredi soir, une prolongation de quatre mois du plan d'aide auprès de l'ex-Troïka, comme le voulait Berlin. Le gouvernement de Tsipras pourra négocier de la « flexibilité » sur certaines des conditions du prêt. Sur le fond, rien n'est réglé.

Montebourg s’alarme d’une «catastrophe» économique et démocratique

|  Par Laurent Mauduit

Arnaud Montebourg et François Hollande, en mai 2014.Arnaud Montebourg et François Hollande, en mai 2014. © Reuters

Les quatre notes confidentielles (ici en accès libre) dénonçant la politique d'austérité remises à François Hollande par Arnaud Montebourg, du temps où il était ministre, permettent de réécrire l'histoire du début du quinquennat. Dressant le bilan de ce débat esquivé, l'ancien ministre se montre très sévère : « Nous sommes en train de porter la marche du Front national vers le pouvoir. Je ne veux pas être co-responsable de cette politique suicidaire. »

Les conditions secrètes de Montebourg pour faire équipe avec Valls

|  Par Laurent Mauduit et Edwy Plenel

Le quatrième document secret qu'Arnaud Montebourg a remis à Mediapart est la longue lettre qu'il a adressée à François Hollande, le 30 mars 2014, le matin du second tour des municipales. Le ministre presse le chef de l'État de changer de cap, pour conjurer « le naufrage économique programmé pour la France et la tragédie politique de l’élimination de la gauche ». Pensant avoir été entendu, l'auteur de la missive acceptera peu après le portefeuille de l'économie.

Athènes et Bruxelles ne sont toujours d'accord sur rien

|  Par Ludovic Lamant

Christine Lagarde (FMI) et Yanis Varoufakis, ministre des finances grec, à leur arrivée à l'Eurogroupe, mercredi, à BruxellesChristine Lagarde (FMI) et Yanis Varoufakis, ministre des finances grec, à leur arrivée à l'Eurogroupe, mercredi, à Bruxelles © Reuters

L'Eurogroupe de mercredi soir s'est conclu par un échec. Athènes a refusé in extremis de signer une déclaration commune. Le calendrier se resserre pour s'entendre sur une alternative à l'aide de la Troïka. Alexis Tsipras participe ce jeudi à son premier conseil européen.

Quand Montebourg expliquait à Hollande comment créer 1,5 million d'emplois

|  Par Laurent Mauduit et Edwy Plenel

Arnaud MontebourgArnaud Montebourg © Reuters

Dans sa troisième note secrète, en date du 31 janvier 2014, Arnaud Montebourg presse François Hollande d’infléchir le pacte de responsabilité qui vient d’être annoncé un mois plus tôt, et l’alerte sur l'effondrement du pouvoir d'achat des ménages. Il cherche à le convaincre qu’une politique économique plus équilibrée relancerait la croissance et ferait reculer fortement le chômage.

Quand Montebourg plaidait pour « une grande explication avec l'Allemagne »

|  Par Laurent Mauduit et Edwy Plenel

En date du 29 avril 2013, la deuxième note secrète adressée par Arnaud Montebourg à François Hollande révèle la gravité des désaccords entre les deux hommes : le premier redoute une explosion du chômage quand le second promet toujours une baisse. Le ministre du redressement productif plaide donc pour « une autre politique européenne et française » et presse le chef de l'État de s'appuyer sur les pays du sud de l'Europe pour surmonter l'obstacle allemand.

Tsipras obtient la confiance du parlement grec

|  Par La rédaction de Mediapart

Le gouvernement Syriza a logiquement recueilli les 162 voix des députés de sa coalition avec les Grecs indépendants.

2012-2014: les notes secrètes de Montebourg à Hollande

|  Par Laurent Mauduit et Edwy Plenel

Arnaud Montebourg a cédé à notre insistance et a accepté de remettre à Mediapart les quatre longues notes qu’il a adressées au chef de l’État de septembre 2012 à mars 2014, pour le convaincre de réorienter sa politique économique et européenne. La première de ces notes, que nous publions aujourd’hui, révèle que le débat a commencé au sein du gouvernement dès les premiers mois du quinquennat.

Barack Obama appelle à ne plus «pressurer» la Grèce

|  Par La rédaction de Mediapart

« À un moment, il faut qu’il y ait une stratégie de croissance afin de leur permettre de payer leurs dettes », estime le président américain.

Grèce: qui sont les ministres du gouvernement Tsipras

|  Par Amélie Poinssot

Aujourd'hui, Arnaud Romain lit l'article d'Amélie Poinssot : Grèce: qui sont les ministres du gouvernement Tsipras,

Grèce: qui sont les ministres du gouvernement Tsipras

|  Par Amélie Poinssot

Le nouvel exécutif grec a prêté serment ce mardi 27 janvier. Le gouvernement Tsipras affiche une ligne modérée sur le plan économique, accorde quelques concessions aux nationalistes d’ANEL, tout en préservant certains domaines chers à la gauche grecque. Aucune femme n’est présente sur les quinze postes de ministres.

Grèce: la révolution électorale. Live et réactions

|  Par Ludovic Lamant et Amélie Poinssot et martine orange

Alexis Tsipras, le leader de Syriza, dimanche 25 janvier.Alexis Tsipras, le leader de Syriza, dimanche 25 janvier. © Reuters

Près de dix millions de Grecs étaient appelés aux urnes dimanche pour élire leurs 300 députés. Syriza, le parti anti-austérité d'Alexis Tsipras, apparaît comme le grand vainqueur de l'élection, d'après les résultats officiels. Une projection, réalisée à partir de 80 % de bulletins dépouillés, lui donne 149 sièges. Réactions et décryptages, à Athènes et en Europe.

Un moment "à la Goebbels" dans la classe politique et les médias !

|  Par boudinovitch

Michel Sabin, Brice Hortefeux, Bruno Lemaire, Menteurs !

2 mois offerts

2 mois offerts

9€ seulement les 3 mois d'abonnement à Mediapart, au lieu de 27€. Cette semaine, des cadeaux Mediapart pour les 10 premiers abonnés.Abonnez-vous

«Nous n’avons peur que de la peur» (Alexis Tsipras au peuple grec, 28 juin 2015)

|  Par Dimitris Alexakis

Après l'annonce par le Premier ministre grec de la tenue, le 5 juillet prochain, d'un référendum sur les propositions des "Institutions" (FMI, BCE, Commission), le refus de l'Eurogroupe de prolonger pour quelques jours le programme d'aide à la Grèce, la décision de la Banque Centrale Européenne de ne pas relever le plafond de liquidités d'urgence octroyées aux banques helléniques et la tenue à Athènes d'un Conseil de stabilité financière, Alexis Tsipras a annoncé, dimanche 28 juin, que les banques seraient temporairement fermées à partir de lundi. Traduction de son adresse au peuple grec, retransmise par la première chaîne de télévision publique (ERT1).

l'impensable référendum grec

|  Par jacktenin

Impensable !

«Pour la souveraineté et la dignité du peuple grec» (Alexis Tsipras, Athènes, samedi 27 juin 2015)

|  Par Dimitris Alexakis

Dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 juin, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé, dans une adresse au peuple retransmise par la chaîne de télévision publique (ERT), la tenue d'un référendum sur les propositions faites à la Grèce par les "Institutions" (FMI, BCE, Commission européenne) dans le cadre des négociations sur la dette. Traduction.

Dette grecque : totalement insoutenable

|  Par ATTAC FRANCE

Alors que  tout indique qu'on s'achemine vers la rupture entre la Grèce et ses créanciers, Michel Husson, membre du Comité pour la vérité sur la dette grecque, résume ici les principales conclusions du rapport préliminaire qui vient d'être rendu public par Zoé Konstantopolou, la présidente du Parlement grec.  

La dette grecque est illégale, illégitime et odieuse selon le rapport du Comité sur la dette

|  Par cadtm

Les preuves présentées dans le rapport indiqueraient que la dette issue des plans d’austérité est une vi

Europe: le retour de la politique du pire

|  Par michel feher

Aux dires des dirigeants d'Athènes, les créanciers européens de la Grèce ne se rendraient pas compte que leur intransigeance fait le jeu des nazis d'Aube dorée. Il n'y a pourtant pas lieu de les accuser de distraction ou de négligence.  

[20-26 juin] Semaine européenne de soutien au peuple grec

|  Par Fondation Copernic

L’Union européenne tente de faire plier la Grèce, d’étouffer les voix qui proposent une autre Europe, celle de la dignité, de la solidarité, de la justice sociale. Ensemble, à Rome, à Berlin, à Londres, à Athènes, à Madrid, à Bruxelles, à Paris et dans de nombreuses autres villes, nous répondrons à l’appel des mouvements grecs « unis contre l’austérité et l’injustice sociale ».

Crise grecque : la démocratie contre les traités

|  Par Jean-Michel NAULOT

Alexis Tsipras refuse de diminuer les retraites, de réduire les salaires, d’augmenter la TVA… Aurait-il l’idée saugrenue d’appliquer le programme sur lequel il a été élu ? Il semble que oui ! On avait perdu l’habitude en Europe ! Les appels venus de Berlin, de Bruxelles et du FMI sont donc restés sans effet. Alexis Tsipras tient bon.

Intervention d’Alexis Tsipras devant le groupe parlementaire de Syriza, 16 juin 2015

|  Par Dimitris Alexakis

Intervention d’Alexis Tsipras, Premier ministre grec, devant le groupe parlementaire de Syriza (parti de la gauche radicale), mardi 16 juin 2015 (extraits).  

Grèce : le coup d’État ne sera pas télévisé

|  Par Dimitris Alexakis

Les rumeurs d’élections distillées depuis deux jours par les créanciers de la Grèce, l’inquiétude pour les «Grecs qui souffrent» exprimée avant-hier sur les ondes d’une radio française par le président de la Commission (qui a bien pris soin d’ajouter que c’était du «peuple» qu’il se souciait, et non de son «gouvernement» ni de son «Parlement»), la récente douche froide de Bruxelles (la délégation hellénique face à des interlocuteurs expliquant qu’ils n’avaient pas mandat pour négocier, l’interruption consécutive de cette réunion au bout de 45 minutes), le report des négociations à la fin juin, la campagne de dénigrement du gouvernement grec orchestrée par le FMI, la Commission européenne et les principaux quotidiens allemands et français («Die Welt», «Bild», «Le Figaro», «Le Monde»), campagne à laquelle le chef de file des sociaux-démocrates allemands vient d’apporter une lourde pierre et dont l’intensité a manifestement franchi un cap depuis deux ou trois jours ― tout cela, combiné à la fuite des capitaux en cours et à l’effondrement de la Bourse d’Athènes, montre que ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’est rien d’autre qu’une tentative de coup d’État financier et politique perpétrée contre le gouvernement grec, un gouvernement élu par le peuple il y a à peine moins de cinq mois.

entre nos mains (ces jours-ci dans les rues d’Athènes)

|  Par Dimitris Alexakis

{échos d’un débat avec Eric Noiré entamé à l’occasion du discours prononcé par Alexis Tsipras devant l’Assemblée nationale grecque, le 5 juin 2015, débat qui peut être suivi ici et là}  

La marmite européenne entre en ébullition - par Sergio Cararo

|  Par Segesta3756

27.05.15 - La situation en Europe, ou plutôt au sein de l'Union Européenne, est en train de bouillir.

In the sick little world where I'm king - "Bûcherons"

|  Par Antoine LE ROUX

Du 20 au 24 mai, l'Estonie a accueilli les championnats d'Europe de bûcheronnage.