élections européennes
Mediapart Live

«En direct de Mediapart», jeudi 24 avril dès 17h !

Rwanda, affaire Morelle, élections européennes... Ne ratez pas notre soirée spéciale «Europe : tout est à refaire !», en direct depuis la rédaction.

REJOIGNEZ-NOUS

Mediapart
Jeu.24 avril 201424/04/2014 Édition du matin

Mot-clé : Fortis

Belgique: du rififi dans la haute magistrature

|  Par Erich Inciyan

Un système de corruption mettant en cause des hauts magistrats «de Bruxelles et en dehors» vient d'être dénoncé au gouvernement par la PJ fédérale. Cette dernière a averti le ministre de la justice, Stefaan De Clerck, de l'existence de poursuites qui visent les sommets de la magistrature du royaume. De quoi éclairer certains des plus gros dossiers économico-judiciaires des dernières années, comme la faillite de la compagnie aérienne Sabena ou l'affaire BNP Paribas/Fortis. Le scandale, qui éclate ce jeudi 13 août dans la presse belge, n'en est encore qu'aux prémices. Comme pour éviter son étouffement, et de manière peu banale, la police belge prend au mot Lord Mountbatten : «La corruption, c'est un peu comme les escaliers, il faut commencer à les nettoyer par le haut»...

La belle journée de Michel Pébereau

|  Par martine orange

Mercredi 29 avril a été une belle journée pour le président de BNP Paribas. Coup sur coup, Michel Pébereau, conseiller très écouté de l'Elysée, a appris la démission de Daniel Bouton, son rival de toujours, de la Société générale et l'approbation des actionnaires belges et hollandais de Fortis. Après sept mois de tractations, la banque belge est désormais à portée de main de la banque française.

«Fortisgate», suite et fin?

|  Par martine orange

Pour la troisième fois, l'Etat belge et BNP Paribas ont conclu un accord sur la reprise de la banque belge Fortis par la banque française. Les deux premiers pactes ont échoué, faute d'obtenir l'approbation des actionnaires. Seront-ils favorables cette fois-ci au nouveau texte? A lire les engagements, les changements par rapport aux deux précédents textes sont minimes. Seule grande différence: les problèmes sur les risques sont reportés. Cela suffira-t-il pour convaincre les Belges, épuisés par six mois du feuilleton "Fortisgate"?

Belgique: le scandale financier provoque une crise politique

|  Par martine orange

Un gouvernement démissionnaire, un pays en pleine ébullition politique, un monde judiciaire en guerre ouverte contre l'exécutif, des actionnaires minoritaires qui crient à la spoliation: c'est le bilan d'une reprise à la hussarde de la banque Fortis par BNP-Paribas avec l'accord du premier ministre belge, Yves Leterme. En se proposant de sauver la première banque belge mais en imposant ses conditions, la banque française a tout le long de ce parcours manqué d'esprit de finesse. Récit.

A Cassis, les Moteurs Baudouin, victimes collatérales de la crise, sont au point mort

|  Par Louise Fessard

A Cassis (Bouches-du-Rhône), affaiblie par une dette de 11 millions d'euros et un actionnaire désireux de vendre, une PME spécialisée dans les moteurs de bateau, se voit obligée de déposer le bilan malgré un carnet de commandes plein et un marché maritime porteur. La société Baudouin est une victime collatérale de la crise financière et de la frilosité des banques.

Fortis: le temps du chacun pour soi

|  Par martine orange

Le temps du chacun pour soi s'impose désormais en Europe. Après l'Irlande, les Pays-Bas ont décidé vendredi soir de faire cavalier seul et de nationaliser tous les actifs néerlandais de Fortis. Le plan imaginé le week-end dernier pour sauver la banque belgo-néerlandaise est mort. Et la banque est démantelée. Le gouvernement belge a à nouveau un week-end pour trouver une solution pour la partie belge de Fortis. Mais il lui faut aussi rassurer sur le sort de Dexia.

La banque Fortis est la première victime européenne de la crise financière

|  Par martine orange

Alors qu'un accord sur le plan de sauvetage des banques américaines se dessine au Congrès, le monde bancaire européen vacille à son tour. Les pouvoirs publics belges, les autorités bancaires belges et européennes, se sont mobilisés, ce week-end, pour sauver Fortis. Il faut trouver une solution d'ici à lundi 29 septembre, afin d'éviter une panique bancaire.

Édition : Chiffres en bataille

20 milliards d'euros

|  Par E.Claire

C'est la différence entre ce que capitalisent aujourd'hui ensemble RBoS, Santander et Fortis soit 52 Mds€ et le prix que ces trois banques ont payé fin 2007 pour s'offrir