1€

Testez-nous pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Mer.16 avril 201416/04/2014 Dernière édition

Mot-clé : gandrange

La Parisienne Libérée: «Le Pacte de Florange»

|  Par La Parisienne Liberee


Cette semaine, la Parisienne Libérée chante “l'accord” conclu par le gouvernement avec ArcelorMittal... Si ça continue, il va falloir déboulonner la tour Eiffel !

Le document qui montre que Mittal bafoue ses engagements

|  Par martine orange

Mediapart publie le long document des engagements pris par Lakshmi Mittal auprès du gouvernement français en avril 2006, en pleine bataille boursière pour prendre le contrôle d’Arcelor.. Il n’en a tenu aucun, sans que ces entorses n'émeuvent aujourd'hui le gouvernement.

Florange : Hollande menace Mittal d'une nationalisation

|  Par Jérôme Hourdeaux et Lénaïg Bredoux

François Hollande a reçu mardi soir le président du groupe qui a annoncé la fermeture d'une partie du site de Florange. De plus en plus de voix, à gauche comme à droite, soutiennent l'idée d'une nationalisation temporaire défendue par Arnaud Montebourg.

En Moselle, le «non» à Sarkozy passe par le FN

|  Par Mathieu Magnaudeix


Marine Le Pen fait une percée en Moselle. Près de 25 % dans le département et près de 40 % dans le bassin houiller en déclin. A Florange, Gandrange ou Hayange, c'est un vote souvent populaire, motivé par la volonté de « changer de président » et de protester contre les galères du quotidien.

Le débat Guaino-Mailly : « Bonapartisme social ? Si vous voulez ! »

|  Par Sophie Dufau et Christophe Gueugneau et Mathieu Magnaudeix

Pourquoi Nicolas Sarkozy s’en prend-il ainsi aux syndicats et aux « corps intermédiaires » ? Le président sortant a-t-il vraiment un programme social ? Débat

« On est des travailleurs, pas des casseurs ! »

|  Par Mathieu Magnaudeix

Au LouvreAu Louvre

330 kilomètres en dix jours : les métallos de l'aciérie de Florange sont épuisés. Mais ils ont réussi l'essentiel : alerter sur la fermeture des derniers hauts-fourneaux de Lorraine.

Sarkozy : à Florange, «la CFDT trahit la confiance des salariés»

|  Par La rédaction de Mediapart

Dans une interview à L’Est républicain, le Républicain et Vosges-Matin, Nicolas Sarkozy chiffre son projet à 115 milliards d’euros, dont 75 milliards de réduction de la dépense publique et 40 milliards sur les recettes

Florange arrête ses hauts-fourneaux: une nouvelle affaire Gandrange

|  Par Mathieu Magnaudeix

4 février 2008. N. Sarkozy à Gandrange4 février 2008. N. Sarkozy à Gandrange © Reuters

ArcelorMittal annonce la fermeture pour une durée indéterminée des deux hauts-fourneaux de Florange. Deux mille emplois sont à terme concernés. Il y a deux ans, l'affaire Gandrange, autre site ArcelorMittal, avait miné les débuts du quinquennat Sarkozy. La fermeture de Florange pourrait bien devenir le principal dossier social de la campagne.

Edouard Martin, CFDT Arcelor-Mittal: «Sarkozy à Gandrange? Un traquenard minable»

|  Par Mathieu Magnaudeix

Nicolas Sarkozy a surpris son monde, jeudi 15 octobre, en se rendant à Gandrange (Moselle). En visite le 4 février 2008, il avait promis de convaincre le groupe ArcelorMittal de ne pas fermer une partie de cette usine lorraine ou de trouver un repreneur. Il avait également promis de revenir. Depuis, 595 salariés ont quitté l'usine. Le président n'était pas revenu. Jeudi, il s'est donc invité... en évitant l'usine.

Edouard Martin, CFDT Arcelor-Mittal.Edouard Martin, CFDT Arcelor-Mittal. © Reuters

Les patrons déçus par le sarkozysme

|  Par martine orange

Au printemps 2007, les patrons ne juraient que par lui. Nicolas Sarkozy était leur candidat, celui qui allait enfin mener la politique libérale et de réforme qu'ils attendaient tant. Un an plus tard, la déception est manifeste. Son style, sa façon d'exercer le pouvoir, de mener les réformes, peu de choses échappent à leurs critiques. Certains commencent à placer tout leur espoir dans François Fillon.

Gandrange: la colère, après les promesses oubliées

|  Par Mathieu Magnaudeix

ArcelorMittal a confirmé, vendredi 4 avril, aux syndicats la fermeture d'une partie de l'usine de Gandrange, en Moselle. Le bureau du directeur de l'usine a été mis à sac, des syndicalistes en sont venus aux mains. Après deux mois d'incertitude sur leur sort, les salariés sont exaspérés. Et d'autant plus en colère que Nicolas Sarkozy en personne avait promis de ne pas les laisser tomber.

Gandrange bientôt repris par un briseur de grèves?

|  Par Mathieu Magnaudeix

Gerdau, le sidérurgiste brésilien qui s'est officiellement porté candidat à la reprise de l'usine ArcelorMittal de Gandrange, n'est pas un exemple de dialogue social. En 2005, il a tout simplement fermé pendant six mois une de ses usines américaines parce que des négociations avec les syndicats n'avançaient pas. Une pratique totalement illégale.

ArcelorMittal confirme la fermeture partielle de l'usine de Gandrange

|  Par Mathieu Magnaudeix

Les élus du comité d'entreprise d'ArcelorMittal Gandrange ont reçu ce samedi un document dans lequel le groupe Mittal confirme qu'il ferme une partie de l'aciérie. Le groupe n'a pas tenu compte du rapport de l'expert mandaté par les syndicats qui pointait les défauts de sa gestion et réclamait d'importants investissements.

Gandrange : l'expert demande 40 millions d'euros à Mittal

|  Par Mathieu Magnaudeix

Dans un contre-projet mandaté par les syndicatset communiqué à Mediapart, le cabinet d'expertise Syndex affirme que le site de Gandrange (Moselle) est viable à condition qu'ArcelorMittal accepte d'investir 40 millions d'euros.

Mittal pensait à fermer l'usine de Gandrange dès 2005

|  Par Mathieu Magnaudeix

A Gandrange (Moselle), les salariés d'ArcelorMittal attendent de connaître leur sort. Leur patron Lakshmi Mittal, semble décidé à fermer la moitié de l'usine, comme il l'a annoncé en janvier. Mais des repreneurs sortent peu à peu du bois. Leur constat : le site peut-être viable, à condition d'investir dans l'outil et la formation. Selon notre enquête, le groupe Mittal a interrompu tout investissement significatif dans l'usine et envisageait même de fermer une partie de l'usine depuis la fin de l'année 2005.

La mort sans bruit de 552 accidentés du travail

|  Par Michaël Hajdenberg

Ce matin, journaux et radios relatent les assassinats à répétition à Marseille, une tuerie dans les Alpes, le sort d’une Anglaise disparue dans l’Hérault. Et puis la mort de deux ouvriers sur le site d’Arcelor-Mittal à Gandrange. Les deux victimes, un intérimaire de 26 ans et un Alsacien de 49 ans, ont été ensevelis dans l'effondrement du toit d'un bâtiment désaffecté du site qu'ils étaient en train de démonter.

Faut pas prendre les Lorrains pour des cons !

|  Par Pierre PEYRARD

Alors que les journalistes du Point, du Monde

Édition : Anti-buzz

Les Perles du Net

|  Par Michele Iltis

Et pour une fois où cela peut être entendu au sens propre de l’expression, cette synthèse exacte du point à mi-mandat de l’action du président de la République méritait d’être lue par le plus grand nombre. L’auteur « Nos », c’est son pseudonyme de bloggeur et messager de Pangloss, nous la livre de plus dans un style flamboyant.

Gandrange : merci, monsieur le président!

|  Par Mathieu Magnaudeix

  Merci, monsieur le président. Oui, vraiment, merci. Hier soir, vous avez confirmé ce que Mediapart avait dit il y a déjà plusieurs semaines : l'industriel Poweo, le concurrent d'EDF dirigé par votre ami Charles Beigbeder (frère de, figure du Medef, président de la Fondation pour l'Innovation politique proche de l'UMP) n'investira pas à Gandrange comme vous l'aviez promis en avril 2008 aux syndicalistes d'ArcelorMittal que vous aviez convoqués à l'Elysée. Envolés, les 500 millions d'euros d'investissement prévus, les 600 emplois induits par la construction de deux centrales au gaz, les 80 autres pour les faire tourner...   > Pour relire notre article du 5 décembre, c'est par là.  

Une certaine vulgarité d'Etat

|  Par Fabrice Arfi

 

barthes.png

Un grand homme, l'écrivain et sémiologue Roland Barthes (1915-1980), a dit un jour que «la politesse est plus généreuse que la franchise, car elle signifie qu'on croit à l'intelligence de l'autre». L'étude du comportement présidentiel de ces derniers mois a de quoi inquiéter quant à la politesse d'esprit du chef de l'Etat. Ce sont toujours des petites phrases, des petits gestes, des petites manies surprises en pleine vie publique mais qui en disent long sur la vérité du personnage qui nous gouverne. Voici, en cinq dates, le récit en images d'une certaine vulgarité d'Etat.

La France... une Démocratie ?

|  Par Etoile66

Ecrivant des commentaires sur plusieurs blogs, je me considère plus comme une observatrice critique que comme un "écrivain". Cependant, ce sujet me tenant particulièrement à coeur, je souhaite en partager quelques idées avec les lecteurs. La question: La France... une Démocratie ?