Antoine Perraud

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Une palme d'or pour le frétillant Manoel de Oliveira

    Par
    Au festival de Cannes, lundi soir, alors même qu'il subissait un hommage fait pour statufier (la palme d'or pour l'ensemble de son œuvre), Manoel de Oliveira, né le 12 décembre 1908, ne se résigne pas à l'absence de mouvement et sautille comme une métaphore du 7e art à ses débuts...
  • Photo du 22 mars: Gérard-Aimé, «photographe officiel officieux» du mouvement

    Par

    Alors que nous tâchons toujours de retrouver une dizaine des visages de la photographie du 22 mars 1968 (visible sur ce blog en accès libre), prise dans la salle du conseil de la faculté de Nanterre occupée par les étudiants, voici le témoignage de l'auteur du cliché : Gérard-Aimé. Il revient sur son rôle, alors qu'il avait un pied en dedans et un pied en dehors de la fac et tandis que le mouvement étudiant gagnait en intensité.

  • Renaud Camus, torero de la déculturation

    Par
    Avec mélancolie, amertume et hargne, Renaud Camus, dans La Grande Déculturation (Fayard, 152 p., 15 €), s'en prend aux agents actifs et passifs de l'extinction culturelle, telle qu'il la perçoit en France. Face à l'Autre, jugé comme une menace dans sa grouillante et vulgaire diversité, l'écrivain en vient à prôner l'auto-enfermement salvateur propre au bigorneau spirituel...
  • Yves Le Floch : «Je suis un vaincu de juin»

    Par
    Le nouveau protagoniste de la photo du 22 mars 1968 prise par Gérard-Aimé dans la salle du conseil occupée de l'université de Nanterre, n'a pas de visage. On n'aperçoit que ses cheveux. Mais c'est bien Yves Le Floch, d'autres clichés l'attestent. Il a vécu mai 68 aux premiers rangs, puis, l'échec consommé, s'est retiré, comme le fait l'océan sur certaines plages. Et c'est en mer qu'il vécut cet effacement voulu et revendiqué.
  • Photo du 22 mars : un dixième apparaît masqué

    Par
    Nous pensions retrouver pour le 13 mai la vingtaine de témoins photographiés le 22 mars à Nanterre par Gérard-Aimé, lors de l'occupation de la salle du conseil de l'université. Nous sommes seulement à la moitié du chemin. Et ce dixième protagoniste, Yves Le Floch, est quasiment absent sur le cliché. On ne voit que sa chevelure : son visage est masqué par celui d'Isabelle Saint-Saëns. Or comme pour aller jusqu'au bout de cette métaphore, après le reflux de mai, Yves Le Floch a vécu caché, sinon heureux...
  • Retour sur le 13 mai 1958: coup d'État ou coup d'éclat?

    Par

    Le 13 mai 1958, la prise du GG (gouvernement général) sur la place du Forum d'Alger par des partisans surchauffés de l'Algérie française, qui enrôlèrent le général Massu, aboutit à un appel au général de Gaulle, suivi de son retour au pouvoir. Rappel de ce qui demeure comme un spectre qui hante la Ve République...

  • Soutien de Bush et de la guerre en Irak, la revue "Le Meilleur des mondes" esquisse une autocritique

    Par
    Le Meilleur des mondes, revue trimestrielle parfois présentée de façon un peu rapide comme l'organe des néo-conservateurs français, se désolidarise de la guerre menée en Irak par George Bush, dans l'éditorial de son numéro 7 qui paru vendredi. Ce changement de cap d'un pan intellectuel, lié de près ou de loin à l'ouverture à gauche entreprise par Nicolas Sarkozy, apparaît comme un symptôme qui pourrait s'avérer lourd de sens. Mediapart a donc pris le vent du Meilleur des mondes.
  • Du sarkoberlusconisme

    Par

    Dans un pamphlet analytique qui vient de paraître, Pierre Musso, professeur de sociologie à l'université de Rennes-II, entend cerner tous les mythes constitutifs, les idéologies bricolées, les moyens mis en œuvre par Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi pour se saisir du pouvoir de chaque côté des Alpes. Le Sarkoberlusconisme (Ed. de l'Aube, 172 p., 16,50 €) passe en revue les techniques héritées du marketing, de la télévision et du management, histoire d'ériger, sur fond de crise de l'État, une figure symbolique composite, à la fois anti et néo-politique.

  • Grotte d'Ouvéa, côté tueurs

    Par

    Dans un documentaire diffusé par France 2, le 8 mai, la réalisatrice Élizabeth Drévillon reconstitue l'enchaînement du massacre de la grotte d'Ouvéa, en s'attachant, avec rigueur et recul critique, à la parole et à la logique des exécuteurs. Il en résulte la vivisection d'un vieux réflexe colonial vainement ripoliné par des politiques et des militaires, jouets d'un engrenage qu'ils feignent d'organiser.

  • Mai 68 comme épiphanie

    Par
    Avec 68 année zéro, diffusé sur Arte le 30 avril, Ruth Zylberman offre un documentaire qui décèle avec autant de grâce que de force la nature profonde, polyphonique, fragile et entêtante de mai 1968, à travers six destins croisés en France, en Italie, en RFA devenue Allemagne, en Tchécoslovaquie devenue République tchèque.