Antoine Perraud

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Grotte d'Ouvéa, côté tueurs

    Par

    Dans un documentaire diffusé par France 2, le 8 mai, la réalisatrice Élizabeth Drévillon reconstitue l'enchaînement du massacre de la grotte d'Ouvéa, en s'attachant, avec rigueur et recul critique, à la parole et à la logique des exécuteurs. Il en résulte la vivisection d'un vieux réflexe colonial vainement ripoliné par des politiques et des militaires, jouets d'un engrenage qu'ils feignent d'organiser.

  • Mai 68 comme épiphanie

    Par
    Avec 68 année zéro, diffusé sur Arte le 30 avril, Ruth Zylberman offre un documentaire qui décèle avec autant de grâce que de force la nature profonde, polyphonique, fragile et entêtante de mai 1968, à travers six destins croisés en France, en Italie, en RFA devenue Allemagne, en Tchécoslovaquie devenue République tchèque.
  • Dans la famille Houellebecq, la mère se rebiffe

    Par
  • Sylvie Quesemand-Zucca : «Les organisateurs n'ont su que se montrer redondants»

    Par
    Bertrand Delanoë a démenti toute idée de fermeture de l'exposition « Les Parisiens sous l'Occupation », qui présente à la Bibliothèque historique de la ville de Paris quelque deux cent cinquante photographies en couleurs d'André Zucca (1897-1973). Mediapart, après deux articles consacrés à cet accrochage controversé, donne la parole à la psychiatre Sylvie Quesemand-Zucca, veuve du fils du photographe, le cinéaste Pierre Zucca (1943-1995).
  • François Mitterrand en version définitive ?

    Par
    Mitterrand à Vichy de Serge Moati, diffusé ce mardi 22 avril sur France 2, est composé d'un docu-fiction suivi d'un documentaire, le tout étant censé nous faire comprendre un moment de l'Occupation. Quel fut l'itinéraire sinueux d'un jeune homme ambitieux qui ne manquait pas de courage dans une France déboussolée ? Comment dégager ses responsabilités sans perdre de vue la complexité d'une époque qui nous travaille encore ?
  • Cavalcade dans l'œuvre d'Aimé Césaire

    Par
    À l'heure de la mise en terre d'un poète à la fois martiniquais et cosmique, rien n'est plus jubilant et croque-vie que de parcourir son œuvre poétique, laissée en héritage. La langue française y est revivifiée à chaque mot, volcanique et réfléchie à la fois. Aimé Césaire fut un puissant et subtil laboureur de l'eau, de l'air et du feu...
  • Retour sur l'exposition controversée André Zucca

    Par
    Dans un précédent article, nous avions montré comment l'exposition des clichés en couleur réalisés par André Zucca sous l'Occupation à Paris trahissait le travail de mémoire entrepris, notamment par son fils Pierre Zucca dans ses films, à propos de ce photographe bien trouble. Aujourd'hui, nous revenons sur l'origine de cette manifestation culturelle en interrogeant ses concepteurs. Comment ont-ils pu se contenter d'une exposition sans histoire, qui ne pouvait qu'en faire tant, par contrecoup ?
  • André Zucca et le piège des photos sans histoire

    Par
    En refusant la part d'ombre des photographies en couleur d'André Zucca (1897-1973) prises à Paris, pendant l'Occupation, pour le bimensuel de la collaboration Signal, le commissaire de l'exposition qui se tient jusqu'au 1er juillet à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a commis une erreur fatale.
  • Sarkozy pris aux mots

    Par
    Dans Les Mots de Nicolas Sarkozy (Seuil, 176 p., 16 €), Louis-Jean Calvet et Jean Véronis estiment que la rupture politique promise a surtout donné lieu à une rupture linguistique. Ils analysent et décryptent la redoutable efficacité rhétorique du candidat devenu président, qui vampirise la gauche comme la droite, avec, à la manœuvre, Henri Guaino. Les auteurs détaillent avec une verve scientifique et croustillante les procédés, les ficelles, les tics, les lapsus d'un bateleur qui récite ce que lui dicte son stratège rhétorique.
  • Lire contre les expulsions

    Par
    Lundi 7 avril au soir, avec les comédiens du Théâtre du Soleil, Ariane Mnouchkine a donné à entendre des lettres adressées à Brice Hortefeux pour protester contre la rétention et les expulsions d'étrangers en situation irrégulière. Cette vague de réprobation coordonnée par RESF (Réseau éducation sans frontières) a trouvé une traduction théâtrale, à la Cartoucherie de Vincennes, conclue par Jeanne Moreau, rebelle comme le jour.