Antoine Perraud

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • La quatrième des "22" du 22 mars apparaît !

    Par
    Parviendrons-nous à retrouver les vingt-deux témoins photographiés par Gérard-Aimé le 22 mars 1968, lors de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre? Après trois premiers témoins Yves Fleischl, Danièle Schulmann et Isabelle Saint-Saëns, voici Nicole Lapierre, sociologue, qui revient sur l'hier et l'aujourd'hui.
  • David Rieff sur la mort de sa mère, Susan Sontag

    Par
    Rieff 1 © Mediapart
    Dès sa publication aux Etats-Unis d'Amérique, Mediapart a rendu compte du livre dans lequel David Rieff décrit et analyse la mort de sa mère, Susan Sontag. À l'occasion de la sortie, en français, de Mort d'une inconsolée, David Rieff, de passage à Paris, répond à nos questions dans le brouhaha de La Coupole, à quelques pas du cimetière du Montparnasse, où il décida que reposerait sa mère, qui n'avait laissé aucune consigne à propos de ce qu'elle refusait d'envisager : sa fin.
  • Isabelle Saint-Saëns : « Une effervescence intellectuelle mais aussi érotique »

    Par
    Le troisième visage de la photographie du 22 mars 1968 à Nanterre est une étudiante en sciences-éco de 20 ans révolus à l'époque : Isabelle Saint-Saëns. Issue d'un milieu artistique, communiste et résistant, elle vécut ces moments pionniers comme un émerveillement fondateur. Elle demeure fidèle au 22 mars à sa façon : engagement, esprit critique, anti-autoritarisme.
  • Les vingt-deux du 22 mars : et de trois !

    Par
    Parviendrons-nous à retrouver les vingt-deux témoins photographiés par Gérard-Aimé le 22 mars 1968, lors de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre ? La chasse à l'homme patrimoniale continue. Après deux premiers témoins Yves Fleischl et Danièle Schulmann, voici Isabelle Saint-Saëns qui évoque, quarante après, ces riches heures anti-autoritaires, qu'elle tâche de retrouver dans ses activités militantes d'aujourd'hui.
  • Quand de Gaulle s'estimait offensé, la justice frappait

    Par

    L'affaire du prétendu SMS envoyé par Nicolas à Cécilia avant d'épouser Carla donna lieu, juste pour l'effet d'annonce, à un petit tour de piste procédurier. L'épisode ridicule vient de se clore et Mediapart en profite pour montrer ce que fut, a contrario, en 1965, l'un de ces orages judiciaires que déclencha le jupiterien Charles de Gaulle, qui ne badinait pas avec la notion d'offense au chef de l'État.

  • Marcel Trillat : «Nous avons affaire à un piège»

    Par
    Marcel Trillat est entré à la télévision en 1966, pour le magazine Cinq colonnes à la une. Il a été licencié en 1968 et s’est lancé dans l’aventure des collectifs de documentaires militants et dans les radios libres. Revenu sur Antenne 2 en 1981, il s’est imposé comme l’une des consciences du service public, «placardisé», aussi bien par la droite (1986) que par la gauche (1991). Administrateur de France Télévision (2001-2006), il donne pour Médiapart son analyse de la situation.
  • La traque des vingt-deux du 22 mars continue !

    Par
    Parviendrons-nous à retrouver les vingt-deux témoins photographiés par Gérard-Aimé le 22 mars 1968, lors de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre ? La chasse à l'homme patrimoniale continue. Après un premier témoin, Yves Fleischl, voici Danièle Schulmann qui nous parle, quarante après, de ce moment décisif et de ses suites.
  • Danièle Schulmann : « Nous étions élevés dans le souvenir de la Résistance »

    Par
    Voici le deuxième témoin qui surgit de la photographie prise dans la nuit du 22 mars, lors de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre. Elle s'appelle Danièle Schulmann. Elle était alors la compagne de notre premier témoin, Yves Fleischl. Elle venait de Neuilly et passait sa vie à vouloir le faire oublier...
  • Un livre de David Rieff : Susan Sontag comme métaphore

    Par

    Un fils retrace avec pudeur mais acuité l'ultime combat de sa mère qui ne voulait pas mourir. Il en résulte un livre à la fois personnel et universel, qui radiographie l'attitude de notre monde contemporain développé face au trépas.

  • "La Résistance" : le docu-fiction de France 2 rétablit les mythes sous prétexte de les pulvériser

    Par
    Christophe Nick, en optant pour un dispositif destiné au public le plus large possible, se retrouve piégé par une forme qui induit le fond. Son docu-fiction sur la résistance magnifie et simplifie à outrance.