Antoine Perraud

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Photo du 22 mars : une huitième peut en cacher un neuvième

    Par
    Le rythme s'accélère et, pourtant, nous risquons de marquer le pas. Il nous reste une douzaine de visages à identifier avant le 13 mai. La pêche est aujourd'hui bonne, presque miraculeuse. Voici donc Odile Cointet. Elle nous raconte ce qu'elle était à 20 ans, ce qu'elle est devenue ensuite.
  • Odile Cointet : « Tout s'est accéléré dans ma vie »

    Par
    Notre huitième figure de la photographie du 22 mars à témoigner est l'une des plus étranges (avec l'homme debout à sa gauche, que nous recherchons toujours) : la jeune fille, assise à droite, qui pose ses deux pieds sur la tranche de la table de la salle du conseil de l'université. Elle s'appelle Odile Cointet et se souvient de ce jour qui l'a bouleversée à jamais.
  • Nilo Perarnau : « Nous nous intéressions à ce qui nous cadenassait »

    Par
    Notre septième témoin, Nilo Perarnau, se situe sur la photographie de Gérard-Aimé entre notre sixième figure, Dominique Gouguenheim, et notre première, Yves Feischl. Il est de profil, un peu en retrait. Il a 23 ans et porte sur ses épaules la tradition anarchiste espagnole vaincue par Franco. Il vient d'une famille ouvrière et se sent mal à l'université. Mais c'est notre permier enseignant, quarante ans après...
  • Photo du 22 mars : un septième sort de l'ombre

    Par
    Nous atteignons le tiers de la tâche fixée par nous-mêmes, tel un pari fou : retrouver les vingt-deux protagonistes de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre en 1968, saisis par le photographe Gérard-Aimé. Voici effectivement, en sus de Daniel Cohn-Bendit, le septième témoin anonyme à parler : Nilo Perarnau. Il figure de profil, entre notre premier témoin, Yves Fleischl, et notre sixième, Dominique Gouguenheim...
  • Dominique Gouguenheim : «Les hommes dominaient encore les femmes»

    Par
    Le sixième visage de la photographie du 22 mars à s'exprimer, quarante ans après le cliché, est celui de Dominique Gouguenheim. Bien avant la mode actuelle d'envisager les choses sous l'angle « gagnant-gagnant », elle avait réfléchi sur ce qui se perd et ce qui se gagne dans un mouvement pareil et dans son sillage. Suite de notre approche polyphonique et humaine des événements...
  • La sixième du 22 mars sera douce-amère...

    Par
    Parviendrons-nous à retrouver les vingt-deux témoins de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre en 1968 ? En voici une sixième, Dominique Gouguenheim. Elle est la deuxième au premier rang, en partant de la gauche. Son souvenir est mitigé, aux antipodes d'une vérité officielle...
  • Alain Frappart : « J'étais un étudiant fantôme »

    Par
    Le cinquième étudiant que nous avons retrouvé, parmi les vingt-deux visages à découvrir qui figurent sur la photographie que nous avons choisie du 22 mars 1968 à Nanterre, est jusqu'à présent le plus âgé. Il est né en 1946, il a fait sa vie dans les Cévennes et il a pour nom Alain Frappart.
  • Cinquième station sur le chemin du 22 mars

    Par
    Parviendrons-nous à retrouver les vingt-deux témoins de l'occupation de la salle du conseil de l'université de Nanterre en 1968? En voici un cinquième, Alain Frappart. Il figure au centre du cliché mais vit depuis plus de trente ans excentré, dans les Cévennes.
  • À Louviers, l'occasion unique de découvrir Vinaver

    Par
    La scène nationale de Louviers présente la première pièce (Les Coréens, 1955) et la dernière (11 septembre 2001, 2002) d'un de nos plus grands dramaturges, Michel Vinaver, 81 ans. Voilà une occasion unique de découvrir la cohérence folle d'un théâtre lèche-flammes.
  • Nicole Lapierre : « Un réel souci du monde »

    Par
    Quatrième personne figurant sur la photographie du 22 mars à témoigner : la sociologue Nicole Lapierre, qui présidait aux destinées du ciné-club de l'université de Nanterre...