Antoine Perraud

Antoine Perraud travaille depuis 1986 à France Culture, où il produit l’émission “Tire ta langue” depuis 1991 (avec une interruption de 2006 à 2009 consacrée à “Jeux d'archives”). Il est l’auteur de documentaires historiques et littéraires: “Une vie, une œuvre” (Jacques Bainville, Confucius…), “Le Bon Plaisir” (Bronislaw Geremek, Pierre Combescot…), “Mitterrand pris aux mots”, ainsi que de séries d’été: 18 heures sur Elias Canetti, 10 heures sur Charles de Gaulle, 5 heures sur la télévision française de 1944 à 1964… Par ailleurs et de surcroît, participation à l'émission que Laure Adler confia en 2004 à Élisabeth Lévy (avant que David Kessler ne l'en dessaisît en 2006) : “Le Premier Pouvoir”.

De 1987 à 2006, Antoine Perraud a été critique et grand reporter à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme « bobo » (inventé par David Brooks) dans notre idiome en 2000, comme l’atteste la dernière édition du Grand Robert de la langue française

Diplômé du CFJ (Centre de formation des journalistes) en 1983, Antoine Perraud a régulièrement pris du champ : deux ans au Korea Herald (Séoul), DESS de correspondant de presse en pays anglophones, fondation “Journalistes en Europe”, préparation (aussi vaine qu'éphémère !) à l’agrégation d’histoire.

En 2007, il a publié La Barbarie journalistique (Flammarion), qui analyse, à partir des affaires Alègre, d’Outreau et de la prétendue agression du RER D, comment le droit de savoir peut céder le pas à la frénésie de dénoncer.

Membre du comité de lecture de la revue Médium (directeur: Régis Debray) depuis 2005, Antoine Perraud contribue depuis 2006 au supplément littéraire du quotidien La Croix. Fin 2007, il a rejoint mediapart.fr

Pour en savoir plus :
http://www.auditeurs-de-france-culture.asso.fr/?Dejeuner-Rencontre-du-29-janvier

Ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Publicité à la télévision: l'Elysée a déjà réécrit le rapport Copé

    Par
    Ce mercredi à 16h15, après la remise qui lui sera faite du rapport rédigé par la commission pour une nouvelle télévision publique suite à quatre mois de travaux, Nicolas Sarkozy prendra la parole. Le chef de l'État ne devrait pas résister au plaisir d'infliger quelques corrections à Jean-François Copé, le président de la commission. L'Elysée veut ainsi doubler la taxe proposée sur les fournisseurs d'accès Internet et les opérateurs mobiles.
  • Le rapport Copé à la moulinette Sarkozy

    Par
    Ce mercredi après-midi, lors de la remise qui lui sera faite du rapport rédigé par la commission pour une nouvelle télévision publique après quatre mois de travaux, Nicolas Sarkozy ne devrait pas résister au plaisir d'infliger quelques corrections à Jean-François Copé, le président de la commission, qui ne s'était lui-même pas privé de donner quelques leçons à France Télévisions...
  • La mort de Klaus Michael Grüber (Le Temps)

    Par
  • La télé sans vision de Nicolas Sarkozy

    Par
    La fin de la publicité sur les écrans de France Télévisions prive le service public de financement sans pour autant lui restituer une identité, un projet, les moyens d'une ambition. Tout semble fait pour que la commission Copé, qui parachève ses recommandations avant de les remettre le 25 juin à Nicolas Sarkozy, n'ait été qu'une entreprise de pompes funèbres parée des meilleures intentions : rajouter quelques chevaux au corbillard. Lire notre "parti pris".
  • Youssef Chahine, éternelle passerelle entre l'Orient et l'Occident

    Par

    Né le 25 janvier 1926, Youssef Chahine, profondément arabe et profondément ouvert au monde, a su porter un regard magnifique et incisif sur les lâchetés, les déroutes, les mensonges et les horreurs inhérents à l'Orient comme à l'Occident, en une quarantaine de longs-métrages aux destins de boomerangs. Sa mort a été annoncée ce dimanche 27 juillet.

  • J'ai changé mon psy contre un chaman (Le Temps)

    Par
  • Copé prétend tout changer en six mois à France-Télévisions

    Par
    Jean-François Copé a présenté, lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi à l'Assemblée nationale, ces souhaits quant à l'architecture d'une télévision publique transformée sur le modèle d'une «grande entreprise moderne». Elle devrait proposer des «contenus ambitieux» à des Français enfin pris en considération, jusqu'au niveau le plus local, s'il faut en croire le ton conquérant du président de la commission, qui remettra son rapport le 25 juin à Nicolas Sarkozy.
  • À quoi sert encore la commission Copé ?

    Par
    Un paysage audiovisuel français se met en place pour que la commission Copé s'y enlise. La sauvegarde de la télévision publique s'est transformée en promotion du secteur privé : le président de la République reconnaîtra sans doute les siens...
  • PPDA, la plaque tournante de notre libido nationale

    Par

    Le départ annoncé de Patrick Poivre d'Arvor touche aux structures mentales mêmes d'un pays façonné autant que fasciné par la télévision : c'est la fin d'une liaison cathodique où la libido jouait un rôle moteur. Et s'il y avait quelque chose d'animal dans cette éviction du mâle longtemps dominant du PAF ? Petite revue en images des «gorilleries» et des «babouineries», comme écrivait Albert Cohen, propres au chef de meute du petit écran...

  • Michel Vinaver: ce que capitalisme peut bien vouloir dire

    Par
    Rencontre avec Michel Vinaver, qui revient sur l'écriture de sa pièce Par-dessus bord, jouée jusqu'au 15 juin au théâtre national de la Colline à Paris et qui donnera lieu à des tables rondes co-animées par Mediapart, en présence de l'auteur, d'artistes et d'intellectuels, à propos du capitalisme.