Carine Fouteau

Co-directrice éditoriale de la rédaction de Mediapart aux côtés de Stéphane Alliès depuis le 5 mars 2018, à la suite de François Bonnet.

J’ai rejoint Mediapart en 2008 après avoir travaillé dix ans aux Echos. Co-auteure d'Immigrés sous contrôle (Le Cavalier bleu, 2008), avec Danièle Lochak, je suis proche de la revue Vacarme. J’ai publié en février 2014 Roms & riverains, Une politique municipale de la race (La Fabrique), avec Éric Fassin, Serge Guichard et Aurélie Windels. @CarineFouteau

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Immigration légale : des quotas ou pas, le débat

    Par

    Brice Hortefeux attend les conclusions de la commission Mazeaud sur les quotas d'immigration «dans les tout prochains jours». Pour éclairer le débat, Mediapart a confronté les argumentaires de juristes. L'Etat peut-il décider de faire venir, par exemple, plus de Philippins ou de Chinois et moins de Sénégalais ou de Maliens? De quels quotas parle-t-on? Sont-ils constitutionnels et compatibles avec les normes internationales? Anne-Marie Le Pourhiet et Serge Slama répondent à ces questions. Le principal obstacle semble devoir être le droit de mener une vie familiale normale.

  • L'Amérique latine part à l'assaut de la directive européenne sur l’expulsion des clandestins

    Par
    L'adoption de la directive européenne portant sur l'expulsion des étrangers en situation irrégulière fait apparaître une fracture entre l'Union européenne et l'Amérique latine. D'Evo Morales à Hugo Chavez en passant par Rafael Correa, la plupart des leaders sud-américains s'élèvent pour dénoncer ce vote au Parlement de Strasbourg. Cherchant à élargir la contestation aux dirigeants africains, ils préparent des mesures de rétorsion.
  • Les eurodéputés adoptent la directive bannissant les clandestins

    Par

    Durée d'enfermement en centre de rétention fixée à dix-huit mois, interdiction de territoire européen pendant au moins cinq ans : les eurodéputés ont adopté, mercredi 18 juin, une directive contestée organisant l'expulsion des étrangers en situation irrégulière. Ce vote illustre la volonté des Etats membres de durcir leur politique à l'encontre des sans-papiers dont le nombre est estimé entre 4,5 et 8 millions en Europe.

  • Bras de fer au Parlement européen sur l’expulsion des clandestins

    Par

    Durée d'enfermement fixée à 18 mois, interdiction de territoire pendant au moins cinq ans : le Parlement européen doit se prononcer, mercredi 18 juin, sur la directive organisant les conditions d'expulsion des étrangers en situation irrégulière, dont le nombre est estimé entre 4,5 et 8 millions dans l'UE. Alors qu'ont lieu les ultimes tractations, les opposants au texte espèrent qu'il ne sera pas voté en l'état, ce qui pourrait retarder de plusieurs mois son adoption.

  • Des sourds en colère défendent la langue des signes

    Par
    Pendant trois jours, cinq sourds ont cessé de s'alimenter à Paris. Une grève de la faim inédite pour défendre «leur» langue, la langue des signes, qu'ils estiment menacée. Au lendemain des promesses faites par Nicolas Sarkozy lors de la conférence sur le handicap, ils ont recommencé à s'alimenter, mais ils disent rester en alerte. Avec le photographe Nicolas Guerbe, Mediapart est allé à leur rencontre pour essayer de comprendre leurs réticences par rapport à l'oralisation et leur désir de construire une minorité sourde.
  • Fin de vie : le plan de Nicolas Sarkozy relance le débat sur l’euthanasie

    Par
    En visite dans un service de soins palliatifs à Bourges, Nicolas Sarkozy annonce ce vendredi 13 juin un plan sur la fin de vie. Plutôt que d'aménager la loi Leonetti de 2005, il préfère essayer de faire en sorte qu'elle soit appliquée. Trois mois après la mort de Chantal Sébire, et dans le sillage de l'«affaire» Vincent Humbert, le débat sur l'euthanasie est sous-jacent. Mediapart en livre les principaux enjeux, tels qu'ils ont été exprimés par Axel Kahn, Marie de Hennezel, Alain Grimfeld et Jean-Luc Romero, lors de leurs auditions devant la mission parlementaire.
  • Un sans-papiers expulsé revient en France pour défendre ses droits

    Par
    Expulsé au Mali en 2006, Souleymane Bagayogo a été autorisé à revenir en France pour défendre ses droits devant le conseil de prud'hommes de Bobigny. L'audience a eu lieu lundi 9 juin. Il poursuit son ancien employeur, une entreprise de vigiles, pour licenciement abusif, réclamant en outre le paiement de primes non versées. Cette situation est inhabituelle tant les sans-papiers hésitent à faire valoir leurs droits. La décision devrait être rendue le 7 juillet.
  • Immigration : la politique d'Hortefeux fait des étincelles

    Par

    De la régularisation des sans-papiers, à la politique des visas, en passant par l'organisation du ministère de l'Immigration : les difficultés s'accumulent pour Brice Hortefeux. Et les tensions s'aiguisent, comme en témoignent les affrontements qui ont eu lieu mercredi soir, à Montreuil, à l'occasion d'une manifestation de défense d'un sans-papiers arrêté.

    Le fidèle de Nicolas Sarkozy a beau évoquer un mouvement de grève «extrêmement limité», les occupations d'entreprises restent nombreuses, comme le montre notre carte des conflits en Ile-de-France.

    Les expulsions suscitent l'émoi, comme à Gray, en Haute-Saône, après la «réadmission» en Pologne d'une famille tchétchène.

    A l'échelon européen, Paris, avec son pacte pour l'immigration, tente d'imposer sa vision d'une Europe sous contrôle.

  • Sans-papiers : cartographie d’une grève qui dure

    Par
    Entamée le 15 avril, la grève des salariés sans papiers se poursuit. Le ministre de l'immigration, Brice Hortefeux, évoque un mouvement «extrêmement limité». Pourtant, une trentaine de sites sont encore occupés en Ile-de-France, comme en témoigne la carte réalisée par Mediapart. Jusqu'à présent, environ 300 personnes ont été régularisées sur un millier de dossiers déposés. Mais la CGT entend défendre de nouvelles demandes. Une manifestation de «sans-papières» est prévue ce jeudi 5 mai, à Paris.
  • Des médecins dénoncent un droit aux soins limité pour les étrangers malades

    Par
    Des étrangers séropositifs ou diabétiques enfermés en centre de rétention, voire expulsés, des refus de renouvellement de titre de séjour, des médecins sous pression : dans un rapport publié le 3 juin, l'Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE) constate qu'il est de plus en plus difficile d'être régularisé pour raison médicale en France. Et il explique comment les préfectures défont une loi, celle de 1998, dont la droite n'est pas parvenue à se débarrasser.