Carine Fouteau

Co-directrice éditoriale de la rédaction de Mediapart aux côtés de Stéphane Alliès depuis le 5 mars 2018, à la suite de François Bonnet.

J’ai rejoint Mediapart en 2008 après avoir travaillé dix ans aux Echos. Co-auteure d'Immigrés sous contrôle (Le Cavalier bleu, 2008), avec Danièle Lochak, je suis proche de la revue Vacarme. J’ai publié en février 2014 Roms & riverains, Une politique municipale de la race (La Fabrique), avec Éric Fassin, Serge Guichard et Aurélie Windels. @CarineFouteau

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Paris décide de choisir 500 réfugiés irakiens

    Par
    En affirmant que la France va accueillir 500 chrétiens d'Irak, Paris fait une entorse à la pratique française d'accueil des réfugiés qui n'affiche pas de préférence en faveur de telle ou telle nationalité ou confession. Cette décision, à laquelle réagit vivement le directeur général de France terre d'asile, intervient à un moment où le statut de réfugié semble de plus en plus difficile à obtenir.
  • On devient de moins en moins français

    Par
    En modifiant à deux reprises le Code civil, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, a rendu plus difficile l'accès à la nationalité française. En 2007, environ 100.000 personnes sont devenues françaises soit par décret, soit à la suite d'un mariage mixte, contre près de 134.000 en 2004. Le recul pourrait s'accentuer cette année.
  • Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne : les immigrés rapportent plus qu’ils ne coûtent

    Par
    Répandues à l’étranger, les études mesurant l’impact économique de l’immigration sur la croissance et les comptes publics sont quasi inexistantes en France. Elles montrent pourtant que, dans plusieurs pays, les étrangers contribuent plus qu’ils ne consomment, notamment en prestations sociales.
  • Sénégal, Congo, Bénin : les quotas d’immigration entrent par la petite porte

    Par

    En finalisant un accord avec le Sénégal sur l'immigration, Paris pose la première pierre de la politique des quotas voulue par Nicolas Sarkozy. Dakar a obtenu que ses ressortissants aient un accès facilité à 108 métiers, sur le marché du travail français, rencontrant des difficultés de recrutement. En échange, il s'engage à rapatrier les Sénégalais en situation irrégulière.