Ellen Salvi

Ses Derniers articles

  • Le «repenti» corse retourne en prison

    Par
     © ES © ES

    Reconnu coupable de « complicité d’assassinat en bande organisée » sur la personne de Richard Casanova, ex-pilier du gang de la Brise de mer, Claude Chossat a été condamné à huit ans de prison. Le procès qui s’est tenu pendant deux semaines a mis en lumière la réalité du grand banditisme insulaire et le retard français en matière de lutte contre la mafia.

  • Affaire Bridey: des centaines de milliers d’euros suspects

    Par et
     © Facebook/Jean-Jacques Bridey © Facebook/Jean-Jacques Bridey

    Dîners au champagne, soirée avec Macron, doubles remboursements, commandes de truffes fraîches « 1er choix »… De nouveaux documents consultés par Mediapart dessinent le système généralisé dont a bénéficié le député Jean-Jacques Bridey quand il dirigeait la ville de Fresnes et sa petite société d’économie mixte qui a souvent réglé des ardoises sans rapport avec son activité.

  • L’entreprise Macron, de la conquête à l’exercice du pouvoir

    Par et
    les-voies-du-pouvoir-02-illustr

    Dans un ouvrage collectif, nos trois invité·e·s racontent la constitution express d’une machine partisane ayant propulsé l’actuel président de la République à l’Élysée. Que reste-t-il de cette construction politique ? Entretien, à la mi-mandat d’Emmanuel Macron. 

  • Au procès Chossat: la vie «ordinaire» des parrains corses

    Par
    Tribunal d’Aix-en-Provence. © ES Tribunal d’Aix-en-Provence. © ES

    Le procès de l’assassinat de Richard Casanova, pilier du gang corse de la Brise de mer, jette une lumière crue sur la réalité du grand banditisme insulaire. Un milieu opaque, mélange de trahisons, de mensonges et de peur, où tout le monde se connaît, mais où personne ne sait rien.

  • Avec le voile, Macron occulte l’urgence sociale

    Par
    Emmanuel Macron, le 17 octobre 2019 © Reuters Emmanuel Macron, le 17 octobre 2019 © Reuters

    En accordant un entretien au journal d’extrême droite Valeurs actuelles, Emmanuel Macron alimente à son tour un débat qui sature l’espace public depuis des semaines. Et occulte les sujets qui préoccupent vraiment le gouvernement, à commencer par le mouvement social contre le projet de réforme des retraites.

  • Procès Chossat: un «repenti» corse avec sa part de mystère

    Par

    Véritable « repenti » pour ceux qui croient en sa bonne foi, « manipulateur » pour ses détracteurs, Claude Chossat a livré à la justice bon nombre d’éléments sur le fonctionnement du gang corse de la Brise de mer. Mais son témoignage souffre encore de plusieurs zones d’ombre.

  • Lutte anti-mafia: la France à la traîne

    Par
    Nicole Belloubet et Christophe Castaner. © Reuters Nicole Belloubet et Christophe Castaner. © Reuters

    Le procès de l’assassinat de Richard Casanova, pilier du gang corse de la Brise de mer, s’ouvre lundi. Y comparaît notamment Claude Chossat, premier « repenti » corse, qui ne bénéficie ni du statut ni de la protection qui l’accompagne. Un cas qui met en lumière le retard français en matière de lutte contre le grand banditisme.

  • Le silence du conseiller Sandro Gozi sur ses activités à Malte

    Par et
    Nathalie Loiseau et son colistier Sandro Gozi. © Facebook/Sandro Gozi Nathalie Loiseau et son colistier Sandro Gozi. © Facebook/Sandro Gozi

    Le conseiller aux affaires européennes d’Édouard Philippe a finalement démissionné mercredi. Ses missions pour le gouvernement maltais n’étaient connues de personne. Ni à Matignon, ni chez ses compagnons de campagne, ni même au sein des autorités administratives, qui l’ont appris par la presse.

  • Belloubet confond l’intérêt de l’Etat et celui de LREM, les magistrats s’insurgent

    Par
    Nicole Belloubet et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 4 septembre. © Reuters Nicole Belloubet et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 4 septembre. © Reuters

    Selon un document révélé par Le Canard enchaîné, la garde des Sceaux Nicole Belloubet souhaiterait conditionner la suppression de certains postes de juges d’instruction aux résultats électoraux de LREM. La principale intéressée s’en défend, mais les syndicats de magistrats dénoncent une « instrumentalisation politique de la réforme de la justice ».

  • «Listes communautaires»: le pouvoir s’empêtre dans un nouveau débat insensé

    Par
    Christophe Castaner et Gérald Darmanin sont les premiers à avoir lancé le sujet après les européennes. © Reuters Christophe Castaner et Gérald Darmanin sont les premiers à avoir lancé le sujet après les européennes. © Reuters

    En proposant d’interdire les « listes communautaires », la droite s’est engouffrée dans la brèche ouverte par l’exécutif après les européennes. Si elle séduit certains membres du gouvernement, l’idée est écartée par son chef, qui réfléchit tout de même à d’autres pistes, comme celle d’étendre « la neutralité des fonctionnaires aux élus ».