Ellen Salvi

Ses Derniers articles

  • «Grand débat»: Macron rate son effet

    Par et
    Emmanuel Macron et Édouard Philippe à Notre-Dame de Paris, le 15 avril. © Reuters Emmanuel Macron et Édouard Philippe à Notre-Dame de Paris, le 15 avril. © Reuters

    L’incendie de Notre-Dame de Paris a bousculé l’agenda du président de la République, contraint de remettre ses annonces de sortie du « grand débat » à plus tard. Entretemps, plusieurs mesures ont fuité dans la presse, brisant le seul intérêt politique de l’exercice : la surprise. Emmanuel Macron a parlé ce mardi soir. Mais de la cathédrale seulement.

  • Retraites, dépendance, «grand débat»… Macron cherche les recettes

    Par , et
     © Reuters © Reuters

    En attendant les annonces d’Emmanuel Macron, l’Élysée clôt la polémique autour de l’âge légal de départ à la retraite. Mais le débat, lui, est encore loin d’être purgé. Au sein de la majorité et du gouvernement, il a même créé une nouvelle ligne de fracture, entre ceux qui s’accrochent aux promesses de campagne et ceux qui rappellent qu’un budget voté engage tout autant, sinon plus.

  • Surprise: le «grand débat» valide les choix de Macron

    Par et
    Édouard Philippe au Grand Palais, le 8 avril. © Reuters Édouard Philippe au Grand Palais, le 8 avril. © Reuters

    Des contributions au « grand débat », fatras de chiffres difficiles à interpréter, mais présentés en grande pompe lundi 8 avril, le premier ministre a essentiellement retenu ce qui l’arrangeait : baisse des impôts, baisse des dépenses publiques, réorganisation des services publics et renouvellement démocratique a minima.

  • En Corse, après la venue de Macron, certains «craignent le pire»

    Par
     © ES © ES

    Emmanuel Macron a achevé son « grand débat » à Cozzano, jeudi 4 avril, sans rencontrer les dirigeants nationalistes qui ont boycotté le rendez-vous. Depuis le début du quinquennat, la situation reste bloquée. Impossible d’avancer sans avoir au préalable purgé l’ensemble des non-dits entre l’État et la Corse, mais aussi entre les Corses eux-mêmes.

  • Génocide au Rwanda: les trop petits gestes d’Emmanuel Macron

    Par
    Paul Kagame et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 23 mai 2018. © Reuters Paul Kagame et Emmanuel Macron à l’Élysée, le 23 mai 2018. © Reuters

    Le président de la République ne se rendra pas à Kigali pour le 25e anniversaire du génocide. Mais il a promis d’ouvrir à un comité d’historiens trié sur le volet « l’ensemble des fonds d’archives ». Qu’en sera-t-il vraiment ?

  • Sans autres ressources, Macron place ses conseillers au gouvernement

    Par
    Sibeth Ndiaye, Cédric O et Amélie de Montchalin. © Reuters/DR Sibeth Ndiaye, Cédric O et Amélie de Montchalin. © Reuters/DR

    Loin de profiter du remaniement pour élargir son spectre, Emmanuel Macron a finalement pioché dans un vivier extrêmement resserré, en nommant au gouvernement deux de ses conseillers à l’Élysée et une députée de sa majorité. Les symboles sont respectés, mais le problème politique reste entier.

  • En promotion, les «cerveaux» de Macron jouent sans le vouloir contre lui

    Par
    Ismaël Emelien et David Amiel. © France Inter Ismaël Emelien et David Amiel. © France Inter

    En sortant du silence qu’imposait leur fonction de conseillers du président de la République, Ismaël Emelien et David Amiel agissent comme révélateurs de ce qui ne fonctionne pas depuis deux ans. Entre arrogance et discours creux, l’image qu’ils livrent au grand public vient confirmer celle qui colle au chef de l’État.

  • La laïcité divise encore et toujours la Macronie

    Par
    À l’Élysée, le 18 mars. © Reuters À l’Élysée, le 18 mars. © Reuters

    S’il se veut constant sur les questions de laïcité depuis la campagne de 2017, Emmanuel Macron reste inaudible pour une partie de sa majorité qui continue de penser qu’il n’a fixé aucune ligne sur le sujet. Certaines de ses prises de parole participent à entretenir le flou, laissant libre cours aux différences d’interprétation.

  • Affaire Benalla: le Sénat ne s’est pas laissé impressionner par l’Elysée

    Par
    Alexis Kohler devant la commission d’enquête sénatoriale. © Reuters Alexis Kohler devant la commission d’enquête sénatoriale. © Reuters

    Malgré des « pressions » exercées par l’Élysée, le Sénat a décidé de transmettre à la justice les dossiers de trois proches collaborateurs d’Emmanuel Macron, suspectés de faux témoignages devant la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla. Ce faisant, il joue à plein son rôle de contre-pouvoir et affaiblit davantage encore l’exécutif.

  • Macron et les intellos: le charme discret de la courtisanerie

    Par
    À l’Élysée, le 18 mars. © Reuters À l’Élysée, le 18 mars. © Reuters

    Le président a reçu, lundi 18 mars, une soixantaine d’« intellectuels » à l’Élysée. L’occasion de s’écouter palabrer des heures durant, face à une étrange cour de personnalités plus ou moins acquises à sa cause.