Ellen Salvi

Ses Derniers articles

  • Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement

    Par et
     © Illustration Sébastien Calvet/Mediapart © Illustration Sébastien Calvet/Mediapart

    Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.

  • L’extrême droite et ses complicités tacites

    Par
    Éric Zemmour lors de son meeting à Villepinte, le 5 décembre 2021. © Photo Sébastien Calvet/Mediapart Éric Zemmour lors de son meeting à Villepinte, le 5 décembre 2021. © Photo Sébastien Calvet/Mediapart

    Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.

  • Présidentielle : quand Éric Zemmour parle, ses militants frappent

    Éric Zemmour au parc des expositions de Villepinte, le 5 décembre. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart Éric Zemmour au parc des expositions de Villepinte, le 5 décembre. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

    À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting du candidat d’extrême droite se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.

  • Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade

    Par
    Meeting à la Mutualité, le 29 novembre 2021. © Thomas Coex/AFP Meeting à la Mutualité, le 29 novembre 2021. © Thomas Coex/AFP

    Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.

  • Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron

    Par
    Emmanuel Macron sur l’île d’Ouvéa, le 5 mai 2018. © Photo Ludovic Marin / AFP Emmanuel Macron sur l’île d’Ouvéa, le 5 mai 2018. © Photo Ludovic Marin / AFP

    En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.

  • UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel

    Par et
    Emmanuel Macron et Mario Draghi à Rome, après la signature du traité, le 26 novembre. © Ufficio stampa Presidenza della Republicca Emmanuel Macron et Mario Draghi à Rome, après la signature du traité, le 26 novembre. © Ufficio stampa Presidenza della Republicca

    Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.

  • Macron en campagne d’autopromotion

    Par
    Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, le 9 novembre. © Sébastien Calvet/Mediapart Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée, le 9 novembre. © Sébastien Calvet/Mediapart

    Sous prétexte de parler de la crise sanitaire, le président de la République s’est offert trente minutes de monologue de campagne. Il y a défendu l’essentiel de ses réformes et esquissé quelques pistes programmatiques, dans la perspective d’une réélection bien à droite en 2022.

  • Présidentielle : un débat politique en perdition

    Par
    Emmanuel Macron, le 27 octobre. © Michel Euler/Pool/AFP Emmanuel Macron, le 27 octobre. © Michel Euler/Pool/AFP

    Des propositions d’Arnaud Montebourg sur l’immigration aux contorsions de la droite LR face à Éric Zemmour, en passant par les caricatures de certains ministres, le confusionnisme a kidnappé la campagne présidentielle. Emmanuel Macron laisse faire, dans l’espoir d’une réélection.

  • CNews : des préfets en formation chez télé-Zemmour

    Par et
    Lors de la rencontre organisée par l’IHEMI dans les locaux de Canal+. © Photo IHEMI Lors de la rencontre organisée par l’IHEMI dans les locaux de Canal+. © Photo IHEMI

    La chaîne de Vincent Bolloré a participé le 22 octobre à une formation de l’Institut des hautes études du ministère de l’intérieur à destination du corps préfectoral. Embarras Place Beauvau.

  • Perquisitions dans l’affaire du député Jean-Jacques Bridey

    Par et
    Jean-Jacques Bridey (au milieu) en septembre 2018. © Facebook/Jean-Jacques Bridey Jean-Jacques Bridey (au milieu) en septembre 2018. © Facebook/Jean-Jacques Bridey

    Les locaux de la société d’économie mixte de la ville de Fresnes ont été perquisitionnés, jeudi 21 octobre. Au cœur des investigations : les frais de bouche exorbitants que Jean-Jacques Bridey, ancien élu socialiste aujourd’hui membre de LREM, se faisait rembourser deux fois, comme l’avait révélé Mediapart.