Emmanuel Burdeau

Critique de cinéma. Ancien rédacteur en chef des " Cahiers du cinéma ". Critique pour " Mediapart " depuis 2010.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • «L’amour est une fête» est une fête

    Par
    Une image de « L'Amour est une fête » : au centre, Michel Fau. © Mars Distribution Une image de « L'Amour est une fête » : au centre, Michel Fau. © Mars Distribution

    Sortie en salle de L’amour est une fête, quatrième long métrage de Cédric Anger. Du polar au porno, en passant par la comédie, le cinéaste mélange les tons et les genres pour, au bout du compte et contre toute attente, saluer le cinéma lui-même.

  • «Première année»: le mal par le mal

    Par
    Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil. Une image de « Première année » : au centre, Vincent Lacoste et William Lebghil.

    En salle depuis mercredi 12 septembre, Première année est le troisième film consécutif de Thomas Lilti sur la médecine. Deux étudiants affrontent l’épreuve fatidique du numerus clausus. Charge contre le formatage ou au contraire éloge trop bien calibré de la réussite scolaire ? Tentative de diagnostic.

  • La Mostra consacre le cinéma selon Netflix

    Par
    Sur le tournage de «Roma». © DR Sur le tournage de «Roma». © DR

    Coup de tonnerre : le Lion d’Or de la Mostra de Venise vient d’être attribué, pour la première fois, à un film produit et distribué par la plateforme de streaming américaine. De quoi fâcher les exploitants de salles, qui s’obstinent à croire que les deux sens du mot cinéma – le lieu, la discipline – restent superposables.

  • Josef von Sternberg restauré: retour à «Anatahan»

    Par
    Akemi Negishi dans « Anatahan ». Akemi Negishi dans « Anatahan ».

    Longtemps invisible, le dernier chef-d’œuvre de Josef von Sternberg ressort enfin en version restaurée. Anatahan raconte l’histoire du monde sur une petite île du Pacifique où des soldats japonais s'entretuent pour une femme fatale. Il faut s’y ruer.

  • «BlacKkKlansman», l'humour noir contre le suprémacisme blanc

    Par
    Adam Driver et John T. Washington dans « BlacKkKlansman – J'ai infiltré le Ku Klux Klan ». © Universal Pictures Adam Driver et John T. Washington dans « BlacKkKlansman – J'ai infiltré le Ku Klux Klan ». © Universal Pictures

    Spike Lee signe son grand retour sur un sujet toujours brûlant : le racisme. À la fois comédie et pamphlet, BlacKkKlansman – J'ai infiltré le Ku Klux Klan veut tellement en dire qu’il en fait trop. Sauf, surprise, lorsqu’il traite d’un sujet à la fois autre et voisin, l’antisémitisme.

  • «Under The Silver Lake», voyage initiatique dans une cité des anges labyrinthique

    Par
    Andrew Garfield dans « Under The Silver Lake ». © Le Pacte Andrew Garfield dans « Under The Silver Lake ». © Le Pacte

    Sortie ce mercredi du troisième long métrage de l’Américain David Robert Mitchell. Boudé à Cannes, Under the Silver Lake lance un jeune homme désœuvré dans le dédale de Los Angeles. Rébus, nymphettes, refrains et messages secrets : un beau film sur les mystères et les charmes de la culture populaire.

  • Pour un autre Ozu, cinéaste japonais de l’hétérogène et du divers

    Par
    Yasujiro Ozu sur le tournage de « Fin d'automne » (1960), en compagnie des actrices Mariko Okada, Yoko Tsukasa et Noriko Maki. © Carlotta Films Yasujiro Ozu sur le tournage de « Fin d'automne » (1960), en compagnie des actrices Mariko Okada, Yoko Tsukasa et Noriko Maki. © Carlotta Films

    Dix films de Yasujiro Ozu ressortent en salle mercredi 1er août, dont les éternels Bonjour, Le Goût du saké et Le Voyage à Tokyo. À cette occasion, Mediapart a soumis quelques extraits à Mathieu Capel. Live from Tokyo, le chercheur et traducteur plaide pour une vision du cinéaste japonais en rupture avec les idées reçues.

  • «Blood Simple», le baptême de sang des frères Coen, sort en version restaurée

    Par
    Dan Hedaya dans « Blood Simple » © River Road Productions (1984) Dan Hedaya dans « Blood Simple » © River Road Productions (1984)

    Trente-quatre ans après, le premier film des frères Coen ressort en restauration 4K dans une quinzaine de salles françaises. Sang pour sang retrouve son titre original : Blood Simple, ou comment traiter le film noir à la façon d'une nature morte.

  • «Paul Sanchez est revenu!»: Patricia Mazuy entre retour et détour

    Par
    Zita Hanrot et Laurent Lafitte dans « Paul Sanchez est revenu ! ». Zita Hanrot et Laurent Lafitte dans « Paul Sanchez est revenu ! ».

    La grande Patricia Mazuy revient en salle après six ans d’absence. L’histoire d'un retour, entre polar et comédie, France et Amérique, désir de fiction et vraie colère sociale. Paul Sanchez est revenu ! : un beau film.

  • «Zama»: Lucrecia Martel repasse en tête

    Par
    Zama (Daniel Giménez Cacho). Zama (Daniel Giménez Cacho).

    Dix ans ou presque que Lucrecia Martel n’avait réalisé de film. Zama, qui met en scène un corrégidor en Amérique du Sud à la fin du XVIIIe siècle, signe le retour de la grande cinéaste argentine. Telle qu’en elle-même : virtuose et poisseuse, passionnée par les jeux de l’eau et de la concupiscence, les dangers et les délices de la perte.