Fabrice Arfi

Co-responsable des enquêtes à Mediapart avec Michaël Hajdenberg.

Ma déclaration d'intérêts est à consulter ici.

#Presse Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20 Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), j'ai également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France, au Canard enchaîné...

#Livres Je suis l'auteur (ou co-auteur) de plusieurs ouvrages : D'argent et de sang (Seuil), Avec les compliments du Guide (avec Karl Laske, chez Fayard), Le Sens des Affaires (Calmann-Lévy), Le Contrat (avec Fabrice Lhomme, chez Stock), L'Affaire Bettencourt, un scandale d'Etat (avec Fabrice Lhomme et la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), L'Affaire Cahuzac, en bloc et en détail (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte), La République sur écoute (avec la rédaction de Mediapart, chez Don Quichotte). J'ai également co-dirigé avec Paul Moreira l'ouvrage collectif Informer n'est pas un délit (Calmann-Lévy).

#Bande dessinée Je suis le co-auteur avec Benoît Collombat, Michel Despratx, Elodie Guéguen et Geoffrey Le Guilcher de la BD Sarkozy-Kadhafi, des billets et des bombes (La Revue dessinée/Delcourt), dessinée par Thierry Chavant.

#Film Je suis le co-auteur avec Jean-Christophe Klotz d'un documentaire sur l'affaire Karachi, L'argent, le sang et la démocratie, qui a reçu en 2014 le Grand Prix et le Prix du Public du Festival international du Grand Reportage d'Actualité (FIGRA).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Thierry Gaubert, le proche de Sarkozy qui ne se souvenait plus

    Par
    Thierry Gaubert, en octobre 2019, lors du procès du volet financier de l’affaire Karachi. © Karl Laske Thierry Gaubert, en octobre 2019, lors du procès du volet financier de l’affaire Karachi. © Karl Laske

    Le parquet a réclamé, mercredi 4 décembre, deux ans de prison dont un ferme et 600 000 euros d’amende à l’encontre de Thierry Gaubert, jugé pour « fraude fiscale » et « blanchiment aggravé ». Durant son procès, l’ex-collaborateur de Sarkozy s'est glissé dans les habits de l’homme qui a tout oublié. Notamment l’argent libyen perçu en 2006.

  • Les secrets du virement Gaubert, chaînon manquant de l’affaire Sarkozy-Kadhafi

    Par et
    Thierry Gaubert au tribunal de Nanterre, en 2012, dans le cadre du procès de l'affaire dite du “1% logement”. © Reuters Thierry Gaubert au tribunal de Nanterre, en 2012, dans le cadre du procès de l'affaire dite du “1% logement”. © Reuters

    Selon de nouveaux documents obtenus par Mediapart, Thierry Gaubert ne pouvait ignorer que derrière les 440 000 euros d’argent libyen, perçus le 8 février 2006 sur un compte secret aux Bahamas, se cachait l’intermédiaire Ziad Takieddine. Lors de l’enquête, l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy avait prétendu ne pas se souvenir de la provenance de l’argent. Il doit répondre aujourd’hui aux questions du tribunal correctionnel de Paris.

  • Un proche de Sarkozy a reçu un demi-million d’euros d’argent libyen sur un compte secret

    Par et
    Nicolas Sarkozy, Mouammar Kadhafi, Ziad Takieddine, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert. © Reuters/Document Mediapart Nicolas Sarkozy, Mouammar Kadhafi, Ziad Takieddine, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert. © Reuters/Document Mediapart

    C’est un tournant dans l’affaire Sarkozy-Kadhafi. Thierry Gaubert, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, et intime de son lieutenant Brice Hortefeux, a reçu en février 2006 sur un compte secret aux Bahamas, un an avant l’élection présidentielle, une somme de 440 000 euros provenant des caisses du régime Kadhafi, selon une enquête de Mediapart. L’argent a transité par une société offshore de l’intermédiaire Ziad Takieddine, qui centralisait les versements libyens.

  • Coffre de Benalla: le parquet ouvre (enfin) une information judiciaire

    Emmanuel Macron et Alexandre Benalla. © Reuters Emmanuel Macron et Alexandre Benalla. © Reuters

    Un an et demi après la disparition du coffre d’Alexandre Benalla, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour « soustraction de documents ou objets (...) en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité ». Sous l’impulsion d’un juge indépendant, les enquêteurs pourront aussi se pencher sur la disparition, au même moment, du contenu d’un second coffre. Celui que l'ancien chargé de mission utilisait à l'Elysée.

  • Un maire LR des Hauts-de-Seine s’auto-attaque en justice et empoche le pactole

    Par
    Philippe Juvin, le maire de La Garenne-Colombes © Compte Twitter de Philippe Juvin Philippe Juvin, le maire de La Garenne-Colombes © Compte Twitter de Philippe Juvin

    Maire de La Garenne-Colombes, Philippe Juvin (LR) a attaqué en justice à titre personnel un permis de construire délivré par « délégation du maire », c’est-à-dire lui-même. L'élu s'est désisté après une transaction  signée avec le promoteur immobilier. L'opération lui a permis de percevoir environ 100 000 euros.

  • Procès Karachi: les avocats de la défense font bloc contre la procédure

    Par et
    Hervé Temime, l'avocat de Nicolas Bazire. © Reuters Hervé Temime, l'avocat de Nicolas Bazire. © Reuters

    Les deux derniers jours du procès du volet financier de l’affaire Karachi ont été consacrés aux plaidoiries. Tous les avocats des prévenus, de Nicolas Bazire à Ziad Takieddine, en passant par l’ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres, ont plaidé la relaxe. Le jugement sera rendu en avril, vingt-six ans après les faits.

  • Karachi: deux mondes pour un procès

    Par
    Ziad Takieddine (à gauche) et Thierry Gaubert (à droite), deux des prévenus du procès Karachi. Ziad Takieddine (à gauche) et Thierry Gaubert (à droite), deux des prévenus du procès Karachi.

    Le procès du volet financier de l’affaire Karachi donne lieu à la rencontre de deux mondes qui ne se croisent jamais – ou si peu. Le monde des cols blancs, son pouvoir, son argent, sa vanité, incarné par les prévenus. Et celui des cols bleus, des ouvriers et leur colère, incarné par les survivants et familles de victimes de l’attentat de Karachi.

  • Djouhri, un Rastignac des temps modernes cerné par un livre et la justice

    Par
    Alexandre Djouhri, à Londres, en janvier 2018. © Reuters Alexandre Djouhri, à Londres, en janvier 2018. © Reuters

    Double actualité pour Alexandre Djouhri, l’un des principaux protagonistes de l’affaire des financements libyens. Tandis que sort un livre d’enquête, L’Affairiste (Stock), la cour d’appel de Paris doit se pencher, ce 17 octobre, sur une requête de l’intermédiaire sarkozyste qui demande la levée du mandat d’arrêt qui le vise.

  • Ziad Takieddine, l’intermédiaire par qui le scandale arrive

    Par et

    Après des années de démentis, l’homme clé de l’affaire Karachi, l’intermédiaire Ziad Takieddine, a fini par confirmer sa participation aux détournements de fonds sur les ventes d’armes pour la campagne Balladur. Par ses aveux successifs, jusque dans l’affaire des financements libyens, Ziad Takieddine est devenu plus que jamais l’homme à abattre du camp Sarkozy.

  • Karachi: comment Sarkozy s’en est sorti, contrairement à Balladur et Léotard

    Par et
    MM. Sarkozy, Balladur et Léotard. © Reuters MM. Sarkozy, Balladur et Léotard. © Reuters

    Alors que trois membres de son premier cercle, amical et politique, vont être jugés et que lui-même fut cité par des témoins et mis en cause dans des documents, Nicolas Sarkozy s’est sorti du volet financier de l’affaire Karachi sans une égratignure judiciaire. C’est peu de dire que l’ancien président s’est donné le beau rôle dans cette histoire.