François Bonnet

Né en 1959. Journaliste à VSD, à Libération (1986-1994) puis au Monde (1995-2006), où il est rédacteur en chef du service international. Directeur-adjoint de la rédaction de Marianne en 2007, il est l’un des fondateurs de Mediapart en 2008.

Consultez ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • A Marseille, une mairie incompétente et un Etat absent

    Par
    Les immeubles effondrés de la rue d’Aubagne, à Marseille. © Reuters Les immeubles effondrés de la rue d’Aubagne, à Marseille. © Reuters

    Depuis bientôt trente ans, le quartier de Noailles est censé être réhabilité. Des sommets de gabegie et d’incurie ont été atteints avec le maire LR Jean-Claude Gaudin, pendant que l’État démissionnait de ses missions principales, comme le pointent plusieurs études.

  • Russie: les deux prisonniers politiques qui embarrassent Poutine

    Par
    Oïoub Titiev, le 15 octobre 2018, devant le tribunal de Chali. © (Memorial) Oïoub Titiev, le 15 octobre 2018, devant le tribunal de Chali. © (Memorial)

    Jusqu’alors inflexible, le régime russe pourrait, face à la mobilisation internationale, accepter une négociation sur une éventuelle libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov. Un autre détenu, le responsable de Memorial à Grozny, Oïoub Titiev, est actuellement jugé. Son procès dévoile l'ampleur de la barbarie en cours en Tchétchénie avec l’aval de Moscou.

  • Brésil: Jair Bolsonaro ou la haine de la démocratie

    Par
    Jair Bolsonaro durant la campagne présidentielle. © Reuters Jair Bolsonaro durant la campagne présidentielle. © Reuters

    Jair Bolsonaro est depuis trente ans un défenseur acharné de la dictature militaire. Aux portes de la présidence brésilienne, il s'est entouré d'anciens généraux et officiers et a le soutien des puissantes églises évangéliques. L'accumulation de crises depuis 2013 a préparé son accession au pouvoir, qui pourrait signifier la fin d'une parenthèse démocratique ouverte en 1985.

  • Assassinat de Kashoggi et ventes d’armes: la France se mure dans le silence

    Par
    Mohammed ben Salmane reçu par Emmanuel Macron à l’Élysée, en avril 2018. © Reuters Mohammed ben Salmane reçu par Emmanuel Macron à l’Élysée, en avril 2018. © Reuters

    Le royaume saoudien a reconnu, jeudi, que le meurtre de Jamal Kashoggi était bien un assassinat « prémédité ». Cette nouvelle version intervient alors que le pouvoir français se contente de déclarations a minima, à l’inverse de plusieurs de ses partenaires. Emmanuel Macron refuse d’envisager une suspension des ventes d’armes à Riyad ; elles ont rapporté près de 12 milliards d’euros en neuf ans.

  • La haine de la police envahit les quartiers populaires de Nantes

    Par
    Quartier Bellevue à Nantes. Des jeunes dénoncent les violences policières. © (FBt) Quartier Bellevue à Nantes. Des jeunes dénoncent les violences policières. © (FBt)

    Trois mois après qu’un CRS a tué un jeune homme de 22 ans par balle, ce qui avait provoqué plusieurs jours d’émeutes, les grandes cités de Nantes restent choquées et révoltées. La rupture est actée avec la police, dont le comportement est systématiquement dénoncé tandis que la mairie est aussi mise en cause.

  • Mélenchon et les perquisitions: le scandale du parquet assujetti

    Par
    Jean-Luc Mélenchon, mardi 16 octobre, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. © Reuters Jean-Luc Mélenchon, mardi 16 octobre, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. © Reuters

    Nombreux sont ceux qui s’indignent du bruit et de la fureur orchestrés par Jean-Luc Mélenchon pour riposter aux perquisitions qui l’ont visé lui, ses proches et La France insoumise. Cette affaire souligne pourtant cette anomalie française : un parquet toujours assujetti au pouvoir exécutif. Or les derniers actes et discours de ce pouvoir ne font qu’accroître les soupçons sur l’impartialité de la justice.

  • Emmanuel Macron et le grand Moloch de la Ve République

    Par
    L'Élysée, le tapis rouge et le temple de Moloch, en mai 2017, jour de la passation des pouvoirs. © (Elysée) L'Élysée, le tapis rouge et le temple de Moloch, en mai 2017, jour de la passation des pouvoirs. © (Elysée)

    Au-delà de fautes politiques, des promesses oubliées et des renoncements, la crise inédite qui menace directement Macron tient aussi à une mécanique institutionnelle folle qui broie méthodiquement tous les présidents depuis l’instauration du quinquennat.

  • La déferlante évangélique bouscule la politique brésilienne

    Par
    9782204109130

    Le système politique brésilien s’effondre. Au-delà des affaires de corruption, des difficultés de Lula et de l’agressivité de la droite, un autre phénomène pèse lourd : la puissance des églises évangéliques. Cette « déferlante » religieuse est le sujet d’un livre-enquête et pourrait bouleverser l’élection présidentielle à la fin de l’année.

  • Le Roi-Soleil, la France sommeille

    Emmanuel Macron © Reuters Emmanuel Macron © Reuters

    Versailles, Davos, la ruralité qui ne ment pas et l’éternité auvergnate… La semaine qui s’achève est emblématique de la présidence Macron. Le président de la République est seul, partout et tout le temps, pour délivrer de belles images et décliner une politique dite du « en même temps ». L’hypnose fonctionne et masque la violence de politiques inégalitaires. Pour combien de temps ?

  • Rony Brauman: «Les mensonges des guerres humanitaires»

    Par et
    Rony Brauman. Rony Brauman.

    Somalie, Kosovo, Afghanistan, Irak, Libye… Qu’est-ce qui peut définir une guerre « juste » ? Comment le mensonge et la propagande des États ont-ils permis de s’émanciper de toute légalité et de tordre le droit international ? Ancien président de MSF, Rony Brauman publie un essai, Guerres humanitaires ? Mensonges et intox. Entretien.