François Bonnet

Né en 1959. Journaliste à VSD, à Libération (1986-1994) puis au Monde (1995-2006), où il est rédacteur en chef du service international. Directeur-adjoint de la rédaction de Marianne en 2007, il est l’un des fondateurs de Mediapart en 2008.

Consultez ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Bernard Kouchner: volte-face, reniement et coup de poignard

    Par
    Au moment où Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, est en froid avec l'Elysée, Bernard Kouchner sonne l'hallali contre celle qu'il ne supporte pas et dont il parle désormais au passé. Ce secrétariat d'Etat? «Une erreur», dit-il aujourd'hui. Et peu importe si cela vient contredire tous ses discours passés et, au passage, ceux du président de la République.
  • Un climat délétère qui menace nos libertés publiques

    Par
    L'interpellation de l'ex-PDG de Libération, mais aussi la condamnation du Dal, les déclarations de la ministre de l'intérieur sur les "anarcho-autonomes", la préconisation de la prison pour les mineurs de 12 ans... Les deux semaines écoulées montrent que, dans des registres très divers et concernant des affaires radicalement différentes, le pouvoir et différents échelons de l'appareil d'Etat cèdent à l'hystérie sécuritaire. Un choix dangereux qui libère et légitime tous les dérapages policiers et judiciaires.
  • Russie : le retour des dissidents soviétiques

    Par
    Le procès de quatre hommes impliqués dans l'assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa vient de s'ouvrir à Moscou. Que faire face à un régime russe qui s'enfonce dans l'autoritarisme ? Alors que les petits partis d'opposition ont été démantelés, qu'un système de parti unique se met en place et que des opposants ou journalistes sont physiquement éliminés, quelques voix tentent encore de se faire entendre. Elles proviennent de l'ancienne dissidence soviétique. Rencontre avec plusieurs d'entre eux, dont Sergueï Kovaliov (photo).
  • Ce que nous dit le nouveau mythe américain

    Par
    Parti pris. C'est une immense victoire qui transforme l'Amérique et qui pourrait changer le monde. Beaucoup en rêvent en tous les cas, Barack Obama ayant réanimé un mythe détruit par Bush. Les déceptions seront au rendez-vous, tant le candidat a multiplié les prudences et les silences. Mais l'essentiel est sans doute ailleurs, dans une capacité surprenante à réinventer la politique.
  • Élection américaine, enjeu mondial (8/8): pour le Kremlin, un moindre mal nommé Obama

    Par
    Traditionnellement, le Kremlin vote républicain: ainsi les choses sont-elles claires et prévisibles. Cette fois pourtant, la violence des déclarations de John McCain inquiète sérieusement Moscou. Hors un petit clan qui s'accommoderait d'une confrontation directe avec Washington, les dirigeants russes regardent vers Barack Obama. Avec une méfiance redoublée et la conviction que les années à venir seront celles d'une dégradation profonde des relations entre les deux pays.
  • Presse: Mediapart quitte les «états généraux»

    Par
    Mediapart était invité à participer à l'une des quatre commissions des «états généraux» sur la presse organisés par l'Elysée. Nous nous sommes rendus à la première réunion de cette commission, le 23 octobre. Pour constater qu'aucune des conditions minimales n'était remplie: pas de publicité des débats, sous-représentation des journalistes, absence des lecteurs et des blogueurs, et un flou procédural laissant libre cours aux influences et petits arrangements.
  • Presse: notre lettre ouverte aux Etats généraux

    Par et

    Nicolas Sarkozy organise des Etats généraux de la presse. Il en a fixé les objectifs, il en choisit les responsables, il en arbitrera les propositions. La procédure est opaque, ses conseillers, officiels ou occultes, s'affairent. Bref, ces prétendus Etats généraux contredisent tous les principes de transparence de la vie publique. Mediapart appelle tous les professionnels à imposer de véritables Etats généraux. Lire aussi l'analyse de François Bonnet:

  • Une crise d'indépendance

    Par
    La situation de la presse française constitue une anomalie en Europe. Parce qu'une crise très particulière s'y développe: une crise d'indépendance provoquée par la prise de contrôle des principaux quotidiens d'information par quelques oligarques liés au pouvoir. Ce contrôle, par des groupes dont les médias ne sont pas le cœur de métier, empêche l'innovation et l'invention de nouveaux modèles éditoriaux et économiques.
  • Peer Steinbrück: «la crise financière la plus grave depuis des décennies» (Der Spiegel)

    Par
  • Mediapart à l'heure américaine: à quoi peut bien rêver le Kansas?

    Par
    Jusqu'à la fin de la semaine, qui verra se tenir le premier débat télévisé Obama-McCain, Mediapart se met à l'heure américaine en vous proposant une série de reportages et d'analyses. L'élection présidentielle du 4 novembre est la première d'une Amérique post-Bush, post-Irak et, depuis peu, post-Wall Street. Les deux candidats sont au coude-à-coude. Ils s'affrontent sur deux terrains: l'économie et les valeurs de l'Amérique.

    Pour comprendre les enjeux de ce scrutin mais surtout le climat qui règne aux Etats-Unis, Thomas Cantaloube et le photographe Patrick Artinian ont choisi d'aller ausculter le pays en son cœur, dans la petite ville de Lawrence, au Kansas, où l'on s'arrache les autobiographies des deux candidats.

    Notre reportage multimédia "A Suburbia, le monde idéal des classes moyennes s'est effondré"

    A découvrir sur Mediapart.fr