Hubert Huertas

J'ai commencé dans la presse locale, Le Provençal, tâté de l'hebdo à l'Express, suis rentré à Radio France en 1982, Red-Chef à Avignon puis Aix en Provence, Correspondant permanent d'Inter et Info à Marseille, puis Chef du Service politique de France Culture que j'ai quitté en janvier 2014. Longtemps prof de Radio au CFPJ Montpellier et l'Ecole de Journalisme de Marseille. Je suis enfin l'auteur de deux essais politiques et de cinq romans.

Vous pouvez lire ma déclaration d'intérêts ici.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le PS et l'affaire Dassault : «Dis, qu'as-tu fait de ton Sénat?»

    Par

    Après la stupeur, les conséquences. Le bureau du Sénat a rejeté la levée de l'immunité de Dassault et la gauche exprime sa consternation. Mais aussi son impuissance. L'un des siens a voté le rejet, un autre s'est abstenu, et personne, paraît-il, ne connaîtra leur nom. Situation surréaliste dans une chambre hors du réel.

  • Newsweek est ridicule mais Newsweek a raison !

    Par

    Tous les médias, ou presque, se sont moqués de l'article de Newsweek, intitulé « La chute de la France », dans lequel le pays est dépeint comme sclérosé. Autant dire qu'ils se sont moqués d'eux-mêmes : Newsweek n'a fait qu'amplifier le discours franco-français...

  • La droite à Hollande: en progrès mais peut mieux faire

    Par

    François Hollande a-t-il prémédité, dès la campagne de 2012, sa conversion au social-libéralisme, voire au libéralisme, ou s'est-il laissé porter par son goût de la synthèse ? La question est ouverte. À voir le plaisir de la droite, et de ses éditorialistes, l'avenir est engagé.

  • Dieudonné: sous le vacarme, un hold-up

    Par

    C'est encore une semaine Dieudonné... En annonçant son intention d'interdire ses spectacles par circulaire, alors qu'il dispose déjà de l'arsenal juridique pour le faire sans vacarme, Manuel Valls a saturé l'espace médiatique. Pourtant, par-delà les postures, ce qui est en jeu n'est pas la provocation bruyante du « fantaisiste » antisémite : c'est son hold-up sémantique silencieux.