Jade Lindgaard

36 ans, a travaillé aux Inrockuptibles. Elle est l'auteure de plusieurs livres, dont Le Ba-ba du BHL, avec Xavier de la Porte (2004), et La France Invisible (2006). Membre du comité de rédaction de la revue Mouvements.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Incident nucléaire du Tricastin : ce que contenait exactement la fuite

    Par

    Une semaine après l'incident survenu au Tricastin, la Socatri révèle enfin le contenu exact de la fuite. Les effluents contenaient moins d'uranium qu'annoncé, pas d'uranium artificiel, du chlorure, du chrome et du fluorure. Mais de nouveaux prélèvements dans certaines nappes phréatiques qui alimentent en eau des riverains font apparaître une nouvelle énigme : des poches de concentration d'uranium inexpliquées.

  • Ni nucléaire, ni effet de serre?

    Par

    Alors que l'industrie nucléaire fait de ses faibles émissions de CO2 un argument écologique, les antinucléaires s'efforcent d'investir eux aussi le terrain de la réduction des gaz à effet de serre. Quelle alternative énergétique aux hydrocarbures ? Mediapart a interrogé cinq militants internationaux opposés au nucléaire, réunis à Paris le 12 juillet pour manifester, à l'appel du réseau Sortir du nucléaire, «pour un monde sans nucléaire». Environ cinq mille personnes ont participé à cette manifestation.

  • Incident du Tricastin : l'Autorité de sûreté du nucléaire tape du poing

    Par
    Après quatre jours d'atermoiements, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) frappe fort. Sa direction a décidé, vendredi, de demander l'arrêt du centre de traitement de déchets du site nucléaire du Tricastin. L'ASN dénonce une "situation inacceptable" et des "dysfonctionnements en chaîne". Car, depuis mardi, la confusion régnait sur la fuite d'uranium survenue au Tricastin, deuxième plus importante plate-forme nucléaire après celle de La Hague. L'Autorité de sûreté nucléaire dispose-t-elle des moyens d'alerte suffisants à un moment où les contre-pouvoirs en matière d'information demeurent faibles? Enquête.
  • Incident de Tricastin : l’ASN, gendarme du nucléaire ?

    Par
    hjfshfgksmh
  • A bas Big Google?

    Par
    Accumulation de données personnelles, appauvrissement de la langue, «bibliothécarisation» du savoir : nombreux sont ceux qui s'inquiètent de la «googlisation» du monde. La polémique est récurrente. Elle redémarre avec un appel pour la création d'un «Google français», qui a au moins le mérite de souligner les énormes enjeux qui entourent le contrôle des technologies de l'information.
  • G8 et anti-G8 basculent du commerce au climat

    Par
    Le prix de l'énergie, l'aide au développement et la lutte contre le réchauffement climatique seront au cœur des discussions du G8 qui se tient jusqu'à mercredi dans l'île japonaise d'Hokkaido. Un menu qu'on n'aurait pas imaginé quinze ans plus tôt, quand les pays industrialisés se préoccupaient de libéraliser le commerce mondial. Les anti-G8 ont eux aussi évolué dans leurs thèmes comme dans leurs propositions.
  • L’université Paris-Dauphine double ses frais d’inscription pour la rentrée 2008

    Par
    L'université Paris IX-Dauphine vient de quasiment doubler les droits d'inscription de ses premières et deuxièmes années de licence. Le "cas" Dauphine repose la question de l'usage des diplômes d'établissement par les universités pour augmenter, en toute légalité, leurs frais d'inscription.
  • Valérie Pécresse obtient sa réforme du CNRS

    Par
    Recul du gouvernement ou défaite de la communauté scientifique? L'adoption, après quelque six mois de controverses, par le conseil d'administration du CNRS mardi 1er juillet de la réforme le transformant en une fédération d'instituts marque une étape importante de l'évolution de l'organisme. Mais laisse ouverte les questions qui fâchent : quels crédits pour les années à venir? Combien de postes statutaires?
  • Albert Fert : "Gardons un CNRS fort pour réussir la réforme de la recherche"

    Par

    Alors que le CNRS est en pleine tourmente, le prix Nobel de physique 2007 prend la défense de l'organisme, qu'il décrit comme le "moteur principal" de la recherche en France. La ministre de la recherche, Valérie Pécresse, a reçu vendredi associations et syndicats pour tenter de calmer la crise. Dans cet entretien à Mediapart, Albert Fert détaille les forces actuelles de la recherche française, les liens qu'il estime être insuffisants entre privé et public et les pistes d'une réforme.

  • Les OGM, invités surprise du débat sur les pollueurs-payeurs

    Par
    Les députés ont voté un amendement interdisant de considérer comme confidentielles toute une série d'informations sensibles concernant les organismes génétiquement modifiés.