Jade Lindgaard

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

A Mediapart je travaille sur l'écologie, le climat, l'énergie, les grands projets d'infrastructures, La Zad de Notre-Dame-des-Landes...

Auparavant, j'ai travaillé aux Inrockuptibles. J'ai écrit plusieurs livres, dont  je crise climatique (2014), Le Ba-ba du BHL, avec Xavier de la Porte (2004), et La France Invisible (2006). J'ai été membre du comité de rédaction de la revue Mouvements.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Nucléaire : trop vieille, la centrale de Fessenheim doit-elle fermer?

    Par
    Aberration dans le système de surveillance du nucléaire français : la centrale EDF de Fessenheim n'est soumise à aucune limite pour ses rejets d'effluents radioactifs et chimiques en milieu aquatique. Un collectif d'associations et de collectivités européennes demande son arrêt définitif. Un recours a été déposé auprès des ministères de l'économie et de l'environnement.
  • Le tour de France des points noirs du nucléaire

    Par

    Avec la contamination à faible dose mercredi 23 juillet de cent employés de la centrale nucléaire EDF du Tricastin, c'est un quatrième incident en quinze jours qui perturbe la filière nucléaire française. La fuite d'uranium de l'usine de fabrication de combustible de Romans-sur-Isère le 18 juillet, l'incident de l'usine Socatri les 7-8 juillet et la révélation de la probable contamination de la nappe phréatique par d'anciens déchets d'origine militaire stockés sur le site, ont ravivé la préoccupation du grand public pour les dangers de l'atome. Quels sont aujourd'hui en France les sites pollués par l'activité nucléaire? Nous en avons fait la synthèse en une carte détaillée et légendée.

  • Une autoroute de plus, en dépit du Grenelle

    Par
    Après quinze ans de polémique, la déclaration d'utilité publique de l'autoroute A45 entre Lyon et Saint-Etienne a été signée mercredi 16 juillet par les ministères de l'environnement et des transports. Le Grenelle de l'environnement s'était pourtant engagé à ne plus augmenter la capacité autoroutière de la France.
  • Tricastin : un soupçon d’uranium militaire

    Par
    L'uranium retrouvé en forte concentration en quelques points de la nappe phréatique aux alentours de l'usine de traitement nucléaire de Tricastin provient-il de l'amoncellement de déchets d'uranium enrichi à usage militaire enfouis entre 1969 et 1976 sur le site nucléaire? C'est ce que soupçonnent les experts antinucléaires de la Criirad.
  • Nucléaire : l'usine du Tricastin connaissait la défaillance de son matériel

    Par

    Les premiers résultats de l'enquête conduite la semaine dernière par l'ASN révèlent des dysfonctionnements d'une gravité exceptionnelle. La Socatri a utilisé en toute connaissance de cause un bac de protection fêlé et ses salariés n'ont pas jugé important le déclenchement de l'alarme. Ce sera à la justice d'établir les raisons de ces défaillances.

  • Incident nucléaire du Tricastin : ce que contenait exactement la fuite

    Par

    Une semaine après l'incident survenu au Tricastin, la Socatri révèle enfin le contenu exact de la fuite. Les effluents contenaient moins d'uranium qu'annoncé, pas d'uranium artificiel, du chlorure, du chrome et du fluorure. Mais de nouveaux prélèvements dans certaines nappes phréatiques qui alimentent en eau des riverains font apparaître une nouvelle énigme : des poches de concentration d'uranium inexpliquées.

  • Ni nucléaire, ni effet de serre?

    Par

    Alors que l'industrie nucléaire fait de ses faibles émissions de CO2 un argument écologique, les antinucléaires s'efforcent d'investir eux aussi le terrain de la réduction des gaz à effet de serre. Quelle alternative énergétique aux hydrocarbures ? Mediapart a interrogé cinq militants internationaux opposés au nucléaire, réunis à Paris le 12 juillet pour manifester, à l'appel du réseau Sortir du nucléaire, «pour un monde sans nucléaire». Environ cinq mille personnes ont participé à cette manifestation.

  • Incident du Tricastin : l'Autorité de sûreté du nucléaire tape du poing

    Par
    Après quatre jours d'atermoiements, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) frappe fort. Sa direction a décidé, vendredi, de demander l'arrêt du centre de traitement de déchets du site nucléaire du Tricastin. L'ASN dénonce une "situation inacceptable" et des "dysfonctionnements en chaîne". Car, depuis mardi, la confusion régnait sur la fuite d'uranium survenue au Tricastin, deuxième plus importante plate-forme nucléaire après celle de La Hague. L'Autorité de sûreté nucléaire dispose-t-elle des moyens d'alerte suffisants à un moment où les contre-pouvoirs en matière d'information demeurent faibles? Enquête.
  • Incident de Tricastin : l’ASN, gendarme du nucléaire ?

    Par
    hjfshfgksmh
  • A bas Big Google?

    Par
    Accumulation de données personnelles, appauvrissement de la langue, «bibliothécarisation» du savoir : nombreux sont ceux qui s'inquiètent de la «googlisation» du monde. La polémique est récurrente. Elle redémarre avec un appel pour la création d'un «Google français», qui a au moins le mérite de souligner les énormes enjeux qui entourent le contrôle des technologies de l'information.