Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le procès Tapie aura lieu du 11 au 29 mars prochains

    Par
     © Reuters © Reuters

    Le procès de six des protagonistes de l'arbitrage frauduleux est fixé : il aura lieu du 11 au 29 mars 2019 devant la 11e chambre du tribunal de grande instance de Paris, sous la présidence de la magistrate Christine Mée. Le cancer dont souffre Bernard Tapie comme l’absence de plusieurs acteurs importants de l’histoire font toutefois peser une lourde hypothèque sur ce rendez-vous judiciaire.

  • Souvenirs de jeunesse, actualité de Marx

    Par
    Karl Marx, 1875 Karl Marx, 1875

    Puisque l'on commémore le 200e anniversaire de la naissance de Karl Marx, je m'autorise à raconter comment j'ai découvert son œuvre, dans les turbulences joyeuses de ma vie d'étudiant au lendemain de 1968 ; et comment, ensuite, j’ai souvent déploré que la référence à Marx soit taboue, au moment même où le capitalisme devenait gravement inégalitaire.

  • MSC: les preuves du mensonge d’Alexis Kohler, numéro 2 de l’Elysée

    Par et
    Alexis Kohler et Edouard Philippe, tous deux membres du conseil de surveillance de GPMH entre 2010 et mi-2012 © LCI Alexis Kohler et Edouard Philippe, tous deux membres du conseil de surveillance de GPMH entre 2010 et mi-2012 © LCI

    Contrairement à ce qu'il affirme, Alexis Kohler n’a pas toujours révélé ses liens familiaux avec MSC et ne s’est pas toujours déporté sur tous les dossiers concernant l’armateur italo-suisse. Des documents officiels du port du Havre, auxquels Mediapart a eu accès, montrent que le plus proche collaborateur d’Emmanuel Macron, quand il siégeait de 2010 à 2012 au conseil de surveillance du Port, a pris part aux discussions et aux votes en faveur de MSC.

  • L’affaire Tapie pourrait ruiner Stéphane Richard

    Par

    L’État vient discrètement d’assigner plusieurs personnalités pour qu’elles soient condamnées à rembourser, conjointement avec Bernard Tapie, le magot de l’arbitrage frauduleux. Même si l’Élysée l’a installé pour un troisième mandat aux commandes d’Orange, Stéphane Richard, qui a fait fortune au début des années 2000, est le premier visé par cette procédure.

  • Scène de genre du capitalisme parisien chez l'assureur CNP

    Par

    Frédéric Lavenir annonce qu’il va abandonner « pour raisons personnelles » ses fonctions de directeur général de la CNP. Mais en réalité, il était en désaccord avec ses actionnaires publics et avait même donné un mandat au banquier d’affaires Jean-Marie Messier pour essayer de torpiller leur projet.

  • Arkéa: Marylise Lebranchu en défense du mutualisme

    Par

    Dans un entretien au Télégramme, l’ancienne garde des Sceaux socialiste, également ex-députée PS du Finistère, critique le projet de sécession du Crédit mutuel Arkéa et prend la présidence d’une association en défense du mutualisme.

  • La possible suppression de France Ô suscite l’indignation

    Par

    France Ô va-t-elle disparaître ? Cette idée, avancée par le gouvernement, soulève des protestations croissantes. Parce que la chaîne symbolise une certaine idée du pacte républicain et parce qu’elle est un très mauvais augure de la réforme de l’audiovisuel public, qui poursuit des objectifs d'économies budgétaires sans se soucier des missions de service public.

  • Crédit mutuel: la sécession coûterait une fortune à Arkéa

    Par

    S’estimant seule en droit de l’autoriser, la Confédération nationale du Crédit mutuel pose ses conditions à une éventuelle sécession d’Arkéa, sa branche bretonne. Le coût pourrait en être si élevé que le projet controversé d’indépendance risque de devenir encore plus sulfureux.

  • Vers une inquiétante banalisation de la Caisse des dépôts

    Par
    Le ministre Bruno Le Maire a présenté lundi son projet de loi Pacte © Reuters Le ministre Bruno Le Maire a présenté lundi son projet de loi Pacte © Reuters

    Le projet de loi Pacte transforme le statut de la Caisse des dépôts pour rapprocher l’établissement public des « standards du droit commun bancaire ». Les syndicats craignent que cette banalisation ne soit le prélude à une privatisation. La direction évoque une simple modernisation.

  • Les inconvenants éloges du nouveau patron de BPCE

    Par

    La presse a accueilli la désignation de Laurent Mignon au poste de président de BPCE par un concert d’éloges. Sans souffler mot des irrégularités qu’il a couvertes à la tête de Natixis, ni de la politique sociale controversée qu’il y a conduite, ni de la hausse à couper le souffle de ses rémunérations. Contre-enquête.