Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket, puis en 2016 en version numérique par les Éditions Don Quichotte)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • ANPE: des emplois au rabais aux quatre coins du monde

    Par
    L'ANPE a mis en ligne sur son site Internet des offres d'emploi à l'étranger à des conditions financières et sociales pour le moins inhabituelles: en Inde ou aux Grenadines, notamment, pour des rémunérations mensuelles pouvant ne pas dépasser 160 euros pour 40 heures de travail. Alors que Nicolas Sarkozy veut un renforcement des sanctions contre les chômeurs qui refusent plus de deux offres d'emplois, la coïncidence risque d'être jugée fâcheuse.
  • L'emploi protège de moins en moins contre la pauvreté

    Par
    Rendu public mardi 29 avril, le cinquième rapport de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale souligne que le nombre de pauvres a cessé de reculer et que la situation de ceux qui sont sous le seuil de pauvreté se dégrade. Ces statistiques qui s'arrêtent à 2005 mettent aussi en évidence que le nombre des travailleurs pauvres est en hausse. En clair, même si le chômage recule, l'emploi est de moins en moins une protection contre la pauvreté.
  • Politique économique : une double et paradoxale sanction

    Par
    La politique économique française fait l'objet d'une double sanction: Bruxelles stigmatise une politique trop laxiste, qui creuse les déficits, tandis que l'opinion s'inquiète d'une politique trop rigoureuse, visant à réduire ces mêmes déficits. Ces critiques paradoxales souligent le manque de lisibilité du cap fixé. Lire aussi: «Retraite, le régime de la double peine».
  • Le Livret A offert aux lobbies après douze ans de bataille

    Par
    Examiné lundi 28 avril en conseil des ministres, le projet de loi dit de «modernisation de l'économie» prévoit une cascade de dispositions très libérales. L'une des plus symboliques est la remise en cause du monopole de la distribution du Livret A. Mediapart raconte l'histoire de plus de douze années de batailles menées par le puissant lobby des banques. Une histoire qui éclaire les politiques économiques menées par la gauche et par la droite.
  • Les revenus des grands patrons du CAC 40 battent tous les records en 2007

    Par et

    L'examen des 30 premiers «documents de référence» des grandes entreprises du CAC 40 l'atteste : les revenus des grands patrons ont atteint de nouveaux sommets historiques en 2007. En plus des salaires et des avantages divers, ce sont surtout les plus-values sur stock-options et, dans certains cas, les dividendes, qui ont véritablement explosé. Avec cette enquête, Mediapart publie un tableau qui récapitule l'ensemble des rémunérations de 43 dirigeants et détaille, dans un second article, les revenus du PDG le plus fortuné: «Bernard Arnault, le milliardaire boulimique».

  • Bernard Arnault, le milliardaire boulimique

    Par et
    Septième fortune mondiale, le PDG du groupe LVMH, Bernard Arnault, s'est encore formidablement enrichi en 2007, avec 4 millions d'euros de salaires, plus du quart des stock-options distribuées dans le groupe, des plus-values dépassant 80 millions d'euros et un dividende qui a atteint 371 millions d'euros. Les salariés de l'empire du luxe sont, eux, beaucoup moins bien traités.
  • Montée des contestations à la Caisse des dépôts

    Par et

    La Caisse des dépôts entre en crise. Climat social très tendu; tentative d'éviction du directeur financier, qui est réputé proche de la gauche: la gestion du directeur général, Augustin de Romanet, fait beaucoup de vagues. Alors que la polémique sur l'affaire EADS n'est pas même close, la caisse va répondre aux sollicitations de l'Elysée et racheter à un prix supérieur à celui de la Bourse une fraction du capital de la société française Eiffage détenue par le groupe espagnol Sacyr.

  • Eiffage: le groupe Sacyr s'en va, la justice le poursuit

    Par
    Le groupe espagnol Sacyr est en passe de rétrocéder à un groupe d'investisseurs français, dont la Caisse des dépôts et consignations, sa participation de 33,32% dans Eiffage, à un prix proche de 60 euros l'action. Il a accepté de baisser le prix, dans l'espoir de refermer au plus vite ce dossier. Espoir déçu: le PDG du groupe espagnol a été mis en examen pour diffusion de fausses informations.
  • Eiffage-Sacyr: la justice bloque la fausse vente

    Par
    Le groupe espagnol Sacyr a annoncé un accord lui permettant de vendre sa participation dans la société française Eiffage. Mais des sources françaises démentent l'existence d'un tel accord. Le PDG espagnol est par ailleurs convoqué par un juge d'instruction français en vue de sa mise en examen. Lire aussi «L'Elysée se mêle d'une affaire boursière»
  • Un rapport officiel veut casser le salaire minimum

    Dans un rapport que le Conseil d'analyse économique n'a pas encore publié, mais que l'on peut télécharger sur le site de Mediapart, trois économistes, Pierre Cahuc, Gilbert Cette et André Zylberberg, recommandent au gouvernement de remettre en cause les règles d'indexation du salaire minimum.