Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket, puis en 2016 en version numérique par les Éditions Don Quichotte)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

- Prédations. Histoire des privatisations des biens publics,  (La Découverte, septembre 2020).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts (pdf, 613.4 kB)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Tapie: la justice rechigne à examiner le coup de force présidentiel

    Par
    La présidente du tribunal administratif de Paris refuse d'examiner un recours en excès de pouvoir déposé contre la ministre des finances, Christine Lagarde, dans l'affaire Tapie. Alors que Bernard Tapie va empocher dans les prochains jours un gain net proche de 100 millions d'euros, prélevés sur fonds publics – bien supérieurs à ce que Bercy et Bernard Tapie avaient admis, mais conforme à ce que Mediapart avait révélé dès juillet 2008 –, la présidente fait valoir que des contribuables ou un député – qui ont saisi la justice – n'ont pas un «intérêt suffisant» pour demander ce recours. Parti pris.
  • L'Insee prévoit une explosion du chômage d'ici le mois de juin

    Par
    Dans une note de conjoncture, publiée ce vendredi 20 mars, l'Insee révèle que la récession est beaucoup plus grave que prévu par le pouvoir. Recul de –2,9% de l'activité d'ici à la fin du premier semestre de 2009, lourdes menaces sur le pouvoir d'achat, plus de 500.000 pertes d'emplois en trois trimestres, taux de chômage à 8,8% de la population active: les experts mettent en évidence que les prévisions du gouvernement n'ont pas de crédibilité.
  • Affaire Pérol: l'édito vidéo de Mediapart

    Par et

    L'affaire Pérol ne cesse de prendre de l'ampleur. Du ministère des finances jusqu'au siège des Caisses d'épargne, en passant par celui de la très influente banque Rothschild, Mediapart résume cette histoire qui est au cœur des polémiques politico-économiques du moment. Et dénonce le coup de force présidentiel. Edito vidéo.

  • Villepin contre le bouclier fiscal

    Par
  • Les nouvelles règles des services secrets britanniques

    Par
  • Boutin: "pas drôle de mettre un préservatif"

    Par
  • Le coup de gueule de Dailymotion

    Par
  • Affaire Pérol: Sud-Caisses d'épargne engage aussi un recours

    Par
    Après l'association Anticor, qui a décidé mardi de déposer une plainte pour «prise illégale d'intérêts» visant François Pérol, le nouveau président des Caisses d'épargne et des Banques populaires, c'est au tour du syndicat Sud-Caisses d'épargne de prendre une décision similaire. Le principe d'un recours a été décidé à l'occasion d'un Conseil syndical national qui s'est achevé mercredi 18 mars. Le syndicat portera plainte mais aussi de nombreux militants en tant que sociétaires des Caisses d'épargne. Sud va consulter ses conseils pour décider si son recours est engagé au pénal ou devant le Conseil d'Etat.
  • L'affaire Pérol va rebondir à la Banque de France

    Par
    Si la nomination de François Pérol à la présidence des Caisses d'épargne et des Banques populaires risque de susciter une cascade de procédures au plan pénal, la voie d'un recours devant la juridiction administrative semblait fermée depuis que le collaborateur de Nicolas Sarkozy a démissionné de l'inspection des finances. Et pourtant non! Dans les prochains jours, le Comité des établissements de crédit (CECEI), qui dépend de la Banque de France, va devoir homologuer le nouveau banquier. Et s'il fait ce choix, qui ne coule pas de source, la décision pourrait être attaquée en justice. En bref, la situation juridique de M. Pérol devient de plus en plus difficile.
  • Natixis: les fabuleux honoraires de François Pérol

    Par
    Découverte par Mediapart, l'information va relancer les polémiques autour de ce qu'il est convenu d'appeler «l'affaire Pérol»: l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol, que Nicolas Sarkozy a propulsé à la présidence de la Caisse nationale des Caisses d'épargne et des Banques populaires, a perçu en 2006 des honoraires compris entre 1,5 et 2 millions d'euros, versés par la société Natixis, filiale des deux banques. Cette rémunération, dont François Pérol n'a jamais parlé publiquement, vient confirmer la situation de conflits d'intérêt dans laquelle il se trouve. Vendredi 13 mars, il a discrètement démissionné de la fonction publique. Cette démission a été acceptée par un décret signé par le chef de l'Etat, dans le but de rendre impossible un recours au plan administratif. Mais elle peut nourrir le dossier pénal.