Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket, puis en 2016 en version numérique par les Éditions Don Quichotte)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

Consulter ici ma déclaration d'intérêt (pdf, 39.2 kB)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Ce que révèle la stratégie de défense du groupe Lagardère

    Par
    Maintenant que l'on connaît le détail du rapport d'enquête de l'AMF sur l'affaire EADS, il est instructif de se replonger dans la stratégie de défense mise au point depuis deux ans par le groupe Lagardère. Dénégations, esquives, habiletés: ce retour en arrière en dit long sur les sytèmes de communication des grands groupes. Ainsi que sur les liens consanguins avec le monde de la presse ou des médias.
  • Eiffage-Sacyr: l'Elysée se mêle d'une affaire boursière

    Par
    Alors qu’un conflit oppose le groupe français Eiffage à la firme espagnole Sacyr, qui contrôle 33,32% de son capital, le secrétaire général adjoint de l’Elysée, François Pérol, ancien associé-gérant de la banque Rothschild, a finalisé un « deal » avec les Espagnols pour que leur participation soit rachetée par des investisseurs, dont la Caisse des dépôts et consignation (CDC). Cette interférence de l’Elysée dans une affaire privée – que l'intéressé conteste – peut susciter une controverse identique à celle qui a eu lieu autour d'EADS.
  • Réforme de l'Etat: les équivoques du plan Sarkozy

    A l'occasion d'un deuxième Conseil de modernisation des politiques publiques, vendredi 4 avril, Nicolas Sarkozy a annoncé un nouveau train de 140 mesures de réforme de l'Etat. Mais la méthode retenue peut donner lieu à leur application la plus sévère, comme à tous les revirements.

    Lire aussi Le logement plutôt épargné

    et notre analyse Les deux scénarios contradictoires de Nicolas Sarkozy

  • Les deux scénarios contradictoires de l'Elysée

    La politique économique qui se déssine est en réalité illisible: entre austérité ou creusement des déficits publics, le Chef de l'Etat n'a toujours pas éclairé les choix français à quelques semaines de la présidence française de l'Union européenne.
  • Livret A : les dispositions inavouées de la réforme

    Par
    La réforme du Livret A, dont disposent 46 millions de Français, va avoir de lourdes conséquences sur la rémunération de l'épargne populaire et sur le financement du logement social. La remise en cause du monopole de sa distribution va permettre aux banques privées d'attirer une nouvelle clientèle. A terme, la collecte pourrait être moins importante.
  • Modernisation de l'économie: le texte du projet de loi

    Par
    Mediapart a obtenu une copie du projet de loi de modernisation de l'économie, dans une mouture arrêtée le 20 mars dernier. Ce texte prévoit des réformes importantes, notamment concernant les PME, la «banalisation» du Livret A... Le projet de loi en PDF est téléchargeable sur Mediapart.
  • Le creusement des déficits alimente une vive controverse

    Par
    L'Insee a révélé, vendredi 28 mars, que les déficits français avaient atteint 2,7% de la richesse nationale en 2007, contre les 2,4% prévus; la dette publique est aussi en hausse. L'état de ces comptes publics risquent de susciter de fortes tensions entre Paris et Bruxelles mais aussi d'aviver le débat sur un plan de rigueur. Mediapart donne la parole au président (centriste) de la Commission des finances du Sénat, Jean Arthuis, et à l'ancien ministre délégué (PS) aux Affaires européennes, Pierre Moscovici. Lire aussi: A l'Assemblée: "Cessez de taper Tépa".
  • La baisse décevante des statistiques du chômage

    Par
    Le nombre des demandeurs d'emplois a baissé de 13.700 (-0,7%) en février, ce qui abaisse à 1.896.800 le nombre des chômeurs à la fin de ce mois. La tendance apparaît donc toujours favorablement orientée. Mais le reflux est en réalité très faible. Malgré des évolutions démographiques très favorables, le taux de chômage risque de rester étale à 7,5% tout au long du premier semestre de cette année.
  • Les zones d'ombre de la politique économique

    Par
    Le gouvernement minimise l'impact sur l'économie française du retournement de la conjoncture mondiale. Mais cette équivoque n'est pas la seule. Sur ses priorités en matière de réduction des déficits ou de prélèvements, il pratique aussi l'esquive. Il envisage de réduire des crédits budgétaires mais ne donne pas le détail du plan d'économies qu'il envisage. Au total, c'est la philosophie même de la politique économique qui reste incertaine.
  • Bernard Thibault (CGT) : «Un faux dialogue social»

    Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, dresse un constat alarmiste de l'état du dialogue social depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée: « C'est un faux dialogue, les arbitrages sont prononcés avant même que l'on ait commencé à discuter. » Retraites, représentativité syndicale et patronale, UIMM : devant la caméra de Mediapart, il balaie les dossiers chauds du moment.