Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket, puis en 2016 en version numérique par les Éditions Don Quichotte)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

- Prédations. Histoire des privatisations des biens publics,  (La Découverte, septembre 2020).

Consulter ici ma déclaration d'intérêts (pdf, 613.4 kB)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Caisses d'épargne: Sarkozy offre un parachute exotique à Milhaud

    Par

    Au lendemain de la nouvelle crise des Caisses d'épargne, Nicolas Sarkozy avait fait mine de demander des sanctions. Et le président du directoire de l'Ecureuil, Charles Milhaud, avait été contraint à la démission. Mais depuis, l'Elysée cherche à protéger l'ex-banquier, qui est proche du chef de l'Etat. Un parachute exotique lui a ainsi été discrètement offert. La décision indigne de nombreux responsables des Caisses d'épargne. Lire aussi:

  • Caisse d'épargne: Sarkozy offre un parachute exotique à Milhaud

    Par
    Au lendemain de la nouvelle crise des Caisses d'épargne, Nicolas Sarkozy avait fait mine de demander des sanctions. Et dans la foulée, le président du directoire de l'Ecureuil, Charles Milhaud avait été contraint à la démission. Mais depuis, l'Elysée cherche à protéger l'ex-banquier, qui est proche du chef de l'Etat. Un parachute exotique lui a ainsi été discrètement offert : il va garder la présidence d'Oceor, la filiale des Caisses d'épargne qui regroupe de très nombreux établissements bancaires à l'Ile Maurice, l'Ile de la Réunion, ou encore dans de nombreuses îles des Antilles. La décision indigne de nombreux responsables des Caisses d'épargne.
  • Livret A: les mauvaises justifications de la baisse

    Par
    Le gouvernement assure qu'il n'est pas responsable de la très forte baisse de la rémunération du Livret A qui se profile pour février prochain. Mais l'argument est de mauvaise foi: la formule d'indexation automatique est toujours respectée quand elle joue à la baisse, pas quand elle pousse à la hausse. De surcroît, en ces temps de tempête financière, Nicolas Sarkozy a des égards pour les grandes banques qu'il ne manifeste pas pour les petits épargnants. Parti pris.
  • Caisses d'épargne: la justice enquête sur un abus de confiance

    Par

    La justice s'est emparée du dossier des Caisses d'épargne. Le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête préliminaire pour des faits d'abus de confiance, à la suite des pertes financières de 751 millions d'euros essuyées par l'établissement. Voilà qui rend plus paradoxale encore la situation de Mediapart, mis en examen à de nombreuses reprises ces derniers jours.

  • Caisses d'épargne : l'édito vidéo

    Par et

    Au lendemain de la perte par les Caisses d'épargne de près de 700 millions d'euros, qui a conduit à l'éviction de son président Charles Milhaud, Mediapart consacre un édito vidéo à cette affaire. En trois étapes, voici expliqué comment, avant cette crise, de nombreuses alertes sont intervenues qu'aucun gouvernement n'a voulu entendre.

  • Caisses d'épargne: l'édito vidéo

    Par et

    Au lendemain de la perte par les Caisses d'épargne de près de 700 millions d'euros, qui a conduit à l'éviction de son président Charles Milhaud, Mediapart consacre un édito vidéo à cette affaire. En trois étapes, voici expliqué comment, avant cette crise, de nombreuses alertes sont intervenues qu'aucun gouvernement n'a voulu entendre.

  • Caisses d'épargne: le gâchis n'épargne ni Sarkozy, ni la puissance publique

    Par

    Même s'il a demandé l'éviction de Charles Milhaud de la présidence des Caisses d'épargne, Nicolas Sarkozy affiche un sombre bilan dans la gestion de ce dossier. Au travers de nombreux conseillers, dont Alain Minc, très actif au cours du week-end, ou le secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol, il a favorisé la stratégie de l'Ecureuil, consistant à tourner le dos à ses missions d'intérêt général pour avancer vers les marchés financiers à risque. L'entreprise est souvent affublée par des salariés du sobriquet de «Sarkoland». Lire aussi:

  • Caisses d'épargne: le patron perd son poste et l'une de ses primes

    Par

    Sur fond de crise, après l'annonce d'une perte de 600 millions d'euros sur les marchés financiers, le conseil de surveillance de la Caisse nationale des caisses d'épargne (CNCE), qui s'est tenu dimanche 19 octobre, à Paris, a écarté Charles Milhaud et a nommé à sa place, au poste de président du directoire, Bernard Comolet, jusque-là président de l'Ecureuil en Ile-de-France. Le patron déchu ne profitera pas de la prime de départ qui lui avait été allouée dans le passé et qui, selon nos informations, devait avoisiner 3 millions d'euros. Il a toutefois bénéficié en janvier 2007 d'un bonus exceptionnel de 150.000 euros pour le lancement de la banque Natixis, qui a ensuite fait naufrage en Bourse. Lire aussi:

  • Caisses d'épargne: un «scandale» français bientôt sanctionné par l'Elysée

    Par
    Du Canada, Nicolas Sarkozy a vivement critiqué la direction de la Caisse nationale des Caisses d'épargne, après l'annonce d'une perte de 600 millions d'euros ces derniers jours sur les marchés financiers. «C'est suffisant pour que les responsables sachent en tirer les conséquences», a notamment dit le chef de l'Etat. Le Financial Times fait sa "une", samedi 18 octobre, avec ce qu'il qualifie de «scandale». Le socialiste François Hollande demande des sanctions.
  • Les Caisses d'épargne ont perdu 600 millions d'euros ces derniers jours

    Par et

    Inquiétude à l'Elysée et à Bercy: ils ont été avertis jeudi 16 octobre, dans l'après-midi, par les Caisses d'épargne que celles-ci ont perdu 600 millions d'euros sur les marchés ces derniers jours. La commission bancaire diligente une enquête au siège de la Caisse nationale des Caisses d'épargne vendredi 17 octobre, au matin, pour mener un audit général sur la situation de la banque. Lire aussi: