Laurent Mauduit

Journaliste au Quotidien de Paris (1979), puis à l'Agence centrale de Presse (1979-1984), à La Tribune de l'économie (1984-1990). Chef du service économique de Libération (1991-1994) avant d'entrer au Monde, en charge de la politique économique française (1995-1999), puis rédacteur en chef du service Entreprises (1999-2003), directeur adjoint de la rédaction (2003-2005), éditorialiste (2006). Quitte Le Monde, en décembre 2006, en désaccord avec la politique éditoriale. Cofondateur de Mediapart. Auteur des ouvrages suivants:

 - Histoire secrète des dossiers noirs de la gauche (en collaboration), Éditions Alain Moreau, 1986

- La grande méprise (en collaboration), Grasset, 1996

- La gauche imaginaire et le nouveau capitalisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 1999

 - Voyage indiscret au cœur de l’État (en collaboration), Éditions Le Monde-Le Pré aux Clercs, 2000

 - Les stock-options (avec Philippe Jaffré), Grasset, 2002

- L’adieu au socialisme (avec Gérard Desportes), Grasset, 2002

- Jacques le Petit, Stock, 2005

- Petits conseils, Stock, 2007

- Sous le Tapie, Stock, 2008

- Les 110 propositions, 1981-2011 - Manuel critique à l'usage des citoyens qui rêvent encore de changer la vie, Don Quichotte, 2011 (ouvrage collectif de la rédaction de Mediapart) 

- Les imposteurs de l'économie, Editions Gawsewitch, 2012 (Réédité en 2013 par les Editions Pocket, puis en 2016 en version numérique par les Éditions Don Quichotte)

- L'étrange capitulation, Editions Gawsewitch, 2013. Cet ouvrage a été réédité en version numérique en mars 2015 par les éditions Don Quichotte.

- Tapie, le scandale d'Etat, Stock, 2013 - Cette affaire a aussi donné lieu à un documentaire Tapie et la République - Autopsie d'un scandale d'Etat (70', Nova Production), que j'ai co-écrit avec le réalisateur Thomas Johnson et qui a été diffusé la première fois par France 5 le 31 mars 2015.

- A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte, 2014)

- Main basse sur l'information (Don Quichotte, 2016)

- La Caste. Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir (La Découverte, septembre 2018).

Consulter ici ma déclaration d'intérêt (pdf, 39.2 kB)

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Ce que révèle la crise des «Echos» et de «La Tribune»

    Par
    Les turbulences qu'ont connues tout au long de 2007 les deux principaux quotidiens économiques français expliquent certains des traits spécifiques que prend en France la crise de la presse. Dans notre pays, il s'agit d'abord d'une crise d'indépendance.
  • De Benedetti poursuit en justice les « bonnes » affaires d’Alain Minc et Pierre Bergé

    Par
    Le Tribunal de grande instance de Paris doit se prononcer sur un litige qui oppose l'industriel italien Carlo de Benedetti à une myriade de petites sociétés françaises, dont Oléron Participations, contrôlée par Pierre Bergé et Alain Minc. Un litige très révélateur de certaines pratiques dont est coutimier le petit microcosme du capitalisme parisien.
  • D’un 2 Décembre à l’autre

    Par

    Le pré-site de Mediapart a vu le jour le 2 décembre 2007. Dans l'histoire de la démocratie, c'est l'anniversaire d'un jour sombre, celui du coup d'Etat de Louis Napoléon Bonaparte, en 1851. Un anniversaire sur lequel il est intéressant de se plonger car c'est une date-phare dans l'histoire du bonapartisme, une tradition politique qui explique en grande partie "l'illibéralisme" de la droite française. Une tradition qui permet aussi, de Napoléon le Petit au Petit Nicolas, de comprendre certains des traits très spécifiques de la crise de la presse hexagonale.

  • Caisses d’épargne 7. Une privatisation à haut risque

    Par
    En crise, les Caisses d'épargne étudient plusieurs pistes de réforme pour rebondir: cessions partielles ou total de filiales pour reconstituer ses fonds propres, etc. Dans le même mouvement, le gouvernement prépare la "banalisation" du Livret A distribué notamment par l'Ecureuil.
  • Caisses d’épargne 6 - Les agents secrets de L'Ecureuil

    Par
    Le patron des Caisses d'épargne, Charles Milhaud, aime s'entourer d'agents secrets, au sens propre comme au sens figuré: des lobbyiste, comme Alain Minc ou Jean-Marie Messier, qu'il rémunère chèrement, pour peser sur la vie parisienne des affaires; ou de spécialistes de la sécurité, tel Pierre-Yves Gilleron, un ancien de la DST condamné lors du fameux procès des écoutes de l'Elysée.
  • Caisses d’épargne 5. Un gros risque pour Lagardère

    Par
    Si le rôle de la Caisse des dépôts a souvent été pointé dans "l'affaire" de portage des titres EADS, celui des Caisses d'épargne, au profit du groupe Lagardère, est rarement évoqué. Il est pourtant très révalateur du "capitalisme de la barbichette" à la française, comme en témoigne le procés-verbal du comité des risques de l'Ecureuil, qui a examiné l'opération et dont Mediapart s'est procuré une copie. Une opération qui a fait perdre près de 50 millions d'euros supplémentaires.
  • Caisses d’épargne 4. De très coûteuses opérations

    Par

    En grande difficulté à cause de la crise des subprimes aux Etats-Unis, les Caisses d'épargne ont par ailleurs multiplié les mauvaises opérations financières, ces derniers mois, en rachetant au prix fort le promoteur immobiler Nexity, le site Meilleurtaux.com ou encore la banque tuniso-koweitienne BTK.

  • Caisses d’épargne 3. Le désastre du subprime

    Par
    En participant, avec les Banques populaires, à la création de Natixis, la direction des Caisses d'épargne avait assuré que cette aventure vers les marchés financiers était le gage de son expansion future. Las! L'Ecureuil a en réalité connu des déconvenues en série. Notamment à cause d'une filiale qu'elle a apporté dans la corbeille de mariage, CIFG, une société de réhaussement de crédits fortement concernée par la crise américaine des subprimes.
  • Caisses d'épargne 2. Le viol du pacte d'actionaires

    Par
    Le début des turbulences dans lesquelles sont prises les Caisses d'épargne remonte à 2006. A l'époque, l'établissement viole le pacte d'actionnaire qui le lie à la Caisse des dépôts et se lance, avec les Banques populaires, dans l'aventure Natixis. Au passage, l'Ecureuil voit ses fonds propres fondre de 7 milliards d'euros.
  • Caisse des dépôts : le camp retranché des chiraquiens

    Par

    Nommé voilà un an par Jacques Chirac, le directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, Augustin de Romanet, a procédé à une cascade d'embauches de hauts fonctionnaires, tous de sensibilité chiraquienne. Alors que l'institution financière a pour tradition de respecter l'équilibre républicain, le directeur général veut aussi évincer son numéro deux, Dominique Marcel, ancien directeur adjoint du cabinet de Lionel Jospin. Cette politique inquiète les syndicats et embarrasse l'Elysée.