Ludovic Lamant

Passé par l'agence Reuters et la rédaction des Cahiers du Cinéma, j'ai couvert, en poste à Bruxelles de 2012 à 2017, le feuilleton des crises européennes pour Mediapart. De retour à Paris depuis fin 2017, pour intégrer la direction éditoriale du journal.

J'ai publié un guide sur l'Argentine (La Découverte, 2011), un essai sur les nouvelles politiques espagnoles (Squatter le pouvoir, Les mairies rebelles d'Espagne, Editions Lux, 2016) et un autre sur l'architecture du quartier européen à Bruxelles, révélateur des crises sur le continent (Bruxelles chantiers, Une critique architecturale de l'Europe, Lux, 2018). © Céline Villegas.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Au Parlement européen, le RN relaie les suprémacistes blancs

    Par
    «Il nous paraît logique de mettre l’accent sur cette situation», explique Nicolas Bay © Reuters «Il nous paraît logique de mettre l’accent sur cette situation», explique Nicolas Bay © Reuters

    Le Rassemblement national soutient la candidature d’un groupe de défense des fermiers blancs d’Afrique du Sud pour le prix Sakharov du Parlement européen, censé récompenser ceux qui contribuent « à la lutte pour les droits de l’homme dans le monde ». Une initiative qui s'inscrit dans le sillage de Donald Trump et de collectifs de suprémacistes blancs aux États-Unis.

  • Paradis fiscaux: Juncker plaide de nouveau pour en finir avec la règle de l’unanimité

    Par
    Jean-Claude Juncker, président de la commission, le 12 septembre 2018 à Strasbourg. © Reuters / Vincent Kessler. © Reuters Jean-Claude Juncker, président de la commission, le 12 septembre 2018 à Strasbourg. © Reuters / Vincent Kessler. © Reuters

    Dans son discours sur l’état de l'Union – son dernier avant les européennes de 2019 –, le président de la Commission Jean-Claude Juncker s’est montré avare en annonces. Parmi les seuls points saillants de l’exposé, il a plaidé pour une réforme de la prise de décision dans certains domaines clés, dont la politique fiscale.

  • Au Royaume-Uni, la décomposition du paysage politique se poursuit

    Par

    L’ex-ministre Boris Johnson toujours en guerre contre Theresa May, Jeremy Corbyn en sursis face aux accusations d’antisémitisme, Nigel Farage de retour sur le devant de la scène… À quelques mois de la fin supposée des négociations sur le Brexit, la vie politique britannique n’a jamais été aussi chaotique.

  • Manuel Valls prépare la prise de Barcelone par la droite

    Par
    Manuel Valls lors d'un meeting à Barcelone, le 16 décembre 2017. © Reuters/Albert Gea Manuel Valls lors d'un meeting à Barcelone, le 16 décembre 2017. © Reuters/Albert Gea

    L’ex-premier ministre s’est entouré de conseillers et multiplie les dîners à Barcelone, en vue des municipales de mai 2019. Face aux indépendantistes, Manuel Valls veut être le « candidat de l’ordre ». Mais il retarde sa décision, conscient du risque d’échec. Issu de la droite dure, l’un de ses conseillers crispe.

  • Catalogne: le rappeur Valtònyc, soutien inattendu de Puigdemont à Bruxelles

    Par
    Le rappeur Valtònyc. © DR Le rappeur Valtònyc. © DR

    Quatre mois après son arrestation, l’ancien président catalan Carles Puigdemont est rentré le 28 juillet en Belgique et en a profité pour mettre la pression sur le nouveau gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez. À ses côtés, le rappeur majorquin Valtònyc, qui a rejoint Bruxelles au printemps afin d'échapper à une condamnation pour apologie du terrorisme et injures à la couronne.

  • Espagne: face à Ciudadanos, le PP revient aux fondamentaux de l’époque Aznar

    Par
    Pablo Casado le 24 mai 2015 à Madrid © Reuters / Juan Medina. Pablo Casado le 24 mai 2015 à Madrid © Reuters / Juan Medina.

    Pablo Casado, jeune loup de 37 ans, a remporté la primaire du PP samedi 21 juillet et devient le successeur de Mariano Rajoy à la tête du parti. Sa stratégie : droitiser encore davantage la formation sur les questions de société comme sur la Catalogne, en réponse au succès de Ciudadanos.

  • Pour l’architecture aussi, Mai 68 est un moment de bascule

    Par
    capture-d-e-cran-2018-07-04-a-17-13-07

    À l’occasion d’une exposition parisienne à la Cité de l’architecture et du patrimoine cet été, retour sur les nouvelles manières d’enseigner l’architecture et de penser la ville, après le séisme Mai 68, en compagnie de deux des commissaires de l’exposition, Éléonore Marantz et Jean-Louis Violeau.

  • Pedro Sánchez veut mettre fin à l’apologie du franquisme

    Par
    La croix de « Valle de los caidos », où reposent les restes de Franco, et le site de l'Escurial, en mai 2016. © Reuters / Paul Hanna La croix de « Valle de los caidos », où reposent les restes de Franco, et le site de l'Escurial, en mai 2016. © Reuters / Paul Hanna

    Du déplacement des restes de Franco à la reprise des fouilles pour identifier les fosses communes du franquisme, le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez multiplie les annonces sur le terrain mémoriel. L’enjeu est de taille : son prédécesseur socialiste, José Luis Rodríguez Zapatero, est loin d’avoir tenu ses promesses sur le sujet.

  • De plus en plus d’eurodéputés gonflent leurs salaires

    Par
    Session plénière à Strasbourg le 4 juillet 2018. © Vincent Kessler / Reuters. Session plénière à Strasbourg le 4 juillet 2018. © Vincent Kessler / Reuters.

    Près d'un tiers des eurodéputés touchent des rémunérations pour des activités extérieures à leur mandat, d'après un rapport publié mardi 10 juillet par Transparency International. La tendance est en forte hausse depuis les élections européennes de 2014, et les soupçons de conflit d'intérêts se renforcent. Nombre d'élus français, de Rachida Dati à Renaud Muselier, sont aux avant-postes.

  • L’affaiblissement de Merkel ne met pas fin à l’Europe «à l’allemande»

    Par
    Angela Merkel et son ministre de l'intérieur Horst Seehofer, à l'origine de la crise gouvernementale, le 3 juillet 2018 au Bundestag à Berlin. © Hannibal Hanschke/Reuters Angela Merkel et son ministre de l'intérieur Horst Seehofer, à l'origine de la crise gouvernementale, le 3 juillet 2018 au Bundestag à Berlin. © Hannibal Hanschke/Reuters

    Certains voient dans l’affaiblissement d’Angela Merkel à Berlin une aubaine pour Emmanuel Macron à Bruxelles. Mais ce serait oublier les effets de bord de la construction européenne, tout comme certaines pratiques bruxelloises, qui rendent encore bien vivace la réalité d’une « Europe à l’allemande ».