Ludovic Lamant

Passé par l'agence Reuters et la rédaction des Cahiers du Cinéma, j'ai couvert, en poste à Bruxelles de 2012 à 2017, le feuilleton des crises européennes pour Mediapart. De retour à Paris depuis fin 2017, pour intégrer la direction éditoriale du journal.

J'ai publié un guide sur l'Argentine (La Découverte, 2011), un essai sur les nouvelles politiques espagnoles (Squatter le pouvoir, Les mairies rebelles d'Espagne, Editions Lux, 2016) et un autre sur l'architecture du quartier européen à Bruxelles, révélateur des crises sur le continent (Bruxelles chantiers, Une critique architecturale de l'Europe, Lux, 2018). © Céline Villegas.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Commerce: Macron désormais opposé à l’accord avec le Mercosur

    Par et
    Le 21 août 2019. © Reuters via la Nasa Le 21 août 2019. © Reuters via la Nasa

    À la veille du G7 de Biarritz, Emmanuel Macron a menacé, vendredi 23 août, de bloquer l’accord commercial avec le Mercosur, dans l’espoir de faire pression sur le président du Brésil, Jair Bolsonaro. Le même texte qu’il défendait sans détour en juin dernier.

  • Ceta: les députés français arrivent bien après la bataille

    Par
    Des eurodéputés opposés au Ceta, en février 2017 à Strasbourg. © Vincent Kessler/Reuters Des eurodéputés opposés au Ceta, en février 2017 à Strasbourg. © Vincent Kessler/Reuters

    Les députés ouvrent, mercredi soir, les débats sur le traité de libre-échange avec le Canada, trois ans après la fin des négociations avec Ottawa. Cette discussion arrive tardivement à l’Assemblée, alors que le sort de ce texte controversé s’est sans doute joué en 2016, lorsque la Wallonie belge a failli le mettre à terre.

  • UE: von der Leyen passe tout juste l’obstacle du Parlement

    Par
    Ursula von der Leyen le 16 juillet 2019 à Strasbourg. © Reuters/Vincent Kessler Ursula von der Leyen le 16 juillet 2019 à Strasbourg. © Reuters/Vincent Kessler

    Le Parlement européen a élu mardi 16 juillet la conservatrice allemande Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, avec une courte majorité de neuf voix. La ministre de la défense d’Angela Merkel devient la première femme à présider l’institution.

  • UE: les sociaux-démocrates européens divisés sur le cas von der Leyen

    Par et
    Ursula von Der Leyen le 10 juillet 2019 à Bruxelles, aux côtés du président du Parlement européen, l'Italien David Sassoli © Reuters / François Lenoir Ursula von Der Leyen le 10 juillet 2019 à Bruxelles, aux côtés du président du Parlement européen, l'Italien David Sassoli © Reuters / François Lenoir

    Les eurodéputés se prononcent mardi 16 juillet sur la candidature de la conservatrice allemande Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne. Malgré le soutien officiel de la droite du PPE et des libéraux, le vote s’annonce serré. Les tractations vont durer jusqu’à la dernière minute.

  • «On peut penser que Tsipras a trahi. Mais on a fait quoi, nous?»

    Par et
    La rencontre entre le nouveau premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et Alexis Tsipras, le 8 juillet à Athènes © Reuters La rencontre entre le nouveau premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis et Alexis Tsipras, le 8 juillet à Athènes © Reuters

    De nombreux élus de la gauche française joints lundi par Mediapart qualifiaient la défaite de Tsipras de « mauvaise nouvelle » pour la Grèce. Mais les divergences d’appréciation sur l’expérience grecque restent vives.

  • Mercato des dirigeants de l'UE: les capitales piétinent le parlement européen

    Par
    Ursula von der Leyen (Commission européenne), Charles Michel (Conseil européen), David-Maria Sassoli (Parlement européen), Josep Borrell (Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) et Christine Lagarde (Banque centrale européenne). © Reuters Ursula von der Leyen (Commission européenne), Charles Michel (Conseil européen), David-Maria Sassoli (Parlement européen), Josep Borrell (Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) et Christine Lagarde (Banque centrale européenne). © Reuters

    Alors que le Parlement a élu mercredi le social-démocrate italien David-Maria Sassoli à sa tête, les dirigeants européens ont fini par s’entendre sur des noms pour diriger l’UE dans les années à venir. Principale surprise d'un casting sans grande cohérence : la ministre de la défense allemande, proposée à la tête de la Commission.

  • Au Parlement européen, chaque groupe a ses incohérences

    Par et
     © Mediapart © Mediapart

    Les 751 nouveaux eurodéputés se réunissent pour la première fois ce mardi. Mediapart passe en revue les bizarreries des huit groupes qui vont rythmer la vie de l’hémicycle, alors que les dirigeants européens ne sont toujours pas parvenus à se mettre d’accord, après dix-sept heures de tractations, sur les futurs titulaires des postes clés des institutions.

  • Au Parlement européen, les écologistes travaillent à un accord incertain avec la droite

    Par
    Yannick Jadot, le 23 mai 2019 © Reuters Yannick Jadot, le 23 mai 2019 © Reuters

    Conservateurs, sociaux-démocrates, libéraux et écologistes négocient depuis plus d’une semaine, entre les murs du Parlement européen, le contenu d’une feuille de route pour les cinq années à venir. La démarche est inédite. Elle est aussi sensible, en particulier pour le groupe des Verts.

  • Commerce: le sulfureux Ceta en débat

    Par et
    debat-52-illustr4

    Le traité de libre-échange conclu entre l’Union européenne (UE) et le Canada, le Ceta, doit être examiné en conseil des ministres le 3 juillet, ouvrant la voie à un débat à l’Assemblée dans le courant du même mois. Alors que le dossier continue d’inquiéter, Mediapart a organisé un débat entre Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État au commerce, Édouard Bourcieu, de la Commission européenne, et Lora Verheecke, activiste anti-Ceta.

  • Les 28 échouent à s’entendre sur des dirigeants pour l’UE

    Par

    Le deuxième sommet organisé à Bruxelles dans la foulée des européennes pour décider des nominations à la tête de l’UE n’a pas suffi à dissiper les désaccords entre conservateurs, sociaux-démocrates et libéraux. Un nouveau sommet est annoncé, le 30 juin.