Ludovic Lamant

Passé par l'agence Reuters et la rédaction des Cahiers du Cinéma, j'ai couvert, en poste à Bruxelles de 2012 à 2017, le feuilleton des crises européennes pour Mediapart. De retour à Paris depuis fin 2017, pour intégrer la direction éditoriale du journal.

J'ai publié un guide sur l'Argentine (La Découverte, 2011), un essai sur les nouvelles politiques espagnoles (Squatter le pouvoir, Les mairies rebelles d'Espagne, Editions Lux, 2016) et un autre sur l'architecture du quartier européen à Bruxelles, révélateur des crises sur le continent (Bruxelles chantiers, Une critique architecturale de l'Europe, Lux, 2018). © Céline Villegas.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le crépuscule de Merkel plonge l’Europe dans l’inconnu

    Par
    Angela Merkel et Annegret Kramp-Karrenbauer lors d'un congrès de la CDU à Berlin le 26 février 2018. © Reuters / Fabrizio Bensch Angela Merkel et Annegret Kramp-Karrenbauer lors d'un congrès de la CDU à Berlin le 26 février 2018. © Reuters / Fabrizio Bensch

    Le retrait d’Angela Merkel de la présidence de la CDU renforce l’incertitude à l’approche des européennes. Pour Macron, l’affaiblissement de la chancelière complique encore ses projets de réforme de la zone euro. On est aussi loin de la fin de « l’Europe allemande ».

  • A Helsinki, la droite européenne tait ses désaccords, sous la pression des extrêmes

    Par
    Manfred Weber (à gauche) et Alex Stubb lors du débat, mercredi 7 novembre 2018, au Palais des congrès de Helsinki.© Reuters/Heikki Saukkomaa Manfred Weber (à gauche) et Alex Stubb lors du débat, mercredi 7 novembre 2018, au Palais des congrès de Helsinki.© Reuters/Heikki Saukkomaa

    Malmenée dans les urnes, la droite européenne a désigné son chef de file en vue des élections européennes, l’Allemand Manfred Weber. Quitte à relancer les critiques sur l’emprise de l’Allemagne sur les institutions de l’Union européenne.

  • Europe: les consultations citoyennes de Macron parlent surtout aux convaincus

    Par et

    Elles devaient permettre d’imaginer l’« Europe de demain » : des centaines de consultations citoyennes se tiennent en France jusqu’à fin octobre pour réconcilier les Français avec l’UE. Mediapart s’est rendu à Dieppe, Issy-les-Moulineaux et Strasbourg pour écouter ces débats que l’Élysée promettait « sans tabous ». Mais ces panels citoyens ont surtout rassemblé habitués de l’Europe et militants LREM.

  • En Espagne, les socialistes préparent le terrain à une coalition avec Podemos

    Par

    Les deux partis de gauche espagnols se sont entendus jeudi 12 octobre sur le chiffrage précis d’un projet de budget pour 2019, censé contrer les effets pervers de l’austérité. Un tournant politique qui relance l’hypothèse d’une coalition PSOE-Podemos à moyen terme.

  • Belgique: le nationaliste De Wever joue son avenir politique dans la «bataille d’Anvers»

    Par

    L’homme fort de la politique belge, Bart De Wever, est donné favori des élections municipales à Anvers dimanche 14 octobre. Mais rien ne dit que le héraut de l’indépendantisme de la Flandre parviendra à construire une coalition pour rester au pouvoir.

  • Europe: les périls de la rhétorique des blocs de Macron

    Par
    Emmanuel Macron (à gauche) et Viktor Orbán, le président hongrois, lors du sommet informel de Salzbourg en Autriche, le 20 septembre 2018. © Reuters/Lisi Niesner Emmanuel Macron (à gauche) et Viktor Orbán, le président hongrois, lors du sommet informel de Salzbourg en Autriche, le 20 septembre 2018. © Reuters/Lisi Niesner

    Démocraties « libérales » contre régimes « illibéraux », « progressistes » contre « populistes » : la ligne de partage tracée par Emmanuel Macron pour structurer la politique européenne avant les élections de mai 2019 est trop simpliste pour être pertinente. Premier volet d’une série d’articles consacrés à cette grille d’analyse, qui masque les alternatives à l’Europe néolibérale d’aujourd'hui.

  • Brexit: Corbyn sous la pression d’un second référendum

    Par
    Jeremy Corbyn le 23 septembre 2018, à Liverpool. © Reuters / Hannah McKay Jeremy Corbyn le 23 septembre 2018, à Liverpool. © Reuters / Hannah McKay

    Les membres du parti travailliste réunis en congrès à Liverpool doivent se prononcer mardi 25 septembre sur l’éventualité d’un second référendum sur le Brexit, à la formulation encore floue. Jeremy Corbyn y est opposé mais a précisé qu’il suivrait la majorité sur ce dossier. 

  • Libre-échange: l’exécutif reporte la ratification du CETA

    Par
    Justin Trudeau et Emmanuel Macron le 9 juin 2018 au G-7 de Charlevoix au Québec © Reuters. Justin Trudeau et Emmanuel Macron le 9 juin 2018 au G-7 de Charlevoix au Québec © Reuters.

    Le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le CETA, est entré en vigueur de manière provisoire il y a un an, le 21 septembre 2017. Mais le parlement français se prononcera, au plus tôt, à l’automne 2019. Un report qui révèle les hésitations de l’exécutif, politiquement isolé.

  • Au parlement européen, le RN relaie les suprémacistes blancs

    Par
    «Il nous paraît logique de mettre l’accent sur cette situation», explique Nicolas Bay © Reuters «Il nous paraît logique de mettre l’accent sur cette situation», explique Nicolas Bay © Reuters

    Le Rassemblement national soutient la candidature d’un groupe de défense des fermiers blancs d’Afrique du Sud pour le prix Sakharov du parlement européen, censé récompenser ceux qui contribuent « à la lutte pour les droits de l’homme dans le monde ». Une initiative qui s'inscrit dans le sillage de Donald Trump et de collectifs de suprémacistes blancs aux États-Unis.

  • Paradis fiscaux: Juncker plaide de nouveau pour en finir avec la règle de l’unanimité

    Par
    Jean-Claude Juncker, président de la commission, le 12 septembre 2018 à Strasbourg. © Reuters / Vincent Kessler. © Reuters Jean-Claude Juncker, président de la commission, le 12 septembre 2018 à Strasbourg. © Reuters / Vincent Kessler. © Reuters

    Dans son discours sur l’état de l'Union – son dernier avant les européennes de 2019 –, le président de la Commission Jean-Claude Juncker s’est montré avare en annonces. Parmi les seuls points saillants de l’exposé, il a plaidé pour une réforme de la prise de décision dans certains domaines clés, dont la politique fiscale.