Martine Orange

Ancienne journaliste à l'Usine Nouvelle, au Monde, et à la Tribune. Plusieurs livres: Vivendi: une affaire française; Ces messieurs de chez Lazard, Rothschild, une banque au pouvoir. Participation  aux ouvrages collectifs : l'histoire secrète de la V République, l'histoire secrète du patronat ,  Les jours heureux, informer n'est pas un délit.

Consulter ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Affaire Kerviel : ce que la Société générale savait

    Par et

    Mediapart révèle de nouveaux éléments qui éclairent l'affaire de la Société générale. Tant l'audition d'un des contrôleurs financiers de la banque que le bilan d'évaluation 2007 de Jérôme Kerviel confirment que la SocGen n'a pas tenu compte des alertes qui lui étaient adressées concernant certaines opérations du trader.

  • Logement social: l'étrange opération d'Icade

    Par
    Avant même que les discussions soient engagées lundi à l'Assemblée nationale sur le livret A, les grandes manœuvres ont commencé dans le logement social. Icade, la filiale de promotion immobilière de la Caisse des dépôts, est en négociation très avancée, selon nos informations, pour céder son parc de logements sociaux, à la société 3F. Cette vente, qui concerne un patrimoine de 45.000 logements dans la banlieue parisienne estimé entre 2,5 et 3 milliards d'euros, se fait de gré à gré dans la plus grande discrétion. Icade est pourtant une société cotée.
  • Quand le patron de Total s'explique devant les députés

    Par
    Des transporteurs routiers qui bloquent les routes, et des pêcheurs les ports, les ménages qui s'affolent à la vue du prix de l'essence. Les députés de la commission des finances avaient sérieusement envie d'explications en auditionnant Christophe de Margerie, directeur général de Total. Sans se démonter, celui-ci tenta de leur démontrer que la réalité pétrolière était bien complexe. Récit.
  • Suez-Areva: une alliance si opportune

    Par
    Areva et Suez ont annoncé, mardi 3 mai, un partenariat dans l'enrichissement de l'uranium. Derrière cette annonce se cache une vraie guerre du nucléaire civil en France. Les deux groupes ont dans leur ligne de mire EDF. Un concurrent à abattre. Car, sans y paraître, cela ressemble à une remise en cause de toute l'organisation de la filière nucléaire française : EDF, chef de file du secteur, et premier client d'Areva, semblant être mis de côté.
  • Alcatel-Lucent: une fusion désastreuse sous les huées des actionnaires

    Par

    L'assemblée générale d'Alcatel-Lucent s'est tenue vendredi. Serge Tchuruk, président du conseil, et Patricia Russo avaient à s'expliquer sur le bilan catastrophique d'une fusion qui, au bout d'un an, s'est terminée par une perte de 3,5 milliards. Furieux, les actionnaires ont vivement critiqué les rémunérations en hausse de la directrice générale. Sans effet.

  • Sous contrôle judiciaire, Noël Forgeard doit verser une caution de 1 million d'euros

    Par
    L'ancien co-président d'EADS, mis en examen pour délit d'initié, a été placé sous contrôle judiciaire et doit verser une caution de 1 million d'euros. La justice lui reproche d'avoir vendu ses actions et réalisé une plus-value brute de 4,3 millions d'euros, alors qu'il connaissait à l'époque les difficultés de l'A 380. D'autres mises en examen pourraient avoir lieu.
  • Laurence Parisot se dit choquée par le dévoiement des stock-options

    Par
    La présidente du Medef s'est dit choquée, mercredi 28 mai, par les usages «scandaleux» des stock-options. Cette réaction intervient après la publication par l'Expansion des rémunérations des patrons du CAC 40 en 2007. Celles-ci ont augmenté de 58%, grâce notamment aux stock-options. Mediapart avait déjà publié une étude sur ce sujet, consultable ici.
  • Sombre printemps pour l'économie française

    Par
    L'embellie de l'économie en France au premier trimestre risque d'être de courte durée. Les uns après les autres, les indicateurs donnent le signal d'un retournement de la conjoncture. De l'activité de l'industrie au moral des ménages, en passant par les mises en chantier de logements ou les défaillances des entreprises, tout fléchit. Et l'inflation galope.
  • EADS annonce de nouveaux retards pour le A380 et l'A400M (Reuters)

    Par
  • Une belle opération de 2,3 milliards d'euros pour les actionnaires

    Par
    "Le marché applaudit la fusion", ont relevé Gérard Mestrallet et Jean-François Cirelli. Mais le marché a été beaucoup aidé. En 2007, Suez et Gaz de France ont dépensé 2 milliards d'euros pour racheter leurs actions, afin de soutenir leur cours. Suez dépensera encore 300 millions dans cette opération d'ici à fin juin. Outre une augmentation substantielle des dividendes, les actionnaires du nouvel ensemble n'ont pas à se plaindre: il y aura un dividende exceptionnel après la fusion.