Mathilde Mathieu

40 ans. J'ai d'abord travaillé au Monde de l'éducation et au Monde. En 2004, j'ai rejoint le magazine La Vie (pour des reportages et la rubrique Education). Depuis 2008 à Mediapart, j'ai suivi le Parlement, avant de me convertir à l'investigation. Mes sujets de prédilection ces dernières années: l'argent des élus ou le financement des partis (soit les affaires Bygmalion, Balkany et Fillon par exemple, ou encore les millions d'euros détournés par les sénateurs UMP).

En avril 2018, j'ai voulu changer de perspective et m'occuper de la rubrique « migrants ».

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le chef de l'Etat pourra s'exprimer devant le Parlement

    Par
    Les députés ont adopté, lundi 26 mai, cinq nouveaux articles du projet de loi réformant la Constitution. Malgré l'opposition de la gauche et d'une partie de l'UMP, le président sera désormais autorisé à venir s'exprimer devant le Parlement, réuni en Congrès. L'interdiction du cumul chez les ministres, adoptée en commission, a été finalement rejetée en séance. «On n'est pas là pour s'excuser toute la journée d'exister», a déclaré l'ancien ministre Jean-François Copé, allergique à cette idée.
  • Philippe Séguin craint que les députés jouissent d'un pouvoir de contrôle exorbitant

    Par
    Alors que les députés ont repris, lundi 26 mai, l'examen du texte sur les institutions, Mediapart se penche sur un volet peu commenté de la réforme : l'éventuelle attribution au Parlement d'un pouvoir de contrôle et d'évaluation des politiques menées par l'exécutif. Les élus réclament le droit d'expertiser l'action des ministres. Utile ou néfaste? Dans un entretien, Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes, nous fait part de ses réticences devant cette « espèce d'engouement pour le contrôle » en vogue chez les députés.
  • Un député UMP demande la reconnaissance des journaux en ligne

    Par

    Patrice Martin-Lalande est l'un des rares députés spécialistes de la presse. Ce membre du groupe UMP a été désigné rapporteur du budget "Médias" à l'automne dernier, lors du débat sur le projet de loi de finances 2008. Il s'est alors battu pour que les journaux en ligne soient reconnus comme de véritables entreprises de presse.

    En toute logique, il a recommandé que soit appliqué à leurs ventes le même taux de TVA «super-réduite» qu'à celles des journaux papier – soit 2,1% au lieu de 19,6%. Sans succès.

  • La réforme des institutions fait voler en éclats l'unité du PS

    Par
    Les députés ont commencé dans la nuit de jeudi à vendredi la discussion article par article de la réforme des institutions: limitation à deux mandats présidentiels consécutifs; possibilité de référendum d'initiative populaire... Mais, à ce stade du débat, l'essentiel a été la fracture ouverte provoquée au PS par dix-sept députés qui ont exposé au grand jour les dissensions du parti. Les "17" signent une tribune où ils soulignent les "avancées" d'une révision "prometteuse", quand François Hollande veut camper sur un refus ferme de la réforme.
  • Réforme des institutions: tableaux comparatifs des mesures et amendements

    Par
    Mediapart rentre dans le détail de la réforme des institutions, avant que les députés n'entament l'examen des articles, mercredi 21 mai dans la nuit, voire jeudi matin. Voici trois tableaux thématiques (pouvoirs de l'exécutif, du Parlement et des citoyens), qui comparent les recommandations du comité Balladur, le projet de loi du gouvernement, et les amendements déposés par les deux camps. De quoi se faire une idée précise des avancées, frilosités, et reculs. Dans sa déclaration liminaire, mardi soir, François Fillon a prévenu la gauche: «Dire non maintenant, ce sera dire oui au statu quo. Et cela peut-être – ou sans doute – pour de longues années»...
  • Constitution: l'UMP hausse le ton, l'Elysée cherche une majorité

    Par

    L'examen du texte sur la "modernisation des institutions de la Ve République" a débuté mardi 20 mai dans la soirée. Chaque camp, majorité comme opposition, resserre les rangs et montre les dents. Et l'Elysée est toujours à la recherche d'une majorité des trois cinquièmes. Lire également notre tableau sur le détail de la réforme des institutions et notre éclairage: Keynes sera-t-il inconstitutionnel?

  • Avant, après: le détail de la réforme constitutionnelle

    Par
    Avec le projet de loi sur la réforme des institutions, comment vont s'équilibrer demain les pouvoirs exécutif et législatif ? Mediapart a relu la Constitution de 1958, regardé les suggestions du rapport Balladur, puis examiné le texte adopté en Conseil des ministres. Notre tableau comparatif sur 17 points essentiels.
  • Loi sur les OGM: le gouvernement décide d'accélérer

    Par
    Le projet de loi sur les OGM, rejeté par l'Assemblée dans un coup de théâtre le 13 mai, embarrasse Matignon et l'Elysée. Pour contourner l'opposition très mobilisée et réduire le temps de réflexion de sa majorité divisée, le gouvernement a tenté de prendre tout le monde de vitesse... et par surprise. Le vote est programmé dès le mardi 20 mai. Lire également notre entretien avec Nathalie Kosciusko-Morizet.
  • Le texte sur les OGM sera discuté par surprise mardi 20 mai à l'Assemblée

    Par
    Le projet de loi sur les OGM, rejeté par l'Assemblée dans un coup de théâtre le 13 mai, embarrasse au plus haut point Matignon et l'Elysée. Pour contourner l'opposition très mobilisée et réduire le temps de réflexion de sa majorité divisée, le gouvernement veut prendre tout le monde par surprise. Alors que la date du prochain scrutin reste officiellement indéterminée, il l'a programmé en réalité pour le mardi 20 mai. Quitte à l'annoncer le matin même du vote.
  • Secret des sources: l'embarras des députés

    Par

    Les députés ont adopté en première lecture, jeudi 15 mai, le projet de loi sur la protection des sources des journalistes. Alors qu'il réservait nombre de mauvaises surprises, les parlementaires l'ont légèrement amendé. Socialistes et communistes ont voté contre. Le Syndicat national des journalistes juge ces amendements largement insuffisants. Lire également l'analyse d'Edwy Plenel: Attention, cette loi est un piège !