mathilde mathieu

41 ans. J'ai d'abord travaillé au Monde de l'éducation et au Monde, avant d'intégrer le magazine La Vie pour des reportages et la rubrique Éducation. Depuis 2008 à Mediapart, j'ai suivi le Parlement, puis rejoint le service Enquêtes. Mes sujets de prédilection pendant des années: la transparence, l'argent des élus et des partis (Bygmalion, Fillon, Balkany, détournements de fonds au Sénat...), les conflits d'intérêts, etc.

Depuis avril 2018, je me consacre à des enquêtes et reportages sur les migrations.

Consulter ici ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • La réforme des institutions fait voler en éclats l'unité du PS

    Par
    Les députés ont commencé dans la nuit de jeudi à vendredi la discussion article par article de la réforme des institutions: limitation à deux mandats présidentiels consécutifs; possibilité de référendum d'initiative populaire... Mais, à ce stade du débat, l'essentiel a été la fracture ouverte provoquée au PS par dix-sept députés qui ont exposé au grand jour les dissensions du parti. Les "17" signent une tribune où ils soulignent les "avancées" d'une révision "prometteuse", quand François Hollande veut camper sur un refus ferme de la réforme.
  • Réforme des institutions: tableaux comparatifs des mesures et amendements

    Par
    Mediapart rentre dans le détail de la réforme des institutions, avant que les députés n'entament l'examen des articles, mercredi 21 mai dans la nuit, voire jeudi matin. Voici trois tableaux thématiques (pouvoirs de l'exécutif, du Parlement et des citoyens), qui comparent les recommandations du comité Balladur, le projet de loi du gouvernement, et les amendements déposés par les deux camps. De quoi se faire une idée précise des avancées, frilosités, et reculs. Dans sa déclaration liminaire, mardi soir, François Fillon a prévenu la gauche: «Dire non maintenant, ce sera dire oui au statu quo. Et cela peut-être – ou sans doute – pour de longues années»...
  • Constitution: l'UMP hausse le ton, l'Elysée cherche une majorité

    Par

    L'examen du texte sur la "modernisation des institutions de la Ve République" a débuté mardi 20 mai dans la soirée. Chaque camp, majorité comme opposition, resserre les rangs et montre les dents. Et l'Elysée est toujours à la recherche d'une majorité des trois cinquièmes. Lire également notre tableau sur le détail de la réforme des institutions et notre éclairage: Keynes sera-t-il inconstitutionnel?

  • Avant, après: le détail de la réforme constitutionnelle

    Par
    Avec le projet de loi sur la réforme des institutions, comment vont s'équilibrer demain les pouvoirs exécutif et législatif ? Mediapart a relu la Constitution de 1958, regardé les suggestions du rapport Balladur, puis examiné le texte adopté en Conseil des ministres. Notre tableau comparatif sur 17 points essentiels.
  • Loi sur les OGM: le gouvernement décide d'accélérer

    Par
    Le projet de loi sur les OGM, rejeté par l'Assemblée dans un coup de théâtre le 13 mai, embarrasse Matignon et l'Elysée. Pour contourner l'opposition très mobilisée et réduire le temps de réflexion de sa majorité divisée, le gouvernement a tenté de prendre tout le monde de vitesse... et par surprise. Le vote est programmé dès le mardi 20 mai. Lire également notre entretien avec Nathalie Kosciusko-Morizet.
  • Le texte sur les OGM sera discuté par surprise mardi 20 mai à l'Assemblée

    Par
    Le projet de loi sur les OGM, rejeté par l'Assemblée dans un coup de théâtre le 13 mai, embarrasse au plus haut point Matignon et l'Elysée. Pour contourner l'opposition très mobilisée et réduire le temps de réflexion de sa majorité divisée, le gouvernement veut prendre tout le monde par surprise. Alors que la date du prochain scrutin reste officiellement indéterminée, il l'a programmé en réalité pour le mardi 20 mai. Quitte à l'annoncer le matin même du vote.
  • Secret des sources: l'embarras des députés

    Par

    Les députés ont adopté en première lecture, jeudi 15 mai, le projet de loi sur la protection des sources des journalistes. Alors qu'il réservait nombre de mauvaises surprises, les parlementaires l'ont légèrement amendé. Socialistes et communistes ont voté contre. Le Syndicat national des journalistes juge ces amendements largement insuffisants. Lire également l'analyse d'Edwy Plenel: Attention, cette loi est un piège !

  • Les députés s'interrogent sur l'opportunité des "lois mémorielles"

    Par
    Une mission d'information planche sur la difficile question des lois dites "mémorielles". Depuis la loi Gayssot de 1990, elles se multiplient jusqu'au texte de 2005 soulignant "les aspects positifs" de la colonisation. Le Parlement a-t-il à écrire ou à figer l'histoire? Les députés ont entendu plusieurs personnalités, de Serge Klarsfeld à l'historien Pierre Nora, et les clivages traversent les appartenances partisanes.
  • Que devient le texte sur les OGM?

    Par
    Le vote sanction devrait être rapidement effacé. Rejeté par les députés, le projet de loi sur les OGM atterrira mercredi 14 mai, dans l'après-midi, sur le bureau d'une Commission mixte paritaire (CMP), composée de 7 députés et autant de sénateurs, dans le respect du rapport de forces entre opposition et majorité. Les CMP, bêtes curieuses inconnues du grand public, sont régulièrement chargées de trouver des compromis entre parlementaires, grâce à des conciliabules en petit comité, à chaque fois que des désaccords persistent après deux lectures d'un texte.
  • La lettre adressée par les députés PS, PC et Verts à Nicolas Sarkozy

    Par

    Mediapart reproduit la lettre exceptionnellement adressée à Nicolas Sarkozy par les présidents des groupes PS et GDR [communistes et Verts] de l'Assemblée nationale, mardi 13 mai vers 20h00. Ils y réclament "l'abandon" du texte sur les OGM.

    En une vingtaine de lignes, Jean-Marc Ayrault et Jean-Claude Sandrier dénoncent également la "tentative de passage en force" du premier ministre, après le rejet du projet de loi en séance, deux heures plus tôt.