Pascale Pascariello

Ses Derniers articles

  • Décès d’une Martiniquaise malmenée par le Samu : un juge d’instruction saisi

    Yolande Gabriel est décédée le 21 août 2020 dans sa cuisine, après avoir attendu les secours plus d’une heure. © Mediapart Yolande Gabriel est décédée le 21 août 2020 dans sa cuisine, après avoir attendu les secours plus d’une heure. © Mediapart


    À la suite des révélations de Mediapart sur Yolande Gabriel, 65 ans, décédée chez elle le 21 août 2020 après avoir attendu les secours plus d’une heure, une enquête est ouverte. Un juge d’instruction est désormais saisi. Pendant son appel au 15, ses souffrances avaient été minimisées. 

  • Révélations sur la clique qui a conduit la préfecture de police à sa perdition

    Paul-Antoine Tomi, Didier Lallement et Alexis Marsan. Paul-Antoine Tomi, Didier Lallement et Alexis Marsan.

    Deux gardiens de la paix sont visés par une enquête de l’IGPN pour avoir utilisé des gaz lacrymogènes lors de la finale de la Ligue des champions. Mais qui a donné les ordres ? Alors que le Sénat a chargé jeudi le préfet Lallement et dénoncé « l’impréparation des autorités », Mediapart a enquêté sur les hommes qui commandaient le dispositif. Vidéo, sons et témoignages attestent d’un goût immodéré pour la méthode violente.  

  • Fiasco du Stade de France : « Les renforts ne sont jamais arrivés »

    Extrait d’un « télégramme » de la préfecture de police fixant le schéma de maintien de l’ordre du 28 mai 2022. © Extrait du "télégramme" de la préfecture de police sur le dispositif du 28 mai. Extrait d’un « télégramme » de la préfecture de police fixant le schéma de maintien de l’ordre du 28 mai 2022. © Extrait du "télégramme" de la préfecture de police sur le dispositif du 28 mai.

    Le schéma du maintien de l’ordre mis au point par la préfecture de police et ses mauvaises décisions au cours de la soirée expliquent en grande partie le chaos lors de la finale de la Ligue des champions. C’est ce que montrent des documents confidentiels que Mediapart s’est procurés, auxquels n’ont pas eu accès les sénateurs chargés de l’enquête sur le sujet.

  • Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos

    Dispositif policier sur le Pont-Neuf à Paris, dans la nuit du 24 au 25 avril 2022. © Photo Dursun Aydemir / Agence Anadolu via AFP Dispositif policier sur le Pont-Neuf à Paris, dans la nuit du 24 au 25 avril 2022. © Photo Dursun Aydemir / Agence Anadolu via AFP

    Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  

  • Refus d’obtempérer et passagère tuée : le conducteur de la voiture a été mis en examen

    Par
    Sonia, avec la casquette, entourée de l’avocat Ibrahim Shalabi, Amal Bentounsi et Samia El Khalfaoui lors d’une conférence de presse du collectif « Urgence contre les violences policières », le 9 juin 2022 à Paris. © Photo Pascale Pascariello / Mediapart Sonia, avec la casquette, entourée de l’avocat Ibrahim Shalabi, Amal Bentounsi et Samia El Khalfaoui lors d’une conférence de presse du collectif « Urgence contre les violences policières », le 9 juin 2022 à Paris. © Photo Pascale Pascariello / Mediapart

    Soupçonné d’un refus d’obtempérer lors d’un contrôle routier à Paris qui a dégénéré, provoquant la mort d'une passagère à la suite de tirs policiers, le conducteur a été mis en examen, jeudi 9 juin, pour « tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Plus tôt dans la journée, sa sœur et son avocat ont tenu une conférence de presse.

  • Sevran : la légitime défense du policier mise à mal

    Par
    Capture d’écran de vidéos de témoins, tournées après le tir lorsque la camionnette de Jean-Paul Benjamin s’encastre dans d’autres véhicules, le 26 mars 2022. © Document Mediapart Capture d’écran de vidéos de témoins, tournées après le tir lorsque la camionnette de Jean-Paul Benjamin s’encastre dans d’autres véhicules, le 26 mars 2022. © Document Mediapart

    Le 26 mars, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), un policier a tué le conducteur d’une camionnette, Jean-Paul Benjamin, 33 ans et habitant de Sevran. Les éléments de l’enquête que Mediapart a pu consulter contredisent la thèse de la légitime défense de cet agent qui a fait feu alors que ni sa vie ni aucune autre n’étaient en danger au moment du tir.

  • « Putain, parlez dans le téléphone ! » : le Samu mis en cause après le décès d’une Martiniquaise

    Yolande Gabriel est décédée le 21 août 2020 dans sa cuisine, après avoir attendu les secours plus d’une heure. © Mediapart Yolande Gabriel est décédée le 21 août 2020 dans sa cuisine, après avoir attendu les secours plus d’une heure. © Mediapart


    Yolande Gabriel, 65 ans, est décédée chez elle le 21 août 2020 après avoir attendu les secours plus d’une heure. Pendant son appel au 15, ses souffrances ont été minimisées. Sa fille s’interroge sur d’éventuels préjugés racistes. Le Samu de Seine-et-Marne reconnaît seulement « une exaspération injustifiée » du médecin. 

  • Incidents au Stade de France : le rapport Lallement embarrasse au sein même du ministère de l’intérieur

    Didier Lallement, Amélie Oudéa-Castéra et Gérald Darmanin après une réunion au ministère des sports à Paris, le 30 mai 2022. © Photo Eliot Blondet / Abaca Didier Lallement, Amélie Oudéa-Castéra et Gérald Darmanin après une réunion au ministère des sports à Paris, le 30 mai 2022. © Photo Eliot Blondet / Abaca

    Après la gestion chaotique et violente par les forces de l’ordre des supporters aux abords du Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions, le ministre de l’intérieur reprend les déclarations mensongères du préfet Didier Lallement. Alors même que les images documentent la faillite des autorités dans l’organisation de la finale, plusieurs hauts fonctionnaires du ministère font part de leur embarras auprès de Mediapart. 

  • Rave party de Redon : un mutilé, une nuit d’horreur, les fautes du ministère de l’intérieur, et la justice qui enterre

    Par
    Opérations des gendarmes la nuit du 18 au 19 juin 2021, à Redon (Ille-et-Vilaine). © DR Opérations des gendarmes la nuit du 18 au 19 juin 2021, à Redon (Ille-et-Vilaine). © DR

    Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.

  • Dylan, acquitté dans l’affaire de Viry-Châtillon : « Les policiers m’ont enlevé six ans de ma vie »

    Par
    Dylan lors de son audition de garde à vue, le 17 janvier 2017. © Document Mediapart Dylan lors de son audition de garde à vue, le 17 janvier 2017. © Document Mediapart

    Accusé à tort d’avoir grièvement blessé des policiers en 2016 sur la base de faux procès-verbaux rédigés par les enquêteurs, Dylan a fait 18 mois de détention pour rien. Acquitté définitivement en avril 2021, il a porté plainte contre les policiers chargés de l’enquête. L’un d’entre eux le met désormais en cause pour des menaces.