Philippe Riès

Journaliste professionnel depuis 1976.
A l'Agence France-Presse entre juillet 1982 et novembre 2007.
Chef de la rédaction au bureau de Tokyo (1985-1989), chef du Département économique à Paris (1990-1996), correspondant senior à Hong Kong (1997-1998), directeur du bureau de Tokyo (1998-2003),

directeur du bureau de Bruxelles 2003-2007).
Auteur, aux Editions Grasset : «Cette crise qui vient d'Asie» (1998), «Citoyen du Monde (avec Carlos Ghosn-2003), «Le jour où la France à fait faillite» (avec Philippe Jaffré-2006).
A paraître (en mai 2008): «L'Europe malade de la démocratie».
 
 

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Inflation à la hausse et crise financière: Jean-Claude Trichet s'explique

    Par et

    Pour le 10e anniversaire de la BCE, son président Jean-Claude Trichet a accordé un long entretien à Mediapart. Régulièrement critiqué, il défend le bilan de la banque centrale européenne, estimant qu'elle a traversé avec succès l'épreuve de la crise financière. Mais si les turbulences s'apaisent, "la complaisance est hors de propos", prévient M. Trichet. Face à un nouveau choc pétrolier, il met en garde contre une répétition des erreurs des années 1970. Lire aussi les deux "parti pris": "Bon anniversaire à la gamine de Francfort" et "L'indémodable polémique autour de la BCE".

  • Crise financière: le chantier de la réglementation est ouvert

    Par

    Réunies à Paris du 26 au 29 mai, les autorités de tutelle des bourses de valeur du monde entier ont entamé le travail, rituel après chaque crise financière majeure, de renforcement de l'arsenal réglementaire. A la recherche d'un équilibre problématique entre innovation et protection des investisseurs, risque et sécurité. Si le passé plaide pour l'avenir, l'optimisme n'est guère de mise.

  • A la Société générale, sifflets, huées et passage de témoin

    Par
    Les grognards ont grogné. A l'assemblée générale des actionnaires de la Société générale, première confrontation directe entre le management de la banque et sa «base» depuis la découverte en janvier 2008 de la «fraude exceptionnelle» orchestrée par le trader Jérôme Kerviel : le petit actionnaire, piétaille du CAC 40, a demandé des comptes et des têtes.
  • OMC : la neutralité de la présidence française de l'UE à l'épreuve

    Par
    L'OMC envisage de convoquer à la mi-juin à Genève une trentaine de ministres du commerce et de l'agriculture des pays clés, pour compléter et «mettre à l'équerre» les principaux piliers du cycle de Doha, ce qui permettrait de le conclure fin 2008. L'affaire pourrait mettre à rude épreuve la neutralité dont les Français devront faire preuve quand ils prendront, pour six mois, la présidence tournante de l'Union européenne le 1er juillet. A l'approche de ces échéances, la France, première bénéficiaire de la Politique agricole commune, habille son protectionnisme de nouveaux oripeaux.
  • Commerce international: le cycle de Doha refait surface

    Par
    Les principaux acteurs du cycle de Doha de l'OMC, lancé en 2001 et toujours pas conclu, devraient se retrouver à Genève au niveau ministériel, à partir du 16 juin, pour des négociations sur deux textes clés concernant l'agriculture et les tarifs industriels. Donné moribond à de nombreuses reprises, le cycle approche de la "partie finale", estime Pascal Lamy, le directeur général de l'OMC.
  • La Fed engage son bilan pour soutenir les banques américaines

    Par
    Pour sauver le système financier américain, la Réserve fédérale a engagé la quasi-totalité de son bilan, où les obligations du Trésor américain ont été remplacées par les titres invendables déposés par les banques, pour obtenir des liquidités. Mais le précédent japonais enseigne qu'il n'y a pas vraiment d'alternative à la purge du système financier.
  • Banques françaises: la crise financière fait le tri

    Par

    "C'est quand la mer se retire que l'on voit qui nage sans maillot". Ce proverbe chinois mis à toutes les sauces illustre aussi le processus de décantation entre les trois grandes banques françaises opéré par la crise financière. Un leadership confirmé pour BNPParibas, un rebond sur quoi bien peu auraient parié à la Société générale, une nouvelle aventure loin de ses bases qui se termine mal pour le Crédit agricole.

  • Et si l'économie mondiale décidait de se passer du dollar?

    Par
    La crise financière des "subprime" va accélérer le déclin du dollar comme principale monnaie de réserve et d'échange. Le changement de système est en cours, qui conduirait à long terme à un régime à trois piliers, dollar, euro et monnaies asiatiques (yen et yuan). Mais les autorités américaines ne semblent toujours pas convaincues de la nécessité de gérer cette transition pour éviter qu'elle se fasse dans la douleur. Décryptage et réflexions d'un haut responsable monétaire européen.
  • Politique monétaire: les contorsions de la Réserve fédérale américaine

    Par
    La Réserve fédérale des Etats-Unis veut obtenir très vite du Congrès américain l'autorisation de rémunérer les réserves que les banques sont contraintes de lui confier. Derrière cette mesure d'apparence technique, il y a l'aveu que le pilotage de la politique monétaire est devenu de plus en plus difficile dans l'anarchie financière qui règne aux Etats-Unis. Ces contorsions contrastent avec la fermeté qui a guidé la main de la Banque centrale européenne depuis l'éclatement de la crise des «subprime» l'été dernier.
  • UBS : malgré la purge, le soupçon demeure

    Par
    Purge financière, licenciements massifs et effort notable de transparence: la banque suisse UBS se décarcasse pour rétablir une réputation ternie par les énormes pertes liées aux "subprime" mais la défiance persiste. UBS reconnaît que l'évaluation précise des pertes venues des Etats-Unis reste impossible.